46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 9 : L'heure qui tue
 

Giacomo C., tome 9 : L'heure qui tue

 
 

Résumé

Giacomo C., tome 9 : L'heure qui tueAfin d'acceder au résumé de Giacomo C., tome 9 : L'heure qui tue, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Giacomo C., tome 9 : L'heure qui tueUn album de plus pour cette série. On pourrait presque se limiter à cette phrase d'introduction pour donner un avis sur ce neuvième tome. Je vais tout de même expliquer un peu.

C'est une aventure qui ne se finit pas avec l'album. Ce n'est pas en soi une nouveauté puisque les auteurs ont plusieurs fois déjà développé sur des dyptiques (les tomes 1 et 2, par exemple). Mieux vaut tout de même prévenir les lecteurs qui ont picoré au hasard dans la série et qui pensaient que chaque album se suffisait à lui-même.

Dufaux livre un scénario honorable mais sans surprise. Il reste sur le rythme de croisière que la série connaît depuis de nombreux tomes maintenant, en reprenant les mêmes ingrédients. Le lecteur est donc en terrain connu, c'est sûr, mais on aurait apprécié un peu plus d'audace. Le suspense final peine franchement à faire effet : mettre le héros en mauvaise posture ne met pas franchement en transe, on se doute bien que dès les premières pages du dixième tome il n'y paraîtra plus...

Le quatrième de couverture insiste sur une nouveauté graphique : Griffo utilise pour la première fois la couleur directe. J'avoue que cela ne m'aurait sans doute pas frappé si l'éditeur n'avait pas insisté sur ce point. Le trait reste raffiné mais la mise en couleurs directe est assez éloignée de ce à quoi on pense généralement quand on évoque cette technique (en vrac : "Légendes des contrées oubliées", "La Vengeance du comte Skarbek"...). Là, franchement, rien d'extraordinaire...

Pas mal, cet album. Comme tant d'autres, cela dit. Les fans de la série y prendront un certain plaisir mais à force d'enchaîner les albums honnêtes sans plus, les auteurs risquent de perdre quelques lecteurs en chemin.


Chronique rédigée par Jean Loup le 17/02/2009
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 9,98 9,98 9,98
Acheter d'occasion : 2,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Septembre 1998

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Giacomo C., tome 9 : L'heure qui tue, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

1 2 2012
   

Et voilà une nouvelle aventure de Giacomo C. On aurait pu s'imaginer que cette nouvelle histoire permette au jeune et fougueux Giacomo de prendre de l'ampleur, de gagner en dynamisme et en ingéniosité. Malheureusement, on ne lira pas ce nouvel album avec la passion d'un Casanova : le récit est honnête, mais sans plus. J'ai eu du mal à m'intéresser totalement à cette histoire d'assassin qui s'en prend au rénovateur de la fameuse horloge. Le rythme, le manque de suspense, le style un peu tranquillou de l'ensemble a du mal à me retenir. D'autant que le scénariste ne ménage pas ses efforts pour faire rentrer Giacomo dans une histoire un peu alambiquée. Dans cet ouvrage toutefois, je trouve que le personnage de San Vere est plus mystérieux qu'à son habitude et je trouve que ca lui va bien. De même, dès la première page, je trouve les dessins de meilleure qualité : les traits me semblent plus nets et les couleurs plus lumineuses.

Il faut attendre la suite pour que ce nouveau récit se révèle enfin. En tout cas, c'est ce que j'espère. Mais je vous préviens : si on veut me faire croire qu'une souris va pouvoir aller chercher Parmeno pour sauver son maître (de la souris et de Parmeno) du mauvais coup dans lequel il s'est fourré, je trouverais ça à la limite du ridicule. La souris s'appelle Mimi, pas Mimickey.

Allons donc voir si Giacomo est sauvé d'une mort certaine par noyade. Quel suspense !