46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 13 : La fuite
 

Giacomo C., tome 13 : La fuite

 
 

Résumé

Giacomo C., tome 13 : La fuiteAfin d'acceder au résumé de Giacomo C., tome 13 : La fuite, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Giacomo C., tome 13 : La fuiteC'est donc la suite du tome 12 où nous avions fait connaissance avec cette charmante jeune femme, La Fiammina. Cette femme si séduisante, manie l'épée avec brio et poursuis de sa haine tous les hommes qu'elle rencontre.

Pourquoi une telle haine, on le découvrira en fin d'album en même temps que Giacomo, qui va se découvrir une famille, un père, un demi-frère et une demi-soeur. Voila bien le dilemme qui se pose alors à lui. Pour une fois, il rencontre véritablement l'amour et malheureusement c'est impossible.

Cette histoire de sentiments amoureux et filiaux se déroule comme d'habitude sur un fond de politique vénitienne ou le doge doit céder à la pression des familles bourgeoises très riches, qui grâce à leur argent pensent détenir le pouvoir absolu.

Pour une fois, on découvre un Giacomo affaibli par des sentiments alors inconnus de lui. Une bonne histoire, qui nous tient en haleine, mais qui se termine un peu tristement. En effet, notre héros perd en même temps une soeur qu'il aime comme une femme, mais aussi un père qu'il n'a jamais connu. Difficile de continuer sa vie dans ces conditions morales si difficiles.
Dufaux nous a donc emmené dans une direction différente de d'habitude ou les sentiments prédominent.

Le dessin de Griffo est toujours aussi fin et les couleurs donnent une ambiance chaleureuse.
En conclusion, j’ai aimé cet album car pour une fois, Giacomo en sort affaibli et c'est intéressant d'avoir de temps en temps un héros qui ne gagne pas toujours.


Chronique rédigée par niavlys le 02/07/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 489 (99,39 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 1 (0,20 %)
  • Total : 492 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,98 9,98 9,98
Acheter d'occasion : 14,67
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Janvier 2003

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Giacomo C., tome 13 : La fuite, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 2 2012
   

Voici donc la conclusion de l'histoire commencée dans le tome précédent. L'histoire s'ouvre sur le fameux duel entre Giacomo et la Fiammina, duel qui n'ira pas jusqu'au bout compte tenu des révélations faites à Giacomo en fin de tome précédent. On le sent bien, Dufaux essaye d'introduire de nouveaux sentiments chez Giacomo, il essaye de lui donné également un passé enfoui et ainsi de donner une certaine profondeur au personnage. Si j'en salue la volonté, je regrette de dire que chez moi ca ne prend pas, et je n'ai été que moyennement convaincu par cette fin d'histoire : je trouve que tout cela est un peu artificiel et je n'ai pas été séduit ni touché par cette rencontre rapide et sans conséquence de Giacomo avec bon nombre de représentants de sa famille. Je trouve de plus que cet ouvrage a eu du mal à me tenir en haleine, tant le scénario semble fade et sans envergure, tant le fil conducteur est faible.

Le dessins également me semblent moins bons que d'habitude. Et pourtant, j'ai trouvé que les éléments de décors étaient plus soignés que dans les tomes précédents : on ouvre sur une scène de duel à l'environnement assez riche et on conclue sur un bateau à voile plutôt détaillé. Mais les personnages ont des traits bizarres, aux visages allongés on ne sait trop pourquoi, ou dotés de mâchoires proéminentes. Pour s'en convaincre, regardez cette couverture : même après avoir lu l'ouvrage, je ne suis pas sûr que le personnage qui dit au revoir à son passé soit véritablement Giacomo.

Encore une fois, voici un album en demi-teinte, qui sans être foncièrement mauvais, manque de panache, de rythme et finalement, d'intérêt.