46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 8 : Les naufragés des abysses
 

Golden City, tome 8 : Les naufragés des abysses

 
 

Résumé

Golden City, tome 8 : Les naufragés des abyssesAfin d'acceder au résumé de Golden City, tome 8 : Les naufragés des abysses, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Golden City, tome 8 : Les naufragés des abyssesSi le tome précédent posait les bases d’un nouveau cycle en faisant peser une nouvelle menace sur la ville flottante de Golden City, les premières planches de cet album font froid dans le dos. L’image de cette ville éventrée, peuplée de cadavres et gisant ou fond des océans, n’est pas seulement choquante mais à également de lourdes conséquences sur la suite de cette saga.

Le reste de l’album est d’ailleurs une sorte de long flashback qui revient sur les événements qui se sont déroulés entre l’assaut du commando sur la ville et le sort funeste de Golden City. Ces retours en arrière sont entrecoupés de scènes qui permettent de lever le voile sur le sort réservé à Loli et qui marquent le retour d’Amber. Harrison Banks reste lui par contre très (trop) absent de ce huitième tome. Est-il d’ailleurs toujours vivant ?

Au niveau du graphisme, ce huitième volet propose quelques superbes planches sous-marines.

Vivement le tome suivant !


Chronique rédigée par yvan le 07/08/2010
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 3,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Décembre 2009

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Golden City, tome 8 : Les naufragés des abysses, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 5 2013
   

Je mets un bonus pour cet ouvrage : Pecqueur se met en risque dès les premières pages en sabordant ce sur quoi son oeuvre repose, à savoir Golden City. Je n'ai pas voulu y croire, je me suis dit qu'il y avait une explication à tout cela (style : c'est une projection de ce qui a pu arriver à la ville des milliardaires), mais non ! Golden City gît bien par 3000 mètres de fonds, éventrée et dégueulant les cadavres de ses occupants. Images terribles qui donnent une maturité nouvelle à l'histoire, images terribles qui indiquent que le scénariste fait presque le deuil de sa géniale invention, images terribles pendant lesquelles le lecteur fidèle de la série perd un peu pieds. Une bien belle introduction, très marquante, qui vaut à elle seule d'être remarquée.

Sur le scénario, la bonne idée est de revenir sous mode de flash back sur ce qui a pu arriver à Golden City : tout cela maintient le lecteur dans un intérët constant. Encore chamboulé par les premières pages, on ne pouvait que se demander ce qui était arrivé. Malheureusement, je trouve que Pecqueur nous fait un coup à la "Golden Cup". En effet, plutôt que de concentrer ses efforts sur une seule histoire, le voilà parti dans deux histoires parallèles : celle autour du naufrage de Golden City d'une part, et celle autour de Loli d'autre part. Il semble bien que ces deux histoires ne sont pas liées entre elles et je trouve fort dommage de nous proposer deux histoires entremêlées, nous obligeant de passer de l'une à l'autre constamment, développant ce sentiment qu'aucune des deux histoires n'est pleinement satisfaisante. Les péripéties passées de Loli et de son frères sont grosses à avaler, tout comme le retour d'Amber dans l'histoire (à ce sujet, ca fait quand même deux fois en deux tomes que le hasard fait tellement bien les choses qu'il réunit des personnes qui se sont opposées dans le passé).

Mais l'action est peut-être plus présente que dans le premier tome, et le spectacle est toujours autant assuré. Malgré tout, on regrettera qu'Harrisson soit absent de cet opus : après six tomes où deux Harrison coexistaient, voilà qu'il ne nous en reste plus aucun... C'est dommage, une grande part de mon intérêt pour cette série reposait sur cette version moderne du héros traditionnel.

Sur le dessin, toujours aussi peu de choses à dire : le trait moderne et respectueux du passé semble écrasé par des couleurs informatiques, qui sont toutefois lumineuse et donne du peps à ces vignettes.