46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Go West
 

Go West

 
 

Résumé

Go WestAfin d'acceder au résumé de Go West, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Go WestAvant "Buddy Longway" et "Yakari", il y a eu "Go West". Derib venait alors de quitter Spirou pour Tintin. Greg, le rédac' chef de Tintin, proposa à Derib un western : "Go West" était né. Toutefois, ce fut un travail de très longue haleine : les publications dans le journal de Tintin ont commencé en 1971 pour une sortie en album seulement en 1979 !

"Go West" retrace le parcours de ces pionniers qui traversaient par caravanes entières les Etats-Unis d’Est en Ouest. Je l’avais lu à l’âge de 12 ans et j’en avais gardé un bon souvenir. Mon appréciation a quelque peu évolué depuis. Qui dit Greg au scénario, dit bulles à gogo et dialogues à foison. En deux mots : trop verbeux ! Cet album ne déroge pas à cette règle. Pourtant, un western doit, à mon sens, laisser de la place aux grands espaces explorés sans nécessairement rajouter une couche de dialogues souvent superflue. Le ton adopté est aussi plutôt gentillet. Cette histoire croule sous les bons sentiments, ce qui tranche avec l’idée de ce qu’on se fait d’un Western. Mais il y a une bonne raison : cet album se veut avant tout didactique.

En 110 pages, cette histoire aborde bon nombre de thèmes associés au Far West : les chercheurs d’or, les villes fantômes, les outlaws, les marshals, les indiens, la traite des noirs, les caravanes, les dangers divers (traversée de guets, les sables mouvants du désert), la pacification de l’ouest... C’est sans doute ce côté didactique qui m’a intéressé étant plus jeune. Avec mon regard d’adulte, je trouve que les nombreuses explications fournies (aussi utiles qu’elles puissent être) plombent le côté aventureux du récit. Malgré tout, ça reste un bon album.

Graphiquement, ce one shot se rapproche davantage d’un "Yakari" ou d’un "Buddy Longway" des débuts avec un trait semi-réaliste.

Bref, un album éducatif avant tout !


Chronique rédigée par pierig le 05/01/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de pierigReflet de l'avatar de pierig
Statistiques posteur :
  • 440 (95,24 %)
  • 16 (3,46 %)
  • 6 (1,30 %)
  • Total : 462 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Acheter d'occasion : 54,13
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Janvier 1979

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Go West, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
11 9 2013
   

Après des séries humoristiques comme "Attila", Derib entame une durable collaboration avec le journal Tintin en s'immisçant dan le western avec cet excellent récit écrit par Greg en 1971, juste avant la création de "Buddy Longway". Un récit captivant dans lequel Greg imagine avec son brio habituel une caravane d'émigrants (sujet traité dans l'épisode de "Lucky Luke" la Caravane en 1970), où évolue une belle galerie de nombreux personnages bien typés. On trouve le cousin Homère, les soeurs Sosweet, le révérend O'Bannion, le guide indien Mad Cat, le cowboy Wichita.... et surtout le personnage central Barnaby Bumper, père de Barbara et Percy (et son chien T-Bone).

Tous décident un jour de suivre le conseil d'Horace Greeley qui vers 1886 avait lancé cette célèbre apostrophe : "Go West young man and grow up with the country". Un conseil qui fut suivi par des milliers de pionniers. Bumper et ses amis s'élancent donc dans leurs chariots et sont confrontés à bien des périls et des épreuves, tel l'obstacle indien, mais aussi des joies qui rendent la lecture de cette aventure vraiment attachante. Le coup de crayon semi-réaliste de Derib est très séduisant, et Greg utilise toutes les ficelles de ce type de récit vues dans quantité de films ; il s'est d'ailleurs inspiré de quelques grands westerns.

Ici, les Indiens sont encore considérés comme des ennemis potentiels, mais Derib amorce un premier processus de réhabilitation de l'Indien, déja enclenché au cinéma, qu'il développera ensuite de belle façon dans "Buddy Longway".
Un récit très plaisant, divertissant, agrémenté d'humour.

5 2 2011
   

L’impression d’un grand gâchis. Et pourtant tout est là, qui pouvait annoncer une grande réussite.
C’est d’abord Greg au scénario ; pas n’importe qui ! C’est ensuite Derib au dessin, pas le dernier venu non plus. Et c’est l’histoire de la conquête de l’Ouest dans un gros album de 112 pages ( !). Miam !…
Et pourtant, même si tous les ingrédients sont réunis ; la sauce ne prend pas et le plat servi est d’une saveur bien fade, sans relief.

« Go West » est pourtant bien élaboré. Au départ ; c’est une famille de « pieds-tendres », dont le père –assez guindé- qui va prendre le départ de cette véritable expédition suite au gain d’un chariot et de son attelage.
Petit à petit, au fil des pages, ce sont diverses rencontres qui font que ce petit groupe va grossir pour ainsi former une caravane.
Ce sont aussi des personnages très typés que Greg va faire intervenir ; ce qui nous donne une belle série de personnages et une plaisante galerie de portraits bien campés par le dessin de Derib.

Au gré des pages, des chapitres, tout ce petit monde va être confrontés aux aléas archi-connus de cette conquête : les bons, les mauvais, les Mexicains, les tribus indiennes, les joueurs, les buveurs, les hors-la-loi, les voleurs, l’armée, les conditions atmosphériques, etc…
Tout ça prend vie dans des cases qui, souvent, s’imbriquent les unes dans les autres et ou la lecture aurait pu être attrayante…

J’écris « aurait pu » car quelque chose ne va pas. Derib crée des personnages semi-réalistes qui s’agitent très souvent en tous sens… et me laissent de marbre. C’est que l’on parle beaucoup dans cette BD ; beaucoup trop même… et cela en devient vite lassant.
Autre chose : les personnages sont « comiques » MAIS : lorsque certains se font blesser par balles, une coloration rouge marque le point et la zone d’impact. Vous en pensez ce que vous voulez, mais moi : ça me dérange. C’est une BD comique.. ou pas. Et ici je ne sais pas dans quelle catégorie la ranger.

Alors ?… un ratage ?… je voudrais écrire « oui », mais en même temps je l’aime bien cette « conquête ». Je pense qu’à l’époque il aurait fallu choisir : où elle devait être comique (et beaucoup d’éléments le permettent) ou « sérieuse » (ces même éléments pouvant également être utilisés). Etait-ce un choix volontaire des auteurs de faire quelque chose… d’autre ?…
Je pense qu’on ne le saura jamais car Greg et Derib ne sont plus de ce monde. Reste un album « à part » qui ne prend ni le parti de rire… ni de pleurer.