46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
 

Fée et tendres automates, tome 1 : Jam

 
 

Résumé

Fée et tendres automates, tome 1 : JamAfin d'acceder au résumé de Fée et tendres automates, tome 1 : Jam, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Fée et tendres automates, tome 1 : JamPremière épisode d'une série, il met en place un décor magnifique, dans un monde cruel et remplit de violence, de violence humaine.

Le dessin est très beau, avec des teintes précises et nettes qui expriment très bien le sentiment d'insécurité de ce monde.

L'histoire est lente, voire très lente des fois, mais le scénario fait que l'on s'attache vite aux personnages, et on a envie de rentrer dans ce monde pour découvrir la fin !

En un mot, superbe.


Chronique rédigée par sylfeline le 03/05/2002
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de sylfelineReflet de l'avatar de sylfeline
Statistiques posteur :
  • 15 (93,75 %)
  • 1 (6,25 %)
  • Total : 16 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,21 13,21 13,21
Acheter d'occasion : 7,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Octobre 1996

Avis des lecteurs

12 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Fée et tendres automates, tome 1 : Jam, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 12 2011
   

Magnifique premier album, à l'image de la série en entier, d'ailleurs.
J'ai été conquise dès le début par cette histoire aussi improbable que jolie, d'un automate à la recherche de sa fée inachevée. Cette scène où enfin il estface à elle et qu'il lui crie de lui dire un mot, juste un mot, est d'une intensité..
Le décor est planté dans ce premier tome. La cité, les hommes, et le reste... Le monde des automates et autres pantins de toutes sortes... La naissance de Jam, notre héros, et la rencontre avec sa fée... C'est vraiment magique, comme histoire. Ca l'est tant du point de vue du contenu en lui-même que de la forme, d'ailleurs. J'aime beaucoup la narration tenue par Jam, ses réflexions très bien tournées...

Cerise sur le gâteau, le dessin est de toute beauté et il ne vole assurément pas les louanges qu'on lui fait toujours. Béatrice Tillier a un coup de crayon absolument superbe et la mise en couleurs est toute à son service. La fée est magnifique et les décors, le style architectural, tout cela est de très bonne facture.

Une réussite sur tous les plans, que ce premier album !

4 4 2011
   

Une belle découverte. Pas encore parfait, mais un album franchement bien.

Tout comme dans "Yiu" (oui, OK, le rapprochement n'est pas forcément bien trouvé, mais Téhy y est aussi le scénariste, non ?) l'album commence par une plongée directe dans l'intrigue/action (sans introduction, donc) et d'un résumé de la situation géo-politique de l'univers qu'on visite grâce à notre lecture (même si dans le tome 1 de "Yiu", ces deux éléments de l'intrigue sont inversés).

Le dessin est très joli. Dans un style plutôt réaliste, mais assez moderne (même si les couleurs atténues ce côté) et pas figé. Il joue aussi pas mal sur les teintes d'une même couleur. Les visages sont beaux et l'architecture des bâtiments du décors grandiose : Magnifique (un style qui me fait légèrement penser à Turf). Un graphisme très fin et très agréable à regarder, qui nous transporte dans une sorte d'univers plutôt post-apocalyptique et un peu onirique. On y croise des pantins, marionnettes, robots et autres automates, dans l'atelier d'un espèce de Ghepetto steampunk (même si je ne connais pas assez ce style pour affirmer que "Fée et tendres automates" est une BD steampunk). On voit aussi les brides d'une révolution (les cause ne nous sont pas données dans ce tome) qui amènera plus tard a une dictature. Mais à cause (ou finalement grâce) à un long flash-back, l'intrigue ne sera pas plus développée.

On a tout de même envie de suivre Jam dans sa (con)quête de la fée, pour lui rendre sa bouche.

La découverte d'un joli univers : une bonne surprise :) !!!

9 3 2009
   

Un premier tome qui s’annonce prometteur par son originalité mais dont le scénario m’a un petit peu laissé sur ma faim.
L’originalité repose sur l’univers dans lequel nous sommes invités : un monde post apocalyptique, dans lequel un automate mélancolique se souvient avec nostalgie et tristesse de sa « naissance », de sa rencontre avec une fée. J’ai bien aimé le monde à la Tim Burton qui nous est présenté, ce foisonnement de lutins, farfadets et autres créations de Mister Sir Crumpett’s, personnage rude et attachant. Si l’ensemble de ses créations regorge de joie et d’insouciance, lui reste obnubilé par la création de l’être parfait…Face à l’insouciance, la joie de vivre de tous ces jouets, on devine le déchirement, la violence, le folie des hommes au dehors, qui gagnent d’autant en intensité. L’univers présenté, la forteresse cathédrale, la personnalité du créateur de génie, sont autant d’éléments qui retiennent l’attention, qui créent l’attachement, surtout que la mise en images et couleurs de l’ensemble est bien dosé, et cadre parfaitement avec l’atmosphère déjantée de l’ensemble.

Mais du côté du scénario, j’ai été un peu déçu par cette présentation un peu contemplative et nostalgique de Jam, l’automate héro de l’histoire, qui ne semble être créé que pour être malheureux. Face à ses congénères, il semble bien maussade et triste et sa nostalgie est bien difficile à comprendre. Par ailleurs, j’ai un peu de mal avec le concept d’œil-fée, censé expliquer les recherches de Mister Sir Crumpett’s, mais que je n’ai certainement pas compris.

Malgré tout, je suis resté accroché à cette histoire et me suis amusé de tout ce petit monde de jouets et autres automates, de cet univers un peu enfantin que l’on apprend à envier plus que celui des adultes. Une attente pour le prochain tome ?... que le scénario gagne en profondeur…

21 8 2007
   

Petite déception pour ma part que ce premier tome de "Fée et tendres automates".

Si le titre de la série est vraiment bien trouvé, et la couverture alléchante, cet album manque d'éléments pour vraiment me satisfaire.

En effet, le scénario tournant autour de Jam, l'automate mélancolique vivant dans un monde chaotique, m'a paru un peu léger. Peut être l'histoire manque- t-elle de profondeur car ne s'intéressant en détail qu'à Jam, ou bien tout simplement est-ce la trame du scénario tenant sur un timbre poste qui m'a dérangé... En tout cas, la magie n'a pas opéré dans mon cas.

Mais finalement, j'ai peut être été le plus déçu par les dessins de Tillier. En effet, j'attendais à en prendre plein les yeux, et au final, même si c'est très bien dessiné, je n'ai pas été plongé dans cette ambiance enchanteresse que tout bon conte doit véhiculer sous peine de voir le lecteur bailler par moment.

8 10 2006
   

Quelle claque cette bd !
Non seulement les dessins sont absolument sublime et ... "petillant" ( ouaaais :D )
Mais le scénario est vraiment génial ! C'est vraiment un coup de coeur que cette bd !
Tout est magnifique ... J'ai du mal a en parler tellement tout est beau ...
Si on me demande qui j'ai envie de rencontrer tout de suite je repond tout de suite :
Béatrice Tilllier et Téhy ( aussi Fernandez dessinateur du magicien d'oz mais bon :D )
Je la conseille vraiment a tout le monde cette bd ...

21 1 2006
   

Lorsqu’un intrus pénètre dans un musée pour y retrouver sa fée-automate, ballerine inachevée aux yeux clos, et qu’il l’implore, lui hurle, de lui accorder un regard, juste un regard, je suis complètement tombé sous le charme.

J’ai de suite été transporté dans l’univers féerique de Mister Sir Crumpett’s. Un petit monde enchanteur, telle une oasis à l’écart de la folie des hommes, dont on devine la fragilité. Entouré de ses gnomes, farfadets, jouets, lutins et autres automates, le vieil homme s’acharne à retrouver la pureté au travers de ses créations.

Jam est le personnage le plus touchant. Un automate envahi par la tristesse dès le jour de sa création car il n’est qu’un brouillon, un de plus, parfaitement inutile.

Voilà un conte qui génère beaucoup d’émotions, tantôt par le dessin, tantôt par les dialogues ou les événements. Un mélange de tendresse, de mélancolie et de poésie.

Le trait et les couleurs sont des plus esthétiques. Superbe.

Il est rare d’être sous l’enchantement d’un récit après quelques pages seulement. C’est ce qu’a parfaitement réussi ce tome d’ouverture.

29 12 2005
   

Téhy et Béatrice Tillier ("Mon voisin le père Noël") nous plongent dans un monde complexe pour une histoire d’amour simple et belle.

Un monde futuriste avec des automates, un décor baroque, une fée au regard enchanteur et un arrière-plan apocalyptique aux couleurs rougeâtres. Un contraste entre la joie de vivre des automates et la barbarie des humains. Des couleurs rouges, vives et chaudes symbolisant la guerre, la rage et le feu.

Et en surplomb de ce fantastique décor, une histoire d’amour, le coup de foudre de l’automate Jam pour une fée. L’amour d’une créature qui n’a pas encore été souillé par les êtres humains, un premier amour d’une pureté extrême au sein d’un univers violent.

Un très beau conte pour adultes aux décors magnifiques, amplifiés par un découpage grandiose et au scénario attachant mélangeant tragédie et action, romantisme et barbarie.

9 10 2005
   

J'ai un attachement tout particulier pour cette série, car c'est la première que j'ai achetée, sur un véritable coup de coeur pour les merveilleux dessins de Béatrice Tillier. Dès les premières planches, des double-pages, je suis tombée sous le charme de son coup de pinceau qui réhausse avec tant de grâce le récit de Téhy. L'extrême violence des hommes, leur barbarie, coexiste avec la douceur et le merveilleux qui émanent du petit monde créé par Mister Sir Crumpet, l'histoire démarre sans temps mort et nous laisse avec l'envie très forte de connaître la suite. Une si belle histoire, une telle poésie, de telles planches, j'en redemande !

25 4 2004
   

Cet ouvrage est original, je ne peux pas dire le contraire.
J'aime bien le dessin, très attachant, léché, et architectural, ce qui me plaît souvent.
L'histoire prend corps dans ce 1er tome des 3 de la série.
Le personnage de Jam, autour duquel tourne ici toute l'histoire, est cohérent, de plus je trouve que sa mélancolie est bien rendue par les illustrations ou les phrases de texte.
Pourtant, quelque chose ne me permet pas de me lancer entièrement dans ce livre.
J'ai du mal avec ce monde simple (le récit est beaucoup moins complexe que le monde dans lequel il se déroule), un peu trop manichéen pour moi.
Que tout le mal soit porté par les humains ne me semble pas scandaleux, mais j'ai du mal à passer le cap qui amènerait cette BD à devenir une oeuvre achevée.
Je trouve que à part Jam, le reste des personnage n'est pas clairement affirmé, ce qui, je peux aussi le concéder, laisse peut être augurer d'une suite plus conséquente et moins structurée.
Un peu d'élargissemnt, pourtant, et le scénario pourait être prometteur. A suivre donc.

28 8 2003
   

Ce premier tome de Fées et Tendres Automates fait partie de ces albums où on ne sait pas quoi en dire tellement la lecture parle d'elle même...Dés les premières pages la magie opère et on se prend d'affection pour Jam, on le suit dans cette aventure qui ne fait que débutée et on oscille entre joie, bonheur et haine, souffrance au fil des pages.
Ce tome d'introduction assez lent est tout à fait suffisant pour vouloir la suite et découvrir comment Jam reconquérira sa fée...
Le tout est sublimement mis en image par Beatrice Tellier qui par sa touche féminine donne à ses dessins une magie incroyable. Les couleurs sont de plus d'une beauté rare...

Bref ce premier tome annonce cette série comme magique, poétique et belle. A LIRE !!!!!

22 8 2002
   

C'est un de ces albums qu'on ouvre presque par hasard. Je n'avais pas beaucoup entendu parler de cette série, mais le titre, "Fées et tendres automates", m'a laissé entrevoir un thème original et accrocheur. Je me suis vaguement dit que si ce premier tome pouvait être à la bande dessinée ce que "Edward aux mains d'argent" est au cinéma, ce serait extraordinaire. Et puis j'ai rangé l'album, pas plus pressé que ça de le lire. Sans doute par peur d'être déçu. Que l'alchimie ne fonctionne pas. Que l'enchantement ne soit que dans le titre. J'ai tout de même fini par le lire. Et j'ai été émerveillé.

Dans la cité de Carlotta, un personnage élancé, tout de noir vêtu, joue les monte-en-l'air sur la façade d'un gigantesque bâtiment. Après avoir neutralisé deux gardes postés sur le toit du muséum, il déjoue les pièges et les alarmes avec une agilité peu commune, jusqu'à son but. Car parmi les merveilles que renferme le musée, une seule intéresse le mystérieux visiteur : une automate inachevée, une fée sans bouche. Une créature créée de toute pièce. A moins qu'elle ne soit plus qu'un simple automate ? Et ce cambrioleur, est-il aussi humain qu'il le paraît ? Les créations de l'homme peuvent-elles se révéler plus humaines que l'espèce qui les a engendrées ?

Graphiquement, "Fées et tendres automates" est assez magnifique. Béatrice Tillier parvient à mettre un peu de sa féminité et de sa grâce dans son trait, qui du coup est empreint d'une émotion véritablement étonnante. Téhy lui rend justice avec un scénario fabuleux. J'ai refermé l'album en me disant que j'aurais aimé écrire cette histoire. Il n'est pas si fréquent que l'on admire une chose au point de regretter de ne pas en être l'auteur. Le découpage est parfait. L'écriture est limpide et chaude. Les scènes se suivent avec bonheur. La mécanique de l'ensemble est parfaitement huilée.

Ce premier album est d'une qualité exceptionnelle. C'est magique, aérien. Si la trilogie annoncée reste à ce niveau, on aura là une oeuvre majeure. N'attendez pas pour vous faire une opinion - c'est-à-dire pour être conquis.