46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 4 : Le maître et son valet
 

Giacomo C., tome 4 : Le maître et son valet

 
 

Résumé

Giacomo C., tome 4 : Le maître et son valetAfin d'acceder au résumé de Giacomo C., tome 4 : Le maître et son valet, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Giacomo C., tome 4 : Le maître et son valetGiacomo est toujours égal à lui-même, sombrant dans la déchéance avec un peu de dignité et de malice : on assiste à son jeu vraiment bien rodé de libertinage pour ramasser quelque argent en échange du commerce de ses charmes. Et Dufaux nous propose donc un heureux coup de théâtre en changeant quelque peu de héros. On suit maintenant les frasques de Paremo et sa difficile intégration dans le gratin vénitien.

Ce renouveau relance l’aventure tout en gardant l’esprit de la BD déjà développé dans les précédents tomes. Et cette nouvelle intrigue alliant humour, érotisme et policier est très agréable à lire. Dufaux démontre à nouveau ses qualités d’imagination et sa maîtrise du scénario.

Quant au dessin, c’est encore aussi bon qu’avant : des femmes habillées ou dénudées de toute beauté, des décors et des tenues d’époque respectée et retranscrites dans toute leur finesse. Les pages 24 et 25 tranchent totalement avec le reste de l’album et annonce peut être le style de « monsieur noir ».
Bref, un impact visuel important et agréable qui donne tout son intérêt à l’album.Encore un tome de Giacomo qui démontre la qualité artistique du couple d’auteur et une histoire qui s’annonce en plusieurs tome cette fois.

On attend donc la suite avec impatience et on admire le travail fantastique de Griffo qui reste selon moi un dessinateur majeur de ces dernières années malgré peut-être quelques erreurs (Vlad par exemple).


Chronique rédigée par Djailla le 29/08/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 306 (97,76 %)
  • 4 (1,28 %)
  • 3 (0,96 %)
  • Total : 313 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 8,40 8,40 8,40
Acheter d'occasion : 9,28
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Octobre 1991

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Giacomo C., tome 4 : Le maître et son valet, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

15 1 2012
   

J'ai trouvé ce tome assez distrayant. Il faut dire que pour l'instant, Dufaux arrive, autour d'un même personnage et d'un même lieu, à se renouveler. Ainsi, après un premier cycle autour de meurtres en série, après un one shot aux accents fantastiques, voilà qu'il développe une intrigue dans le registre du comique. Parmeno, le valet de Giacomo, semble être pressenti pour être le fils adultérin et le seul hériter d'un noble vénitien. Giacomo, tout comme le lecteur, voit venir la supercherie de loin... Mais finalement, dans cet album, on suit les frasques de Parmeno, qui doit apprendre à tenir son rang, et d'un autre côté, on suit les frasques de Giacomo, qui continue de vivre de ses charmes. La jonction entre ces deux personnages est bien tardive et on voit mal quelle enquête Giacomo doit mener pour retrouver son valet. Il faut dire qu'il s'agit là d'un premier tome d'une nouvelle histoire et qu'il faudra attendre la suite pour comprendre le rôle de Giacomo dans tout cela. Pour l'instant, je trouve que la variété que nous propose dufaux est louable, et je trouve ce tome assez comique et distrayant.

28 9 2008
   

Une seule chronique disponible sur ce quatrième tome avant la mienne ? Et l'album est paru en 1991 ? Mmmh, pas très bon signe, ça. "Giacomo C." ne soulève peut-être pas l'enthousiasme des internautes - en tout cas pas cette aventure intitulée "Le maître et son valet". Essayons de comprendre pourquoi.

On peut avancer une première hypothèse : le trait de Griffo a un peu vieilli. Elégant et précis, le dessin a des qualités mais il est assez marqué "Vécu" (la collection historique de Glénat, qui n'engendra pas que des titres inoubliables mais qui livra un nombre conséquent de clones de Juillard...). La mise en couleurs, plutôt soignée pour l'époque, accuse également le poids des années. Si l'ensemble reste plus que regardable et saura amplement contenter le bédéphile ayant passé la trentaine (groupuscule dont, vous l'aurez compris, votre humble serviteur fait partie), on peut comprendre que la jeune génération ne se jette pas sur l'album - d'où une certaine désaffection pour la série, malmenée par les nouvelles BD et par le manga.

Autre argument pour expliquer que l'album ne soit guère mis en avant : son scénario. La lecture est plaisante, il y a des moments drôles quoique très convenus (Parmeno en fait des tonnes dans la muflerie et la balourdise). Le scénario prend plus d'ampleur que dans le troisième épisode (un one-shot), ce qui paraît mieux convenir à la série et à son ambiance. Mais au final, on a le sentiment d'avoir parcouru une honnête bande dessinée, qui ne parvient pas à marquer davantage.

Dernier indice : ayant acheté les quatre premiers tomes, je ne crois pas poursuivre mon investissement, même si je lirai volontiers la suite si on veut bien me la prêter. Signe évident de ce constat qualitatif : pas mal, mais pas nécessaire. Vous voilà prévenu : "Le maître et son valet" est à réserver aux fans de "Giaconomo C." ou aux très gros lecteurs/acheteurs qui trouveront là une BD honorable... une de plus.