45 659 Avis BD |19 750 Albums BD | 7 797 séries BD
Accueil
Tome 4 : L'ogre aux yeux de cristal
 

Garulfo, tome 4 : L'ogre aux yeux de cristal

 
 

Résumé

Garulfo, tome 4 : L'ogre aux yeux de cristalAfin d'acceder au résumé de Garulfo, tome 4 : L'ogre aux yeux de cristal, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Garulfo, tome 4 : L'ogre aux yeux de cristalQu'est ce que c'est compliqué! C'est ce que vous devez vous dire en lisant le résumé du tome. Eh bien non!!! pas du tout, Garulfo, c'est simple, et c'est vraiment poilant!!On rigole tout au long de la lecture, du pure bonheur!!

Dans ce tome, on suit en particulier les pérégrinations de la princesse, mais c'est pour notre grand plaisir!! Comme à son habitude, Ayroles nous conte des situations extravagantes et tordantes de rire! C'est frais, tout au long de la lecture on a le sourire jusqu'aux oreilles. De plus on découvre un peu plus le prince Romuald sous sa nouvelle peau d'amphibien, et ce personnage est vraiment une pure merveille!! On explose de rire par sa bétise!!

Mais Garulfo, ce n'est pas seulement un bon scénario mais aussi de très bonnes illustrations!!! Maîorana, fidèle à lui même, nous présente des dessins vraiment sympas, teintés de bonne humeur. Les personnages sont bien typés et deviennent vraiment attachants!

On savait que Garulfo était une série merveilleuse, ce tome n'est que la confirmation de ce chef d'oeuvre!


Chronique rédigée par gwenn le 03/02/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 119 (96,75 %)
  • 4 (3,25 %)
  • Total : 123 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 10,36
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.78
Dépôt légal : Septembre 1998

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Garulfo, tome 4 : L'ogre aux yeux de cristal, lui attribuant une note moyenne de 3,78/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

24 4 2018
   

J'ai d'abord trouvé les neuf premières pages sans texte assez bizarres et j'ai pensé que ça n'augurait rien de bon. Et puis, avec le texte, les grandes phrases et la verve du scénariste reviennent et c'est à nouveau un réel bonheur.

le récit m'a beaucoup plu, très orienté à nouveau vers les contes de notre enfance, on y retrouve la belle et la bête, le chat botté, tout se mélange dans la joie et la bonne humeur. J'ai beaucoup souri en voyant Romuald et Garulfo, j'aime bien Romuald qui se démène dans son corps de grenouille et qui finit par manger des insectes.
Alors c'est vrai qu'on peut reprocher des rallonges et un récit qui fait du surplace dans ce tome, mais moi ça ne m'a pas choqué à la lecture et je ne crois pas que ce soit ce qui fait le charme de la série.

Non, ce qui est intéressant dans la série c'est bien cet humour un peu recherché (très éloigné de celui d'Arleston dont je lis beaucoup de séries en ce moment), et cette plume délicate.

24 7 2010
   

Encore un très bon tome.
Je ne regrette pas de mettre lancé dans cette folle aventure.

Tout d'abord l'évolution dans le dessin est considérable. Dans le premier tome le trait est encore incertain et pas encore très pros. Dans cet album, il fait vraiment très pros (attention même à ne pas devenir trop « parfait » pour ne pas perdre tout le charme qu’il possède) mais dans cet album il reste très agréable à lire.
Même si l'histoire n'avance pas trop dans ce tome, je l’ai adoré, il est reposant : une fois commencé la lecture, je n'ai pas pu m'arrêter avant la fin.
Les scènes où Romuald explique la société des humains et celles qui se passent dans le château de l'ogre sont très réussies et très jolies (j'adore le contraste de couleurs bleu/rouge dans les scènes avec l'ogre) et les transitions entre les deux sont biens amenées, et ne cassent pas le rythme. Et un peu de tendresse avec l’ogre en plein milieu de l’album ne fait jamais de mal.
Les auteurs stoppent leur récit en plein suspens insoutenable, l’album est donc vraiment très réussi !

23 1 2010
   

C’est bien inégal tout cela. Serait-ce la malédiction des tomes pairs ? J’ai eu la désagréable sensation de lire un tome pour rien. L’aventure ne progresse pas d’un iota et il faut même attendre la planche 9 pour enfin voir un dialogue composé d’un sujet et d’un verbe. Les auteurs semblent véritablement jouer la montre. Le scénario se perd dans des méandres inutiles et seuls nos deux compères conservent un zest d’humour qui nous apparait salutaire dans ce vaste néant. Même les mythes revisités du chat botté et du petit Poucet sont pénibles et s’insèrent de plus en plus mal dans cette histoire.
Les cases me paraissent de plus en plus vide comme en témoignent les intérieurs désespérément vides du château de l’ogre.
Je ne sais pas si c’est le succès commercial qui guide la longévité de la série, je vais m’efforcer de la suivre jusqu’au bout pour la juger dans son intégralité mais cet ensemble décousu ne parvient définitivement pas à me tenir en haleine.

4 4 2009
   

Encore une fois, un très bon album dans lequel Garulfo et Romuald apprennent à se comprendre, à comprendre la vie de l'autre, ce qui n'est pas sans apporter une bonne dose d'humour. Par ailleurs, après trois tomes aux accents comiques, le récit tourne ici vers un peu plus de tendresse, avec cet ogre qui semble gagner en sensibilité. Encore, une fois, les sentiments humains ne sont pas réservés à la seule espèce humaine, message que veulent nous faire passer les auteurs depuis le début de cette série. D'un autre côté, la cour se complaît dans le burlesque, et encore une fois, les auteurs nous gavent de références, d'effets comiques, le tout mis en image avec beaucoup de rythme et de mouvement. Un bien bon tome en vérité qui se livre à nos yeux ébahis.

Pour l'instant, j'ai un peu de mal à comprendre le rôle que les auteurs veulent faire jouer au chat botté. Même si c'est une bonne référence, je vois mal comment ce dernier s'inscrit dans l'histoire.

Les dialogues sont du meilleur cru, avec notamment cette succession de "c'est fermé", "c'est bloqué", "c'est ouvert" déclamé par trois personnages successifs en fin d'album. Quelle finesse et quel humour!

17 4 2006
   

Une suite bien mouvementé pour Garulfo et Romuald. Mais le lecteur est toujours aussi obnubilé par l'histoire contée par Ayroles, drôle, fraîche et insolite.

Entre en jeu ici un ogre à la Shrek, moche et méchant à l'extérieur, mais sensible et malheureux à l'intérieur. Il est vrai que cette histoire parallèle entre l'ogre et la princesse est un peu pesante ( un peu ), surtout lorsqu'elle s'incruste dans un évènement à suspense avec le batracien et le prince. Mais on pardonnera rapidement cette petite maladresse de la part d'Ayroles, car l'histoire est toujours alléchante, avec des personnages attachants.

Ce tome n'est certainement pas le meilleur, mais il mérite sa place dans la série des Garulfo.

31 8 2005
   

Le tandem Garulfo/Romuald, toujours à la recherche de la princesse Héphylie, fonctionne encore à merveille avec de nouvelles scènes hilarantes. Amusant de voir un corps de grenouille expliquer la ‘logique’ humaine à un corps d’humain et un humain expliquer comment manger des insectes à un batracien. La naïveté de Garulfo, combinée aux expressions incrédules de Romuald dans son corps de grenouille font merveille.

Heureusement pour le lecteur, leur quête pour retrouver leurs formes respectives n’aboutira pas dans cet album car ils n’y rencontreront même pas la princesse, qui parodiant la Belle et la Bête, passe sont temps dans la maison d’un Ogre. Cette nouvelle relation entre la princesse et l’ogre donne une petite touche de tendresse à cet album, que l’auteur s’amuse à alterner avec les drôleries de notre duo favori.

12 9 2002
   

Retour de l'impayable Garulfo, accompagné par Romuald, prince irascible et imbu de sa personne transformé en grenouille par une sorcière désireuse de le faire changer d'attitude. Les deux compères ne se sont pas choisis mais il leur faut cheminer ensemble jusqu'à ce que l'enchantement qui les frappe soit dissipé par le baiser d'une princesse. Héphylie, hélas pour eux, a d'autres chats à fouetter : elle se retrouve dans le château d'un ogre réputé sanguinaire qui terrorise la population. Pendant ce temps, les préparatifs pour le tournoi s'intensifient et la fine fleur de la chevalerie va s'affronter lors de joutes. Si seulement Garulfo et Romuald connaissaient le chemin pour se rendre à Lambrusquet...
Album assez atypique que "L'Ogre aux yeux de cristal". Tout d'abord, il n'y a aucune rencontre entre Héphylie et Garulfo, situation inédite dans un album de la série qui nous prive ainsi de scènes toujours drôlatiques. Il y a deux intrigues en parallèle, et si le duo batracien/prince fonctionne toujours, ce qui arrive à la princesse est nettement moins intéressant. Il faut attendre la neuvième (!) planche de l'album pour lire le premier dialogue, ce qui est assez surprenant : Ayroles nous a habitués à jouer avec les mots avec une verve incompatible avec ces longs passages de silence. L'album manque de rythme, c'est très net par rapport aux précédents. Le dessin reste à la hauteur, mais le scénariste a manqué d'inspiration pour ce nouvel opus. On ne voit pas pour l'instant ce que l'Ogre vient faire dans l'histoire, ce qui montre que la mise en place est trop longue et malhabile.
Espérons que le cinquième volume viendra redorer le blason d'une série très attachante dont on se détournerait à regret. Bah, Ayroles a bien le droit de produire un album moyen de temps à autre... mais prions pour que cette fatigue ne soit que passagère. Allez Alain !!

16 3 2002
   

Vraiment mort de rire !
J'ai adorée cette suite, Romuald est un personnage qui m'a bien fait rire avec ses remarques etc, Garulfo, l personage un peu iais découvre la méchanceté de l'homme...La princesse rencontre un Ogre et elle se lie d'amitié avec ! Ca ne vous rappel rien ? Et bien ? la belle et la bête, il est en tran de nous faire une parodie... L'histoire a côté est vraiment bien mené, pas un moment de répis, l'histoire va à 200 à l'heure, c'est vraiment agréable à lire !
Les dessins sont très beaux à mon goûtk, des traits très fins qui ont leur charme bien à eux !