46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Enemigo
 

Enemigo

 
 

Résumé

EnemigoAfin d'acceder au résumé de Enemigo, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Enemigo"Pour créer mes mangas je m'inspire essentiellement de la mise en scène du cinéma". Cette déclaration de Jirô Taniguchi aura rarement été appliquée avec autant de soin que dans cette édition française d'une oeuvre parue en 1985. Et profitons-en pour informer celui qui connaît déjà l'auteur de "Quartier Lointain" et du "Journal de mon père" : "Enemigo" est vraiment loin, très loin de "L'Homme qui marche" et de la plupart des oeuvres de Taniguchi connues par les lecteurs occidentaux.

Avant même de se plonger dans l'intrigue, c'est quand on feuillette l'album qu'on ressent le besoin de vérifier qu'on n'a pas lu trop hâtivement le nom du mangaka sur la couverture. Scènes d'action, rafales de mitraillettes, ventres poignardés, gorges tranchées et balles dans la tête sont au menu. Le personnage principal a un comportement façon Rambo, sans qu'on arrive d'ailleurs à déterminer s'il est américain ou asiatique. Et si le chien qui l'accompagne rappelle l'affection immodérée de Taniguchi pour ces animaux fidèles, les profils très hollywoodiens des protagonistes montrent de manière évidente qu'on a là une oeuvre de jeunesse, assez atypique par rapport à ce que l'auteur nippon a pu réaliser par la suite.

"Enemigo" est pourtant une oeuvre personnelle, dans laquelle Taniguchi a investi son intérêt de l'époque pour le cinéma et les romans d'aventure : il a voulu, selon ses propres termes, "sortir le premier manga d'aventure-action authentique", avec un personnage de dur à cuire très américain dans l'esprit. On est frappé par le côté très classique de l'histoire quand on le lit de ce côté de l'Eurasie, mais les lecteurs nippons étaient à l'époque peu habitués à ce genre de lecture et reprochaient (déjà) à Taniguchi d'avoir un trait occidentalisé. L'oeuvre était donc plutôt originale, même si cela ne saute pas du tout aux yeux aujourd'hui : les récits de ce type paraissaient à la pelle dans des petits formats en France dans les années 80 !

On trouve en tout cas à "Enemigo" de réelles qualités graphiques, malgré un scénario trop convenu. Le dynamisme du mangaka s'accompagne de décors bien travaillés et d'une maîtrise du noir et blanc qui plaçaient déjà Taniguchi au-dessus du lot. Et puis, lire un aspect aussi différent de son oeuvre est franchement intéressant !

Pas mal, et franchement recommandé aux fans de cet auteur qui découvriront une autre de ses facettes, "Enemigo" propose en fin de publication des compléments intéressants (Taniguchi s'y exprime, mais aussi Schuitten, Baru ou Giardino). Casterman a soigné son édition et c'est tant mieux !


Chronique rédigée par Jean Loup le 04/07/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,00 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,25 13,25 13,25
Acheter d'occasion : 7,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Juin 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Enemigo, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 2 2013
   

En bon fan de Jirô Taniguchi, je pouvais difficilement faire l’impasse sur cet album. Pourtant, ce one-shot datant du début de la carrière de l’auteur (1985) se situe bien loin des récits intimistes qui ont fait sa renommée. À l’inverse de ses œuvres plus contemplatives, tels que les incontournables "Quartier Lointain" ou "Le Journal de mon père", cet album de la collection Sakka joue donc pleinement la carte de l’action et de l’aventure.

Scénarisé par M.A.T., « Enemigo » invite à suivre les pas de Kenichi Seshimo, un détective privé de New York qui part à la recherche de son frère Yûji, enlevé par des guérilléros du Nascencio, un pays fictif d’Amérique latine. L’histoire de ce héros solitaire qui part délivrer un proche dans la jungle plaira sans doute aux fans de Rambo, Chuck Norris et consorts, mais ne déborde donc pas vraiment d’originalité.

Le principal intérêt de cet album néanmoins divertissant est donc le dessin de Jirô Taniguchi, qui y démontre déjà l’étendu de son talent avec un trait fin, un découpage soigné et des décors fourmillants de détails. De plus, le lecteur a même droit à plusieurs pages en couleurs.