45 865 Avis BD |19 861 Albums BD | 7 817 séries BD
 

Fullmetal Alchemist, tome 1

 
 

Résumé

Fullmetal Alchemist, tome 1Afin d'acceder au résumé de Fullmetal Alchemist, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Fullmetal Alchemist, tome 1Voilà quelques mois que j’ai fini de regarder l’anime, encore quelques mois à patienter pour voir le film mais, maintenant, la sortie très attendue du manga est enfin arrivée :)

Premier constat, j’ai l’impression que c’est vraiment très dur de passer d’un anime au manga papier. Mais bon, contrairement à Samourai Champloo qui m’a énormément déçue, le manga de Full Metal Alchemist a précédé l’anime et n’est donc pas qu’une production commerciale.

Au niveau du scénario, on retrouve pas mal d’épisodes de l’anime, traité beaucoup plus rapidement. Je me demande donc, pour ceux qui aborderaient ce manga sans rien connaître de l’histoire si ça ne va pas trop vite.

La première partie de ce premier tome se déroule dans une petite ville de l’est où un mystérieux prêtre réalise des miracles… Edward Elric, alchimiste d’état du nom de Full Metal Alchemist, y a été envoyé pour ses recherches sur la pierre philosophale. On découvre donc les personnages, l’univers dans lequel ils évoluent et les pouvoirs conférés par l’alchimie. Ces découvertes se poursuivent dans une autre petite ville de l’est, minière cette fois-ci, où l’on va pouvoir s’attacher un peu plus aux personnages qui feront plus humains. Enfin, la dernière scène dans le train montre les capacités des deux frères Elric dans les situations critiques.

Un premier tome qui se lit rapidement mais où on peut regretter que chacune des scènes ne soit pas plus développée (problème quand on a vu l’anime avant). L’univers dans lequel les personnages évoluent, les motivations des frères Elric et leur quête sont bien présentés à travers ces 3 histoires. Il manque peut être quelques liaisons entre ces 3 histoires.

Pour ceux qui ont vu l’anime, vous pourrez noter des différences dans la manière de traiter les scènes, les personnages qui participent… Etant un peu plus développé dans l’anime, cela amène quelques différences qui auront sûrement un impact conséquent à un moment (séparation complète de l’histoire anime et manga)

Le dessin est sympa, assez centré sur l’action, un peu moins sur le détail des décors souvent inexistants. Mais il va bien avec le style de l’histoire. Les personnages sont très sympas et attachants. A noter à la fin du tome et sous les surcouvs des petits strips marrants :)

Un premier tome qui met en route cette aventure, en espérant qu’elle me fera autant vibrer que l’anime qui en a découlé. J’ai bon espoir.


Chronique rédigée par Cha le 14/09/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de ChaReflet de l'avatar de Cha
Statistiques posteur :
  • 236 (19,92 %)
  • 18 (1,52 %)
  • 931 (78,57 %)
  • Total : 1185 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,27 6,27 6,27
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.54
Dépôt légal : Aout 2005

Avis des lecteurs

12 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Fullmetal Alchemist, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,54/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

20 9 2016
   

A mon tour de lire cette série que j’ai vu dispo dans ma médiathèque. Je n’ai jamais vu le dessin animé et c’est avec un œil tout neuf que je me suis plongé dedans.

Le dessin n’est pas transcendant, ce n’est donc pas ça qui soulève les foules. C’est donc du côté de l’histoire qu’il faut certainement se pencher. Or là, il n’y a pas non plus de quoi se relever la nuit, on a 4 chapitres où le FMA entend faire régner l’ordre, à moins que ce soit autre chose mais pour le moment on n’en sait pas plus. Il est accompagné de son frère et les deux sont en adamantium (c’est pas ça le métal mais le résultat est le même) qui fait qu’on voit pas trop comment ils pourraient mourir. On nous explique un peu leur jeunesse, leur « accident ».

Tout ça est gentillet, il y a aussi pas mal d’humour manga, qui ne m’interpelle pas toujours.

Bref, ça se lit mais je ne comprends pas bien l’engouement.

31 8 2016
   

Pour tout dire, je suis à deux doigts d’être déçu par ce premier album d’une série si bien notée. Il faut dire que je n’ai pas vu l’anime qui semble-t-il a engendré un tel engouement pour ce premier album. Pour ma part, j’y vois quelque chose d’extrêmement classique dans sa construction : on introduit un univers et une originalité, que l’on va tenter de nous bien faire rentrer dans le crâne à grande force de répétition. Ici donc, on se retrouve avec des alchimistes, deux frères, capables de manipuler la matière. On nous introduit cette idée selon laquelle un corps d’alchimistes serait capable de tordre la matière, à condition bien sûr de détruire quelque chose pour construire autre chose. Si l’idée est originale et intéressante, on nous assène trois petites histoires autour d’Eward et Alphone Elric pour bien nous faire comprendre des principes que l’on avait maîtrisés dès leur première présentation. Du coup, cela m’a semblé long et répétitif.

Si les deux personnages principaux sont d’emblée sympathiques, et si le thème de l’alchimie est assez prometteur, ce qui est fait ici de ces deux éléments de qualité ne m’a pas semblé des plus intéressants. Mais les concepts seront peut-être davantage poussés par la suite, et une trame générale verra peut-être même le jour : ca vaut le coup de continuer, malgré tout.

1 9 2012
   

Ce premier tome permet non seulement d'entrer dans le monde des deux frères Elric, mais également de découvrir les différents personnages et de dévrir les motivations du Full Metal Alchemist et de son frère.

Au fil des différents chapitres, qui mènent non deux héros par une petite ville sous l'emprise d'un prêtre aux étranges pouvoirs et par une petite ville minière de l'est, le lecteur découvre les pouvoirs que confère l'alchimie. Les personnages sont particulièrement attachants et les histoires parsemées d'humour et d'action sont très plaisantes à lire.

Vivement la suite!

14 12 2010
   

Moi aussi j'avais eu la chance de suivre (de loin, avec -pas tous- les épisodes et dans le désordre) l'animé de cette série, mais je me souviens que pour moi l'animé de "Fullmetal Alchemist" décrivait l'UNIVERS LE PLUS COHÉRENT QUE J'AI PU VOIR DANS UN SHONEN...ça fait rêver de voir ça dans un genre si souvent trop puérile !

Je me faisais une joie de me replonger dans les aventures des frères Elric, que j'avais tant apprécier à l'époque, tout en me souvenant que ce tome 1 était un peu léger par rapport au développement de l'histoire plus loin dans la série.

Disons que pour l'instant, l'histoire est un peu légère, surtout pour moi qui a encore plein d'éléments de la série en tête... Tout se passe très vite, on a peine le temps de nous présenter les personnages, leurs caractères est beaucoup moins développés mais plus gamins que dans mon souvenir. Toutes les péripéties se passent très vite...pour l'instant, ces 3 histoires ont, du moins c'est l'impression qu'elles donnent, de n'avoir que peu de liens entre elles ! Pour contre le tout est bourré d'humour et les combats sont sympa.

Les dessins sont moins fun que dans l'animé, en général trop vide dans les décors, et il y a trop de super-deformed pour moi... Mais bon il reste très sympa à lire.

Une bonne intro !

12 2 2010
   

Avide de nouveautés, je cours à ma librairie préferé pour nourir ma petite vitrine et mon appétit mangesque. Par un temps diablement foireux, je me retrouve devant une tonne de mangas mais... que prendre ? ""Fullmetal Alchemist" c'est franchement génial, bien au délà de tout ce qui se fait en matière de shonen" disait un cher jeune homme qui converser.
Bien, je fouille les étagéres et au miracle, voila la dites série, je lis deux trois pages, j'achéte et je rentre au chaud.

Ce fut une bien bonne surprise que cette série rafraichissante, déjà le fait que l'auteur soit une femme m'a agréablement surpris, en effet, j'ai tout de suite penser que la façon d'écrire et de dessiner d'une femme serait différentes et installerai alors une sorte de fraicheur. J'avais bien raison, ce premier volume m'a emporté et pourtant, qu'est ce qu'il a de plus que les autres ?
Car oui "Fullmetal Alchemist" n'est pas original, le design géneral est plutôt simplet même si efficasse et le speech de départ banal. Pourtant j'ai trouvé le tout très agreable à lire.
Les personnages principaux, pour l'instant au nombre de deux sont plutôt intéressant :
Edward est quelqu'un de déjà puissant d'après les dires et ici point de : je veux devenir ceci ! Ainsi il s'écarte du traditionnel même si dans le fond il reste un hero très shonenisé, tout du moins pour le moment.
Son frère, Alphonse ( drole de nom pour un perso de manga, encore une fois, une touche de fraicheur bien agréable ), est lui aussi un personnage original, résidant dans une énorme armure par faute d'un passé douloureux, il parait plus vulnérable et sensible que son frère, j'ai trouvé cela plutôt interessant, le paradoxe sensible/grosse armure.
Ainsi on se retrouve avec deux héros sympatique possédant un background mystérieux qui tend à s'éclaircir davantage.

Ces deux personnages sont présenté dans ce volume à travers trois petites intrigues apparement sans grande importance, ils évoluent dans un univers très industriels plutôt plaisant. Ces trois histoires sont assez moyenne mais se laisse lire et même si la deuxiéme parait inutile si ce n'est développer les héros, la première à l'air d'avoir une certaine importance. En effet, deux personnages, aux noms évoquant les septs pêchés capitaux font un passage éclair, ceux-ci ayant un design sympas ont l'air d'être capital pour la suite. Ce premier volume ajoute donc déjà sa couche de question. La dernière intrigue permet de montrer de quoi sont capable les deux frères en la maîtrise de l'alchimie, "le systéme de combat" de la série, à l'instar du chakra et des justus ou encore de nen et ses diverses variantes. Celui-ci est interessant mais paraît fouilli et n'est pas franchement bien expliqué, l'auteur y reviendra surement dans les prochain tomes. L'intrigue se termine alors sur la présentation d'un nouveau personnage qui m'a l'air fort charismatique.

Vous l'aurez compris, ce volume m'a enchanté. Et même s'il posséde certains défaults allié à un dessin parfois trop simplet, l'univers même si finalement encore peu dévellopé m'a emporté et la compagnie de ces deux jeunes frères m'a parut bien agréable. Vivement la suite qui je l'espere comblera mes attentes.

15 1 2010
   

Les six avis précédents, tous positifs, m'ont amené à lire ce premier épisode pour découvrir ce que j'espérais être un manga original et réussi. Déconvenue : "Full Metal Alchemist" m'a paru plat.

Arakawa n'apporte rien de neuf en terme graphique, mais ce n'est pas en soi un problème puisque les mangaka ont parfois du mal à innover dans un univers très codifié et que les dessins de cette série ne sont pas mauvais. Tout au plus le lecteur européen peut-il regretter que la diversité graphique de la bande dessinée franco-belge ne se retrouve pas dans le manga (dont j'attends toujours les albums en couleurs directes par exemple...).

Le scénario devrait donc être le point fort de "Full Metal Alchemist". Les avis qui ont précédé le mien font énormément référence à l'anime, et moi qui ne l'ai pas vu, je me demande si la BD en elle-même tient autant la route que le laissent entendre ceux qui ont aimé la version télévisée.

Rien de bien neuf, pas de scène palpitante, des personnages qui ont du mal à se distinguer de tant d'autres imaginés par les créateurs nippons. Peut-être que la série prend davantage d'ampleur par la suite mais j'avoue ne pas avoir eu envie de poursuivre la découverte après cette introduction médiocre et convenue. De plus jeunes lecteurs seront sans doute plus indulgents mais il faut retenir que "Full Metal Alchemist" a du mal à s'adresser à un public plus large que celui auquel son cahier des charges est destiné.

6 4 2009
   

Fullmetal Alchemist est un titre qui bénéficie d’un statut bien particulier avant d’être édité en France, il a été précédé par son animé qui avait remporté un fort succès, et si comme souvent la manga précède l’animé, en France se fut donc l’inverse...
La série est un shonen qui nous conte la quête de deux adolescents, jeunes alchimistes talentueux, qui veulent rendre la vie à leur mère grâce justement à cet art étrange qu’est l’alchimie : cela consiste à transformer une chose en une autre en remodelant les atomes qui la compose (assez compliqué à expliquer mais bon...). Ed et Al, nos deux héros sont donc en quête de la pierre philosophale, pierre mythique qui permet de tout transmuter (action de l’alchimie) !
En apparence, dit comme ça, ce shonen peut paraître très classique et pourtant c’est loin d’être le cas... certains diront que cela vient du fait que l’auteur est une femme et que du coup, l’approche, la sensibilité n’est pas la même (mais on est bien d’accord c’est bel et bien un shonen). Mais cela tient avant tout au fait d’un scénario en béton, ou tout ce qui apparaît au fil de l’histoire paré pensé dés le début, on se retrouve donc avec une histoire complexe (mais pas incompréhensible) riche, à tiroirs, pleine de rebondissements.
Le graphisme est totalement maîtrisé et ce dés le premier tome, le dessin est très jolie, un peu simple, épuré par moment, mais ainsi pas de fioriture ! Les personnages sont tous reconnaissables, charismatiques dans l’ensemble et souvent attachants. L’humour est très présent (ce qui rend les phases plus sombres d’autant plus efficace) et l’auteur n’hésite pas à déformer les visages de ses personnages, pour accentuer certaines mimiques.... ça c’est classique mais ça reste efficace !
Et le plus étonnant c’est qu’un titre aussi bien est le premier de son auteur !

26 5 2007
   

Bon j'admets que Fullmetal est un bon manga, plutôt bien réalisé, et au goût des lecteurs, mais ce n'est pas pour moi une question de mauvaise réalisation ou de dessins mal faits, non, c'est plutôt une question de goût.

Disons que je préfère un bon manga fantastique, plein d'entrain et dans un monde de magie et de fiers guerriers plutôt qu'un manga fantastique, plein d'entrain et dans un monde robotique et de fiers alchimistes.

Donc si vous aimez les mangas fantastiques, plein d'entrein, dans un monde robotique avec de fiers alchimistes, n'hésitez pas à l'acheter, et même si ça ne vous dit rien et que vous avez déjà essayé pas mal de série, allez faire un tour dans ces quelques pages, peut-être y trouverez-vous votre bonheur.

Bonne lecture en tout cas. =)

9 7 2006
   

J'ai moi aussi suivi l'anime, la magnifique anime, et lorsqu'est sorti le manga j'ai eu peur d'être déçue, de ne pas retrouver cette ambiance si propre a fullmetal, cette magie. Et là, je dis BRAVO !! Franchement, c'est génial, je me suis retrouvée basculée tout d'un coup dans l'histoire à nouveau, sans prévenir, sans plus pouvoir refermer l'ouvrage avant la fin.

L'aventure part dès les premières pages, nous transporte dans ce monde qui nous parait très vite familier, nous présente les personnages aussi attachants que marrants, et tout cela en un éclair !
Car en effet, le manga est beaucoup plus bref et rapide que l'anime. Certains y verront sûrement du baclé, mais pour moi ce n'est pas du tout le cas : cela donne une énergie incroyable à l'histoire, qui représente en même temps l'énergie désespérée que dépensent les deux frêres Elrick à leur quête.

Evidement, rien à redire sur l'histoire qui est passionante, pleine de rebondissements, et qui s'affine au fil du temps au lieu de régrésser et de s'essoufler comme beaucoup. Et puis l'humour est très présent aussi, autant dans les textes que dans les graphiques.

Chaque tome est très soigné, les graphiques sont exeptionnels et ils s'améliorent encore au fur et à mesure, les bonus à la fin, bref tout pousse à dire haut et fort que fullmetal alchemist est vraiment un manga magnifique qu'il faut avoir lu à tout prix !!

9 1 2006
   

Comment ! Je n'avais pas encore avisé cette série ! La honte. Oui, car je me suis enchaînée il y a quelques temps de ça l'anime en peu de temps vu que je ne pouvais me décrocher de cet univers super prenant.

J'ai donc illico acheté les deux premiers tomes du manga, priant pour que ça me plaise autant que la série.
Pari remporté au delà de toutes les espérances. C'est beau. L'anime était graphiquement très réussit, et ce premier tome, même s'il souffre de quelques petites imperfections, n'est vraiment pas désagréable à regarder. Vive le N&B quand même.

Les évènements s'enchaînent rapidement, on n'a quasi pas le temps de souffler et c'est pour notre plus grand plaisir. Quelques détails changent par rapport à l'anime mais globalement, c'est pareil jusque là. On peut regretter le fait qu'on passe vite sur les actions en elles-même, mais le rythme dynamique convient bien à cette série et au caractère impulsif d'Edward.
Le monde de l'achimie nous est bien présenté et c'est sans attendre qu'on fait la connaissance des Frères Elric (vive Edward !!), on connaît leur objectif et tout et tout, bref c'est bien passionnant tout ça !

22 9 2005
   

Il y a un ou deux ans, j'avais lu dans un magazine l'arrivée dans les pages du mythique Shonen Jump la publication de Full Metal Alchemist, un shonen sur le thème de l'alchimie sortant un peu de ce que l'on avait l'habitude de voir. Au vue des planches qui accompagnaient cet article et du résumé de l'histoire, je me suis dit : "Vivement que ça finisse chez nous tout ça :)".
L'année d'après, nos amis subbeurs nous traduisent le nouvel anime qui fait fureur au Japon : Full Metal Alchemist, après avoir récupérer les 51 épisodes, je les ai enchainé sans pouvoir m'arrêter tellement j'ai été accroché par cette histoire. Quelques mois auront suffit ensuite pour que la license de l'animé soit rachetée et diffusée sur Canal+, mais avec un doublage très mauvais, surtout lorsque l'on a gouté à la VO. Enfin, après une longue bataille entre éditeurs, ce sont les éditions Kurokawa qui récupèrent la license du manga et qui le publie chez nous.

Premier constat, un graphisme légèrement moins beau que l'anime et parfois irrégulier (notamment pour Lust). Mais il ne faut pas oublier que ceci est le 1° tome de la série et je pense que cela va s'arranger par la suite, chose très fréquente dans les manga, dues aux contraintes de prépublications en magazine. Attention, ce n'est pas parce que c'est moins beau que l'anime que ce n'est pas agréable à regarder, l'anime avait atteint un niveau d'excellence assez remarquable. Chose rare aussi chez moi, je regrette la perte de la couleur sur ce tome, à voir si ça me passera avec le temps.

Au niveau du scénario, pour l'instant, il suit la trame de l'anime mais va beaucoup plus vite, ce qui rend la série plus dynamique et permettra ensuite de plus développer certains personnages secondaires (bon là, j'anticipe un peu mais j'ai mes sources ;)). En tout cas, cette augmentation de dynamisme n'est pas un mal concernant ces premières histoires qui nous présente juste les personnages principaux et leurs capacités, l'univers où ils évoluent, sans poser un vrai début d'histoire.

Un tome d'introduction qui pose les bases d'une série qui fut grandiose en anime, j'attend de voir l'évolution du manga avec impatience.