44 761 Avis BD |19 300 Albums BD | 7 664 séries BD
Accueil
Tome 1 : Maison rouge
 

Fantômes blancs, tome 1 : Maison rouge

 
 

Résumé

Fantômes blancs, tome 1 : Maison rougeAfin d'acceder au résumé de Fantômes blancs, tome 1 : Maison rouge, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Fantômes blancs, tome 1 : Maison rougeLa surprise de la rentrée de septembre 2005.
Un album qui n'a l'air de rien, mais qui gagne à être connu. Appollo nous propose une étrange histoire, entre ennui amoureux et récit de fantôme. Le personnage de François, descendant d'esclaves noirs revenant sur la "terre de ses ancêtres", et porteur d'une certaine modernité, est intéressant. A ses fêlures, à ses angoisses répondent une ambiance étrange, comme la fin d'une époque sur cette île des Antilles.

Après le remarquable La Grippe Coloniale, Appollo nous livre là un album touchant, oscillant entre plusieurs genres mais curieusement, s'enrichissant des poncifs de chaque genre pour les rendre harmonieux.

Il entraîne dans son sillage un Li-An inspiré, qui délaisse pour l'occasion son trait "moebiusien" du cycle de Tschaï pour un trait plus dépouillé, plus fin. Et il a raison.


Chronique rédigée par Spooky le 18/01/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de SpookyReflet de l'avatar de Spooky
Statistiques posteur :
  • 866 (80,26 %)
  • 70 (6,49 %)
  • 143 (13,25 %)
  • Total : 1079 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,21 13,21 13,21
Acheter d'occasion : 11,94
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Aout 2005

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Fantômes blancs, tome 1 : Maison rouge, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 4 2017
   

Maxime et François reviennent sur leur île après des années d’absence. L’ambiance est vraiment là , je l’ai bien ressentie : la musique, la chaleur, le rhum, l’ennuie et les souvenirs. Mais le récit ne décolle jamais. J’ai bien attendu, j’ai vu parfois des étincelles : des allusions au racisme, notamment dans ces anciennes plantations où l’esclavagisme sévissait ,un fantôme qui raconte son passé, un trésor caché. Mais je n’ai pas trouvé ça emballant, il manque certainement du rythme. A moins que ce soit le dessin, dans son style semi réaliste, qui fait la part belle aux ambiances mais qui reste aussi un peu trop statique.

Pour l’instant c’est classique, c’est joli mais ça manque d’entrain. La fin de ce diptyque me fera peut-être mentir.

15 10 2011
   

Sympa ce premier tome, même si il brasse tellement de sujet qu'on a du mal à savoir où les auteurs nous emmènent...

Bon déjà le dessin est sympa ; dans un style semi-réaliste et assez drôle avec un encrage peut-être trop fin des fois (beaucoup plus fin que sur la couverture, alors ça marque) : avec de jolies couleurs. Bref, la partie graphique est plutôt une réussite.

Sur la couverture, on peut voir un gros autocollant avec dessus "Par le scénariste de "La grippe coloniale"". Comme je voulais lire cette autre série, je me suis laissé tenter par cet album mêlant exotisme et onirisme, c'est pas mal du tout bien qu'un peu confus pour savoir qu'elle est la trame principale de l'intrigue. Mais bon les personnages sont attachants, et les thèmes (premier pas de l'aviation ; rêves et fantôme de pirate) sont plaisant à lire donc je suis curieux de lire la suite.

12 5 2006
   

Une île créole...
François et Maxime ont grandi ensemble, dans le domaine de Maison Rouge. A la mort de son père, Maxime devient le propriétaire du domaine et décide de quitter Paris pour revenir dans le pays de son enfance. François le suit, laissant derrière lui son bel amour Bénédicte. Il va bientôt tomber sur deux alcooliques chasseurs de trésor et va rencontrer un étrange fantôme..
Un album où l'on trouve l'ambiance, mais les décors sont plutôt dépouillés. Le rhum, la chaleur et un gramophone suffisent à poser le cadre exotique : c'est peu.
Mais passé le dépaysement, pas facile d'accrocher. Les idées farfelues se succèdent, sans qu'on en saisisse parfois la cohérence ou l'utilité.
Les quelques allusions au racisme et à l'esclavagisme des plantations laissent deviner une approche plus profonde, qui sera peut-être à venir... Peut-être...