46 512 Avis BD |20 172 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 2 : La finca Don Diego
 

Flor De Luna, tome 2 : La finca Don Diego

 
 

Résumé

Flor De Luna, tome 2 : La finca Don DiegoAfin d'acceder au résumé de Flor De Luna, tome 2 : La finca Don Diego, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Flor De Luna, tome 2 : La finca Don DiegoAprès un premier tome qui nous proposait une traversée mouvementée entre l'Europe et Cuba, voilà que les scénaristes déroulent sans surprise un scénario dans la plus pure tradition des feuilletons. Diego de Castellano a acheté dans le tome précédent un lopin de terre pour faire pousser du tabac et les affaires se développent assez bien. Lucia connaît des grands déboires dans sa vie, avec successivement l'accouchement d'un enfant issu du viol dont elle a été victime sur le bateau dans le tome précédent, enfant illégitime dont la couleur n'est pas suffisamment au goût de sa famille, avec un mariage forcé avec Portero, ennemi juré de Castellano, mariage qui forcément ne conduira à rien de bon, et notamment à la naissance de Corrina, qui est déjà une peste à cinq ans... C'est donc un album riche et plutôt bien construit qui nous est présenté, et qui contient tous les grands poncifs du genre, tous les ingrédients d'une grande saga.
Le travail autour du tabac et la vie cubaine à cette époque ne sont en revanche qu'à peine évoqués et on a du mal à véritablement se sentir dépaysé (il pourrait s'agir de céréales dans n'importe quel autre pays que cela n'aurait pas véritablement d'importance), ce qui est plutôt dommage. Les scénaristes ont préféré développé les individualités, les caractères des acteurs, plutôt que l'environnement.

Mais dans l'ensemble, je ne me suis pas ennuyé, le rythme est plutôt bien trouvé, et les dessins sont vraiment bien réalisés. Les décors et paysages, notamment, sont très réalistes, clairs et vifs. J'apprécie vraiment le trait utilisé dans cet album. La tension monte tout au cours de cette histoire, on sent que le drame propre à toutes ces grandes sagas commence à se nouer. Par ailleurs, il est assez bien vu de conduire en parallèle cette saga familiale qui débute au 19ème siècle, et cette enquête sur le meurtre de Porter de nos jours. A priori, la famille Castellano et la famille Portero se haïssent depuis le 19ème siècle, et cette haine semble encore faire échos de nos jours.

C'est donc un travail plutôt honnête qui nous est proposé. C'est pas mal, même si le thème de l'industrie du tabac en terre cubaine aurait pu être un petit peu plus développé. Les dessins sont vraiment bien réalisés et finalement on se laisse porter par cette histoire.


Chronique rédigée par gdev le 07/06/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 3282 (74,22 %)
  • 366 (8,28 %)
  • 774 (17,50 %)
  • Total : 4422 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,21 13,21 13,21
Acheter d'occasion : 5,18
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Juin 2008

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Flor De Luna, tome 2 : La finca Don Diego, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

11 6 2019
   

J'hésite entre 3.5 et 4 pour mettre une note à mon avis. Comme pour le premier tome je ne me suis pas ennuyé, j'ai même été plutôt intéressé par cette saga. J'ai suivi avec intérêt les déboires de ces familles qui s'installent et se lancent dans la culture du tabac pour produire des cigares. Comme toutes les sagas, les familles se déchirent autour des complots amoureux ou politiques, ce qui dynamise le récit.

Comme pour le premier tome, la culture du cigare n'est pas assez développé, on lit une ou deux phrases par ci par là qui semblent tout droit sorties d'un bouquin et qui alourdissent le propos alors que ça devrait être l'inverse. C'est le gros point négatif de la série pour le moment. Et c'est aussi ce qui m'empêche de mettre un 4.