46 603 Avis BD |20 219 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Ex Abrupto
 

Ex Abrupto, tome 1

 
 

Résumé

Ex Abrupto, tome 1Afin d'acceder au résumé de Ex Abrupto, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ex Abrupto, tome 1Il était une foi un cochon…
Un cochon qui travaille dans une usine aux centaines de cheminées fumantes et qui, du coup, peint des toiles avec de la suie.
D'ailleur la peinture en suie est quasiment son seul plaisir au quotidien.
En effet au travail, il est suveillé par un chien contre-maître qui a une prison à la place du bide (… il y en enferme les mauvais employés et ses derniers son jettés dans la braise des cheminées si elles ne font pas de fumée propre, bien droite.) et, chez lui, habite un viel oiseau agonisant, aux yeux creux… très angoissant.
Heureusement pour lui, il y a l'art où là il se lâche et prend plaisir et découvre un ami robot, peintre abstrait.

Mais d'abord, avant de parler du contenu de cet album… parlons de l'apparence ! Quel album, c'est vraiment imposant. tout de suite tu comprends pourquois 4 ans se sont écoulés chez les réveurs avant ce nouvel album paraisse. Ensuite tu t'amuses à feuilleter (c'est toujours ce que je fais devant un gros pavé tel que celui-ci)
et tu vois des illustrations en noir & blanc, très graphiques, gestuelles et sublimes. Les masses noir et banc sont formidablement bien gérées. C'est magnifique.Quelle générosité graphique ! En 256 pages, waw… et pas un seul philactère ou texte.

Ex Abrupto est un album qui aborde plusieurs thèmes.
La vie et ses difficultés.
La mort et son attente angoissante.
La société industrielle et tout son coté inhumain ou les étres vivants sont traités comme des robots et des bêtes, d'où leurs apparences bestiales ; et d'ailleur paradoxalement, c'est le robot qui fait plus humain dans sa façon d'être. Il vit sans contrainte, profite, contrairement aux animaux travaillants.
L'art et son coté évasif, onirique. Un bel apercu de l'art comme antidote, éxutoire…
J'ai beaucoup aimé aussi la représentation animale des personages très judicieuse. Le cochon car travail dans la suie. Le chien de garde qui fait un contre-maître. Les oiseaux, ces volatiles qui piaillent devants l'art, ils évoquent pour moi les critiques d'arts, toujours prét à descendre même quand l'art est un plaisir et n'a pas d'ambitions. Heureusement certains comprennent la detresse dans l'art et font un geste, humain ou inhumain (à vous de voir !)

Bref, Ex Abrupto est comme l'apparence qu'il peut avoir…gigantesque, riche. Un album à relire (ou plutôt revoir) pour mieux en comprendre le sens


Chronique rédigée par c-drik le 29/09/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 110 (87,30 %)
  • 16 (12,70 %)
  • Total : 126 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 19,29 19,29 19,29
Acheter d'occasion : 12,17
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Septembre 2005

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ex Abrupto, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

30 10 2005
   

La super claque.
En réalité, j'ai ressenti bien des émotions à la lecture de cet album. De la peur et du malaise, déjà, très souvent. Cet oiseau mourrant qui représente le malheur de ce cochon auteur est en effet, par sa représentation graphique, particulièrement effrayante !
Après relecture, je n'ai pas réussi à m'y habituer : la puissance graphique de Larcenet m'a scotché, et vraiment captivé.
Et puis, de la joie, aussi : car voir ce cochon s'exprimer par son art, et voir son visage joyeux après la réalisation de son travail, est très communicative.

En fait, je pense que Ex Abrupto vient parfaitement s'inscrire dans la lignée des albums de la collection "On verra bien...", et concrétise une vision plus mûre du message principal de "L'Artiste de la famille", autre album très fort de l'auteur.

Ici, on comprend la détresse de l'auteur face à la critique. Et on comprend aussi le message lorsque l'on connait les difficultés que Larcenet a, justement, à accepter la critique des lecteurs et critiques professionnels. Cet album est, comme toujours chez cet éditeur, un album avant tout très personnel.

Le dessin est.. superbe. Ultra personnel, très noir, il exprime énormément par le biais de planches sans paroles, très abouties dans leur représentations des idées exprimées. Un véritable Art Book de l'auteur, en plus d'une histoire envoutante.

Chaque album de Larcenet ne laisse jamais indifférent. Celui-ci, particulièrement, vous marquera. Croyez-moi.