44 465 Avis BD |19 163 Albums BD | 7 626 séries BD
Accueil
Tome 20
 

Fables, tome 20

 
 

Résumé

Fables, tome 20Afin d'acceder au résumé de Fables, tome 20, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Fables, tome 20Ce vingtième volet reprend les épisodes #108 à #113 de la série US et propose un tome de transition après la fin de l’affrontement entre les Fables et Mister Dark. Suite au sacrifice héroïque du Vent du Nord lors du tome précédent, cette suite s’attelle surtout à lui trouver un successeur.

L’arc majeur de cet album reprend les quatre épisodes de « Inherit the Wind » (#108 à #111) et propose plusieurs histoires en parallèle. Il y a tout d’abord Bufkin, le singe sans ailes qui tente de démarrer une révolte dans le pays d’Oz. Si ces aventures permettent de croiser des personnages amusants, le récit se termine surtout par un cliffhanger de format qui donne envie de découvrir la suite. Il y a ensuite les plans de Mlle Spratt, qu’il faut dorénavant appeler Leigh Duglas et qui continue de s’entraîner malgré sa ligne de mannequin afin de venger Mister Dark. Mais la partie la plus intéressante de cet arc est la recherche de l’héritier du Vent du Nord. Cette quête permet non seulement à Willingham de mettre en avant les trois autres vents cardinaux, qui cherchent à s’emparer du trône vacant, mais surtout de développer la personnalité des louveteaux de Bigby et Blanche Neige. Ceux-ci doivent en effet passer des épreuves afin de déterminer lequel sera le plus apte à succéder à son grand-père. Si l’absence de Ghost est regrettable, la prophétie d’Ozma au petit Ambrose promet par contre encore des aventures particulièrement intéressantes.

La suite de l’album propose des histoires courtes de qualité assez inégale. L’épisode #112 invite à suivre Rose Rouge à la veille de Noël. Afin de choisir quel type d’espoir elle désire incarner, la sœur de Blanche-Neige rencontre notamment le Père Noël et La Petite Fille aux allumettes. L’épisode #113 (In those days) contient plusieurs récits mis en images par divers artistes. L’histoire du porc-épic qui finit par draguer toutes les femmes est plus amusante qu’incontournable. Celle de la tortue qui porte une tasse de thé sur son dos et dont dépend l’avenir de tout un royaume n’est pas mauvaise. Mais la plus intéressante est celle de ce sorcier qui explique comment Fableville a réussie à échapper à l’Adversaire pendant si longtemps.

Bref, un bon tome de transition !


Chronique rédigée par yvan le 15/12/2013
 
 
Statistiques posteur :
  • 2329 (58,21 %)
  • 1101 (27,52 %)
  • 571 (14,27 %)
  • Total : 4001 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,25 14,25 14,25
Acheter d'occasion : 28,09
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Décembre 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Fables, tome 20, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 2 2017
   

Un peu moins enthousiaste que notre hyperactif chroniqueur Yvan ;) sur ce qu'il appelle un tome de transition. Assez d'accord avec cette formule, mais il me semble pour le reste que "L'héritier du vent" est assez moyen par rapport à la qualité qu'on a souvent rencontrée dans cette série.

Bill Willingham opte pour une narration en récits parallèles. On passe quelques planches avec des personnages puis on se retrouve avec d'autres quelques pages avant de les abandonner à leur tour. Le procédé n'est pas nouveau (il me fait toujours penser à "L'Empire contre attaque" de la saga Star Wars, sans doute parce que ce fut ma première rencontre marquante avec ce type de narration) mais il fonctionne à demi dans cet album. Les scènes sont très courtes, le découpage est souvent limité à quelques cases par planche, ce qui fait qu'en quelques pages il est difficile de faire avancer significativement les choses.

Et avec ce type de récit, dès qu'une partie est moins prenante, c'est l'ensemble qui vacille. Or, les péripéties du singe Bufkin sont décalées mais assez ennuyeuses à lire. Le second degré de Willingham n'est pas toujours très drôle (le spin-off de "Jack" a fourni pas mal de délire mais en terme de bon album, je reste très réservé) et il prend pas mal de place dans ce tome 20.

L'histoire autour des louveteaux est la plus réussie, mais en s'achevant avec des histoires qui ne font guère avancer quoi que ce soit, "L'héritier du vent" ressemble à un petit coup de mou après la conclusion de l'affrontement avec Mister Dark. Ça ne remet pas en cause notre affection pour cette série qu'on vous recommande bien sûr, mais ce tome-là est tout de même bien moyen. Qui aime bien...