46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le Bestiaire des filles
 

Elyne, tome 1 : Le Bestiaire des filles

 
 

Résumé

Elyne, tome 1 : Le Bestiaire des fillesAfin d'acceder au résumé de Elyne, tome 1 : Le Bestiaire des filles, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Elyne, tome 1 : Le Bestiaire des fillesBon, "Elyne" c'est une nouvelle production "Soleil". On a toujours un peu d'appréhension lors de la sortie d'un tome 1. Je suis allé, je dois le reconnaitre sur le bout des doigts avant de lire cette aventure.
Elyne vit dans un monde imaginaire où des démons à forme de serpent et des élémentaires coexistent. L'aventure commence lorsque la jeune fille s'apprête à se marier avec un fils de notable un peu lourdingue.
La cérémonie est très rapidement stoppée par une attaque de démons blancs qui viennent capturer toutes les filles du village, "Elyne" en tête. Cette dernière va être sauvée par de mystérieux guerriers qui vont lui faire découvrir un monde et des légendes qu'elle ignorait, ainsi qu'un destin peu orthodoxe.
Pendant ce temps, le fiancé d'Elyne va se lancer à la recherche de sa belle, armé de son courage et d'un couteau de cuisine.

Tout d'abord, le dessin Lullabi est assez surprenant, à la frontière entre le comics et le manga et je dois dire que ça marche pas mal du tout. C'est frais, expressif et puissant. Ensuite, on va comparer le scénario de Corbeyran (oui, il est partout) avec son cousin "Lanfeust". Forcément: Soleil + heroic-fantaisy = Lanfeust au féminin. Alors, c'est vrai que le ton frais et le style coloré du récit peuvent prêter à confusion, mais à la fois y-a pas de mal à faire cette comparaison, non franchement "Lanfeust" c'est cool (je parle pas de tous les spin-off).

Ici "Elyne" trouve son propre ton, sa propre voie et arrive à marquer l'essai sans difficulté.


Chronique rédigée par sigmar le 21/10/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de sigmarReflet de l'avatar de sigmar
Statistiques posteur :
  • 141 (30,19 %)
  • 134 (28,69 %)
  • 192 (41,11 %)
  • Total : 467 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 6,25
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Octobre 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Elyne, tome 1 : Le Bestiaire des filles, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

4 12 2014
   

Voici un premier album fort agréable. Certes, ca reste de la HF très classique mais cette série semble, dès le premier album, construire une belle petite identité sympathique. Cette identité, elle s'appuie avant tout sur des personnages attachants. Elyne passerait presque inaperçue mais elle est accompagnée d'une belle brochette de personnages : son fiancé tout d'abord, Terg-Moon, n'a rien d'un héros HF classique et son côté naïf et inexpérimenté est assez touchant. Guntheek, quant à lui, correspond plus à l'image de chasseurs de dragons que l'on retrouve dans ce genre de production, mais sa présence est essentielle : c'est lui qui donne beaucoup d'impulsion à ce premier tome, et qui commence à faire des révélations sur le fonctionnement de ce monde. H, dont la ressemblance avec Guntheek est troublante, est un personnage prometteur pour la suite des événements. Quant aux personnages "élémentaires", ils apportent cette dose de magie fabuleuse nécessaire à ce type de production. Sur le fonds, c'est assez classique : on sent venir le coup de la prophétie qui doit se réaliser, Elyne étant l'élément permettant cette prouesse. Mais l'univers construit ici retient tout l'intérêt : il y a beaucoup d'humour, presque de l'auto-dérision (notamment avec ces dieux qui jouent aux dès), presque de l'ironie. Au-delà, il y a cette histoire entre démons blancs et démons noirs qui prend rapidement de la consistance. C'est classique mais c'est bien fait. Il faut dire que Corbeyran est au scénario : on sent l'expérience, tout roule comme sur du velours, tout s'enchaîne sans effort, l'ensemble est très lisible. Pas de prise de tête inutile, le scénario s'annonce solide, même s'il pourra paraître convenu.

Le dessin relève lui aussi d'une petite performance. Bon, OK, les couleurs sont très informatisées, et le recours aux immenses vignettes permet visiblement de remplir l'ouvrage pour ne pas aller trop vite en besogne. Mais le trait employé, les bouilles de tout ce petit monde, la morphologie des démons, et la variété des décors, invitent à un voyage dans le merveilleux.

Elyne, le personnage, doit encore s'affirmer dans cet univers, elle doit encore trouver sa place, comme dans toute introduction. En revanche, "Elyne", la série, revendique une identité attachante, rapidement imposée au lecteur, efficace dans son graphisme et dans son propos.