46 428 Avis BD |20 121 Albums BD | 7 880 séries BD
Accueil
Tome 13 : Carats en vrac
 

Gil Jourdan, tome 13 : Carats en vrac

 
 

Résumé

Gil Jourdan, tome 13 : Carats en vracAfin d'acceder au résumé de Gil Jourdan, tome 13 : Carats en vrac, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Gil Jourdan, tome 13 : Carats en vracDes marais de Camargue aux bas-fonds de Paris, Gil et ses amis vont être entraînés dans une enquête pétaradante.

Bagarres, poursuites en voiture, camion, canots à moteur, indics, receleurs, planques, bars glauques s'imbriquent dans une chasse aux voleurs de diamants. Bien que cet album date du début des années 70, Tillieux nous fait un savant dosage du Paris des années 30, de véhicules anciens et neufs, de vêtements à l'ancienne (type vieux films années 40) et de coupe nouvelle. Et tout ça se tient bien, se mélange dans une mise en page, un découpage de très bonne facture.

Il divise son histoire en plusieurs chapitres, passe d'une portion d'enquête à une autre, revient, part sur une autre piste... et le lecteur suit, captivé par le scénario.

Le trait est classique, semi réaliste, correspond bien à l'ambiance dégagée par cette série. C'est à partir de cet album que Tillieux a laissé le dessin à Gos (qui, bientôt, mettra "en route" le Scrameustache). Et cela ne se voit quasi pas.

Scénario en béton, enquête bien ficelée, personnages divers attachants -même les mauvais-, action bondissante... une très bonne enquête de Jourdan.


Chronique rédigée par LYmagier le 11/12/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 8,08 8,08 8,08
Acheter d'occasion : 20,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Janvier 1971

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Gil Jourdan, tome 13 : Carats en vrac, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

John Wayne :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de John WayneReflet de l'avatar de John Wayne
25 10 2014
   

Dans "Carats en vrac" nous retrouvons Jourdan et Libellule en Camargue où ils prennent en stop un marin. Mais c'est là sans savoir que celui-ci est en réalité poursuivit par deux truands. Et c'est ce que finissent par découvrir à leur dépend nos deux héros au cour d'une altercation avec ces derniers. Il n'en fallait pas plus à Jourdan pour vouloir démêler le pourquoi du comment de cette affaire.

Le premier changement notable de ce tome, c'est l'arrivée de Gos au dessin alors qu'il était encore assistant-dessinateur pour le studio Peyo. Premier constat, son style colle bien à l'esprit de la série et à l'instar de Tillieux, il sait à merveille synthétiser l'atmosphère d'une époque, ici en l’occurrence le début des années 70. Ces deux qualités mises de côté, il faut tout de même l'avouer cette partie graphique est très inférieure à celle des albums précédents. Loin de moi l'idée de descendre Gos qui est un dessinateur tout à fait compétent et tout à fait agréable à regarder, mais il souffre ici de la comparaison avec Tillieux. En effet, l'ensemble reste plus qu'honorable et aurait été excellent dans une autre série. Mais force est d'avouer que ses planches n'ont ni le dynamisme, ni le génie du créateur de "Gil Jourdan". D'autant plus que le cadrage des cases et le découpage des scènes d'action sont bien moins inventifs que chez ce dernier. Ces remarques faites, je nuancerais en soulignant que Gos a dessiné ici l'un de ses premiers albums situé dans un environnement contemporain, alors qu'à cette époque il était plus accoutumé à l'univers des Schtroumpfs. Pour un premier travail, c'est donc plus que concluant !

Au niveau du scénario Tillieux propose lui une bonne petite enquête, très divertissante qui se lit sans peine. Hélas, il faut tout de même l'avouer, ça n'est pas là son histoire la plus inspirée. Malgré l'excellence des deux truands, parmi les meilleurs de la série, l'humour est trop peu présent et l'on regrettera le peu de dialogues marquants. De même, et ceci explique sans doute ce dernier point, Libellule et Crouton sont très en retrait durant cette aventure au grand désavantage de l'album. Notons ici que Tillieux s'est totalement abandonné à l'action qui occupe presque les deux tiers de l'album. Par chance, celle-ci est plus que mémorable et variée et jamais la BD n'est fastidieuse à lire. D'autant plus que l'on reconnaît bien là le talent d'écriture de Tillieux qui excelle encore une fois à structurer et dynamiser un récit.

Vous l'aurez compris, "Carats en vrac" n'est pas mon enquête favorite de "Gil Jourdan". L'album est très inégal, mais malgré tout ce que j'en ai dit, je prends à chaque plaisir à le relire. En effet, s'il se révèle inférieur aux précédents tomes, il ne reste pas moins supérieur à de nombreuses autres BD du genre et parvient sans peine à offrir un très bon moment de lecture ! Ce n'est donc pas un album majeur, mais il mérite à terme d'être découvert, et ce après avoir lu les premières aventures entièrement réalisées par Tillieux !

5 10 2008
   

Voici le 1er album de la série dessiné par Gos (Le scrameustache). Le dessin est très proche de celui de Tillieux, avec de bon décors, mais la qualité générale est quand même un ton en dessous des productions du créateur de la série.
Cela dit, l'histoire, toujours écrite par Maurice Tillieux, regorge d'action et de cascades comme à son habitude, et sur ce plan c'est une réussite.
En particulier la scène finale de poursuite automobile sur les toits de Paris, après une belle poursuite en camargue. Je n'ose imaginer ce qu'en aurait tiré Tillieux lui-même, lui qui excellait dans le dessin des véhicules en mouvement.
On a encore droit à la classique explication finale sur les 2 dernières pages qui éclaire toutes les zones d'ombre de l'histoire.
Quant aux personnages, Queue-de-cerise, sans être une beautée, s'arrange pas mal côté coquetterie. Et Crouton n'est plus le farfelu plein de bourdes des débuts mais devient un flic réellement efficace.