45 073 Avis BD |19 425 Albums BD | 7 702 séries BD
 

Empire USA, tome 1

 
 

Résumé

Empire USA, tome 1Afin d'acceder au résumé de Empire USA, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Empire USA, tome 1Cet album lance la première saison de la série "Empire USA" qui comptera six tomes : les deux premiers paraîtront simultanément en septembre, les autres suivront à trois semaines d’intervalle, avec un sixième tome prévu dès le mois de décembre 2008. Une deuxième saison est normalement prévue pour 2010, après un tome intermédiaire en complément du premier cycle en 2009.

Quand on voit le nombre d’auteurs ayant participé à ce premier tome (Création des personnages Marini/Reculé – Dialogues Desberg/Yann – Couleurs Burgazzoli/Bautista – Supervision des couleurs Denoulet – Couverture Griffo/Ravon), on peut parler d’une superproduction de la part de Dargaud.

Le rythme de parution élevé et le découpage en saisons confirment une nouvelle fois l’influence grandissante des feuilletons télévisés américains sur le neuvième art franco-belge. Desberg a cependant bien compris que le succès d’une série dépend en majeure partie du charisme des acteurs et soigne donc particulièrement ses personnages lors de ce premier volet. Le développement psychologique du héros, Jared Gail, se fait ainsi en long et en large, de son enfance à ses expériences militaires, en passant par des relations familiales tendues. L’auteur va également accorder suffisamment d’attention à l’entourage du narrateur de cet album : Saskia, l’équipière tourmentée par son divorce, Scarlett Cossler, la magnifique machine à tuer, et Duane, dont les incessantes citations des dialogues de Star Wars finissent par agacer.

Fort de son expérience sur des séries telles que "Black Op", "Rafales" et "I.R.$.", Stephen Desberg place son intrigue au sein d’un contexte géopolitique efficace. Il parvient ainsi à livrer un thriller mêlant parfaitement terrorisme et agences de renseignements au sein d’un pays vivant dans la crainte d’attentats. Seule la transformation de la démocratie américaine en un Empire en seulement six mois, m’a paru un peu excessive, mais est-ce la réalité ou seulement une hypothèse lancée en début de récit ?

Au niveau du graphisme, le style réaliste de Griffo offre une grande lisibilité et sied parfaitement à cette saga grand public. Notons que Griffo dessinera également le quatrième tome, tandis qu’Alain Mounier, Erik Juszezak, Daniel Koller et Henri Reculé assureront respectivement la mise en image des quatre autres volets de ce cycle.


Chronique rédigée par yvan le 28/07/2008
 
 
Statistiques posteur :
  • 2344 (58,32 %)
  • 1104 (27,47 %)
  • 571 (14,21 %)
  • Total : 4019 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,39 11,39 11,39
Acheter d'occasion : 1,19
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Septembre 2008

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Empire USA, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

24 11 2009
   

Voici une introduction qui met l'eau à la bouche ! Ca commence par une politique-fiction qui présente des USA qui seraient devenus un empire : une attaque terroriste islamiste a plongé ce pays dans le chaos, et le gouvernement a décidé de durcir le ton, et de prendre des mesures qui permettent au président de jouir des pleins pouvoirs, dans le respect de la religion. Pour éviter que cette fiction ne devienne réalité, il faut donc empêcher cet attentat, mais le seul qui, a priori, est capable de mettre fin à ce cauchemar, et occupé, pour l'instant, à mettre fin à ses jours. Il nous présente différents événements qui l'ont conduit à cette extrémité.
Et c'est l'occasion pour les auteurs de nous présenter la vie de Jared, depuis sa naissance jusqu'à une mission de la CIA, qui le conduit à apprendre la présence d’une bombe chimique sur le sol américain. A partir de cet instant, c'est la véritable enquête qui commence pour confirmer la présence de cette bombe et déjouer les desseins des ennemis de la liberté (TATATATA).

Cet album est très bien construit, avec la présentation en début d'album de cette politique fiction, avec ce retour en arrière de Jared, avec le lancement de cette enquête. C'est un tome qui va vite, qui est rythmé et on n’a pas le temps de s'ennuyer. On nous présente les personnages principaux de cette histoire, l'équipe qui accompagnera Jared dans son enquête, ainsi qu'une petite histoire de cœur de Jared avec Scarlett, cette dernière n'étant pas étrangère non plus aux événements qui semblent se jouer. Tout cela permet un bonne appropriation de l'histoire, et si parfois l'ensemble est un peu confus, je me rassure en me disant qu'il ne s'agit là que d'un premier tome, qui mérite avant tout d'être enrichi et éclairé par les éléments des tomes qui y succéderont.

Mis à part ce rythme, ce que j'ai apprécié dans cet album, c'est le travail qui est fait sur les personnages, qui ne sont pas présentés juste par leur fonction d'agents du gouvernement, mais qui ont aussi une vie personnelle et des fêlures qui leur sont propres. Dès le début, on sent que nos héros ne sont pas tout puissants, implacables et parfaits... Cela est très bien vu pour nous permettre de nous approprier un peu plus l'histoire : Jared, que l'on voit en pleine rupture, avec des relations familiales compliquées; Saskia, dont le divorce et la garde de ses enfants semblent être ses seuls soucis; Duane, doux rêveur à peine sorti de l'adolescence qui ne fait référence qu'à Star Wars (ce qui, à la longue, est assez fatigant) et enfin Scarlett, dont on sent bien que beaucoup de mystères entourent sa personnalité... L'ensemble est vraiment travaillé pour éviter de produire une série trop plate, aux personnages stéréotypés, et j'apprécie cet effort.

S'agissant d'un tome d'introduction, rien n'est trop dit, l'histoire de l'attaque terroriste est à peine déflorée. Là encore, j'attends la suite pour bien comprendre le rôle des Hashashins dans tout cela ainsi que celui des services secrets américains. L'ensemble est flou et s'annonce compliqué, mais pour l'instant, cela ne représente pas un problème.

Sur le plan des dessins, l'ensemble est dans un style réaliste et généralement j'adhère au style. C'est parfois un peu statique, les lèvres sont parfois si mal réalisées que l'on a l'impression que les personnages portent une moustache. Mais dans l'ensemble, c'est plutôt assez bien réalisé, presque trop bien et trop propre pour véritablement prendre la mesure des personnalités torturées qui nous sont présentées.

Au final, je sors avec une très bonne impression de ce premier tome, où la découverte des personnages, de la situation géopolitique, de la tension sous-jacente sont autant d'éléments qui ont retenu mon intérêt, le tout sur des dessins propres et réalistes. Une bonne découverte. J'attends juste que l'on rentre maintenant dans le vif du sujet, à savoir cette histoire de bombe chimique. Par ailleurs, je suis un peu dubitatif sur la révélation finale dans ce tome : Jared cherche partout ce que bien vouloir dire IPCON, a priori le nom de code de l'attaque terroriste, et finalement, c'est Scarlett qui lui apporte la solution de façon bien agréable et plutôt surprenante. J'espère juste que de telles facilités dans le scénario ne vont pas se répéter à l'envi, le reste étant très bien construit.

13 10 2008
   

Premier tome d’une série annoncée en six volumes.

Au scénario du présent, Desberg s’est inspiré de certaines séries TV américaines actuelles. Il développe ainsi une intrigue assez complexe MAIS n’oublie pas de « travailler » la psychologie de ses personnages. Chacun d’eux apporte ainsi, à sa façon, son histoire à l’histoire.

« Empire USA » ?… vu la pub qu’on en a fait autour, ça s’annonce comme LE thriller à ne pas rater en cette fin d’année. Il faut dire que du beau monde a été « recruté » pour ce faire. MAIS : de grands auteurs réunis font-ils pour cela réussir à faire de la « grande » BD ?… Je demande à voir.

En tout cas, ce premier album « déménage » quand même de par son postulat et ses développements. Pas de chichis : le lecteur est directement plongé dans l’action en compagnie de Jared Gail, le héros.

Le dessin ?… un bon trait réaliste de Griffo MAIS utilisé dans une mise en page assez sage, « standard » même, et où il ne peut pas –à mon avis- laisser exploser son talent réel.
Tout ça pour ?… un bon premier tome, accrocheur, cousin « sur papier » de la série 24 heures chrono. Bien imaginé, bien dessiné, j’attends quand même de voir la suite pour me faire une idée plus précise de l’ensemble.