45 855 Avis BD |19 853 Albums BD | 7 815 séries BD
Accueil
Tome 5 : Preux et prouesses
 

Garulfo, tome 5 : Preux et prouesses

 
 

Résumé

Garulfo, tome 5 : Preux et prouessesAfin d'acceder au résumé de Garulfo, tome 5 : Preux et prouesses, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Garulfo, tome 5 : Preux et prouessesCinquième tome paru, celui ci ne diffère pas en qualité des autres tomes de la série. De la trés bonne marchandise !! Une trés grande série!! On rigole toujours autant, voire même plus, c'est du grand crû!

Ayroles confirme son talent dans cet ouvrage, l'histoire est trés prenante, et une fois commencée on ne peu plus s'arrêter de lire!!! A chaque page, c'est une vrai merveille!! Ce scénariste à vraiment de l'humour et de merveilleuses idées!! On se demande même quelle est la source d'inspiration de ce génail auteur.

De plus, il est fidèlement épaulé par Maïnora, qui à son habitude nous délivre des illustrations vraiment sympathiques. C'est toujours aussi marrant, les personnages toujours aussi attachants, des situations toujours aussi délirantes!! La mise en dessin est impécable et l'on rit aussi bien par le scénario et les blagues que les dessins!!

Le seul regret est qu'à ce jour (le 4 fevrier 2002) le sixième tome n'est pas encore sorti et que je suis impatient de lire la suite!! Vous le comprendrez, Garulfo c'est comme de la drogue!! Quand on commence, on est dépendant et on peut plus s'arrèter, mais dans ce cas là ce n'est pas mauvais pour la santé, bien au contraire!!


Chronique rédigée par gwenn le 04/02/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 119 (96,75 %)
  • 4 (3,25 %)
  • Total : 123 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,56
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.94
Dépôt légal : Janvier 2000

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Garulfo, tome 5 : Preux et prouesses, lui attribuant une note moyenne de 3,94/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

20 5 2018
   

sans grande surprise j'ai beaucoup aimé ce tome aussi, dans la lignée des précédents. J'ai beaucoup aimé certains passages tels que celui où Garulfo essaie de se réfugier dans l'église. Les dialogues et réflexions autour de l'immunité qui en découlent sont très bien amenés et bien marrants, avec une belle plume qui plus est.
Le tournoi vaut aussi le détour, même si on voit la grosse ficelle dans le scénario qui permet qu'il dure moins longtemps.
Encore une fois même si le dessin est très bon, je pense que la plume du scénariste y est pour beaucoup dans la réussite de cette série (comme souvent dans les bonnes séries).
Vivement la fin.

30 8 2010
   

Aïe, ce que j'avais malheureusement prédit dans mon avis sur le tome 4 c'est réalisé. Le dessin qui dans les premiers tomes n'était pas parfait (un peu incertain, un peu tremblant) mais ne manquait pas de charme, ici après 4 tomes, il s'est affiné, il fait beaucoup plus pro (comme on peut le voir sur la couverture).
Ce que je trouve dommage, c'est qu'il perd en charme. Heureusement qu'il lui en reste et qu'avec ce dessin beaucoup plus pro, la lecture est très agréable.

L'histoire mélange d'action, d'humour et de sentiment : j'ai encore adoré. Drôle oui, mais il y a aussi beaucoup de suspens, je tournai les pages haletant, car il y a des vrai moment tragique et certains passages tiennent vraiment en haleine.

Un excellent tome, mais je suis encore un petit peu déçu par les dessins !

23 1 2010
   

On peut qualifier ce tome de sympathique même s’il ne s’y passe pas grand-chose. C’est devenu une vertu pour cette série de ne pas être ennuyeuse, et, même s’il n’y a pas de quoi grimper aux rideaux, on se laisse prendre au comique de situation lorsqu’il est présent. Quelques (trop rares) épisodes sont savoureux : la question de savoir si le droit d’asile est applicable aux régicides, la mésange qui a reçu un baiser de la princesse et qui se fait renvoyer par le grincheux et dépité Romuald, l’église en sponsor officiel du tournoi… et c’est à peu près tout ! Des répliques comme celles-ci, j’en attendais à chaque page mais le quota est loin d’être atteint. Je suis intimement convaincu qu’Alain Ayrolles en était capable mais qu’il s’est laissé allé à la facilité. Je ne vais pas me priver de découvrir le dénouement de l’aventure, l’ordre des choses va-t-il être respecté ? Le supplice de nos deux infortunés et celui du lecteur touche à sa fin…

4 4 2009
   

Cette histoire avance bien, dans la plus pure lignée de ce qu'il nous a été présenté jusque là. Garulfo et Romuald arrivent à retenir l'attention de la princesse Héphylie, et on arrive presque au dénouement de cette histoire, de ce conte qui renverse tous les codes en la matière. Quelques scènes qui deviendront à n'en pas douter, cultes, comme la scène du droit d'asile ou encore celle du balcon. Dans cette dernière, on reprend les codes de Cyrano que l'on inverse, créant ainsi un décalage humoristique, qui relance l'histoire.
Les expressions des humains et des animaux valent vraiment le détour, et les dialogues sont vraiment drôles; le fait de mélanger plusieurs niveaux de langage dans la bouche d'un même personnage m'a vraiment fait rire. Par ailleurs, voir ce pauvre Garulfo se prêter au tournoi est un moment intense dans cette histoire.
Tous les détails sont travaillés, tous les personnages s'inscrivent parfaitement dans ce conte déjanté, tout est à sa place (peut-être à l'exclusion du chat botté, je ne vois toujours pas l'intérêt). L'ensemble retient l'intérêt et c'est avec regret que l'on se dirige déjà vers le dernier tome.

17 4 2006
   

Un très bon tome !
Ayroles sait toujours aussi bien conter les histoires de princesses et de chevaliers, avec la drôlerie que l'on exige ici, et l’adresse des ses dialogues!

Effectivement, l'action est au rendez-vous, mais une action très disciplinée, pas sans intérêt et inutile pour l'histoire, une action qui cloue sur place le lecteur avec des moments inattendus.

Les personnages qui vivent dans ce tome, sont chacun différents, avec une personnalité bien à eux. On aimera ici le chevalier de Pouce, un peu blasé et obsédé par son père, à qui il veut prouver son courage même s'il doit en mourir ( on notera ici que son père est mort). Mais le chevalier présomptueux et dérisoire qui cherche à impressionné n'est pas mal non plus, avec une coupe de cheveux pas anodine du tout ( mèche devant les yeux et brushing quotidien...)
Un Garulfo encore naïf et gentil. Un Romuald qui change un peu plus, mais qui change avec crédibilité et progressivement. Une aventure qui lui fera peut être changer sa vision des choses...

Une histoire comme on les aime, avec un graphisme expressif, simple et marrant !

31 8 2005
   

Si le tome précédent nous avait fait partager quelques moments de tendresse entre l’ogre et la princesse, ce tome ci se veut plus dynamique et bourré d’action. L’album s’ouvre par une chute vertigineuse de nos deux amis, qui devront ensuite éviter le lynchage pour finalement pouvoir participer aux joutes de chevaliers qu’ils devront impérativement gagner pour obtenir le fameux baiser de la princesse Héphylie.

Cette alternance d’action, de dialogues exquis et de situations d’infortune, combinée aux dessins fabuleux de Bruno Maïorana donnent une impression de dessin animé au lecteur, qui prendra sans aucun doute autant de plaisir à lire ce nouvel album, moins novateur, mais plus dynamiques que les précédents.

12 9 2002
   

Merci monsieur Ayroles ! Après un quatrième volume moyen et donc décevant, on revient à un bon niveau avec ce "Preux et prouesses". Les temps morts du précédent opus sont passés à la trappe, et ce dès les premières planches qui plongent Garulfo et Romuald au beau milieu d'une horde de gardes désireux de les embrocher. Scène délirante et dynamique en diable qui renoue avec les grands moments de la série. Garulfo et Héphylie peuvent enfin se parler et la princesse semble prête à suivre son maladroit de bien-aimé... mais c'était compter sans l'intervention malencontreuse de Romuald qui, tel un Cyrano utilisant Tristan, décide de parler à la princesse avec sa voix de grenouille pendant que Garulfo (toujours sous sa forme de prince) bouge les lèvres pour donner l'illusion. Déçue par ses déclarations, Héphylie se ravise alors et demande, pour prix de son baiser, une victoire au tournoi organisé par le roi...
Les dialogues sont drôles, subtils, agréablement tournés dans un langage faussement châtié. L'humour de Garulfo est en bonne partie le fruit de ses dialogues, la patte de Maïorana se chargeant de l'autre partie : le comique visuel. Impossible de rester de marbre face à ce duo d'auteurs talentueux qui reprennent en main les rênes d'une des grandes séries humoristiques de ces dernières années.

16 3 2002
   

Un très bon tome, j'ai vraiment adoré tout !
L'histoire, mélée à des gags est vraiment délirantes, et on ne peut que être mort de rire en la lisant. Ja'dore cette façon de raconter, Ayroles à son style bien à lui qui fait que il est si particulier...et que ça me plaît, parce que raz le bol des séries qui sont toutes pareilles ! Cette BD sort du lot, c'est agréable à lire, vraiment, g lu la lire au moins 3 fois en 2 mois !
Les dessins sont très beaux, des traits très fins qui ont leur charme, j'adore les couleurs de Leprervost qui collent très bone à l'univers de Garulfo !