46 501 Avis BD |20 162 Albums BD | 7 884 séries BD
Accueil
Tome 7 : Wintertime
 

Fog, tome 7 : Wintertime

 
 

Résumé

Fog, tome 7 : WintertimeAfin d'acceder au résumé de Fog, tome 7 : Wintertime, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Fog, tome 7 : WintertimeNous voilà replongés dans le Londres du 19è siècle avec le duo Bonin/Seiter, pour le plus grand plaisir de nos mirettes.

Pour ce septième tome, force est de constater que le plaisir de lecture reste intact.
La qualité du trait persiste, stylisée mais pas rebutante.
Le noir est très largement et judicieucement utilisé pour renforcer le mystère qui règne dans ces pages.
On perçoit très clairement que Cyril Bonin se fait plaisir dans ces décors d'époque avec des costumes bien travaillés et d'authentiques "gueules" de cinéma.

Indéniablement, c'est brillant.

Pour ce qui est de la structure narrative, on reste sur un schéma en 2 tomes, très efficace, qui permet de développer suffisamment l'intrigue sans la faire trainer en longueur.
J'aime beaucoup le style de Roger Seiter, qui multiplie les personnages et dévellope plusieurs pistes afin de les réunir magistralement à la fin.
C'est toujours plaisant, surprenant, fantastique, bref, du grand Art !

Vraiment un bon moment de lecture, je conseille vivement.


Chronique rédigée par pierrino le 21/10/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 32 (94,12 %)
  • 1 (2,94 %)
  • 1 (2,94 %)
  • Total : 34 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 10,40 10,40 10,40
Acheter d'occasion : 7,22
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.33
Dépôt légal : Octobre 2006

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Fog, tome 7 : Wintertime, lui attribuant une note moyenne de 4,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 7 2014
   

Ce quatrième diptyque qui démarre ici s'annonce, une nouvelle fois, sous les meilleures auspices. On est toujours à Londres mais Bonin introduit un dose d'exotisme avec ce retour au pays de cette expédition archéologique en provenance d'Egypte, expédition qui ramène les trésors découverts dans la très secrète tombe d'Akhenaton. On connaît maintenant le goût du scénariste pour le fantastique alors on se dit qu'il va y avoir quelque part là-dedans une malédiction egyptienne attachée au fameux sarcophage...mais le scénariste nous surprend encore en évitant ce qui aurait certainement paru comme trop évident.

A la place, on nous présente le chef de l'expédition archéologique, le colonel Blake, qui est en fait le parrain de la pègre londonnienne. Ainsi, on découvre un nouveau style, une nouvelle orientation à ce récit : une guerre des gangs dans les bas-fonds de Londres, où on aura la surprise de revoir Janet Oswin. On s'éloigne ainsi des enquêtes sur l'étrange et l'insolite des deux diptyques précédents pour se concentrer sur des situations plus réelles. D'autant que l'authenticité des pièces rapportées d'Egypte pourraient être remises en question, d'autant qu'il est également question de chantage suite aux événements qui se sont déroulés lors de la fameuse expédition, d'autant que Ghost et Aicha semblent bien énigmatiques... Bref, encore une fois, on a une belle densité de personnages et de situations. Comme on en a l'habitude avec Bonin, tous ces éléments semblent disparates mais on sent bien qu'ils sont agencés dans un but bien précis, but que nous sera revélé dans le prochain et dernier tome.

Depuis tous ces albums, on s'est attaché aux personnages récurrents. La menace qui pèse sur Andrew Molton ne peut qu'impliquer le lecteur tandis que l'évocation du passé de Ruppert Graves donne plus de profondeur à ce personnage que l'on apprécie. Mais c'est bien l'ensemble des protagonistes impliqués, depuis le petit malfrat Duke, jusqu'au sommet de la pègre locale, en passant par les salons de Westminster, qui sont très travaillés, très crédibles, et qui donnent au récit une authenticité bienvenue.

L'intrigue, les lieux, les personnages, sont encore une fois très solides et si on sait que le scénariste va nous surprendre, on ne sait pas encore comment. Enfin,en se référant davantage aux tomes passés (beaucoup de référence en bas de pages, présence de Sam Weller et de Janet Oswin), l'auteur donne une cohérence à sa série et également une stabilité.

27 12 2007
   

Les auteurs continuent de bien belle façon cette série vraiment personnelle ; et ce dans le Londres du XIXème siècle.
Les meurtres se suivent dans un brouillard typiquement britannique à couper au couteau.
Le postulat m'a d'abord emmené en Egypte, se poursuivant dans l'île de Sa Gracieuse Majesté ; ce dans un style graphique qui sent bons ces vieux romans populaires du début du siècle dernier ; des romans où certaines actions étaient expliquées par un dessin pleine page souvent réalisé à la plume.
Le présent scénario ?... assez "dangereux" de par le fait que Seiter pouvait tant soit peu "s'égarer" dans les développements. Ce n'en n'est pas le cas et ce qui pouvait être une sorte de pari d'écriture est réussi.
Un bien bon tome, un peu plus ryhtmé que les précédents -offrant ainsi plus d'attrait de lecture-. Beau style graphique en noir/blanc qui correspond bien à ces ambiances façon Conan Doyle du "temps passé".
Vraiment pas mal.