45 659 Avis BD |19 750 Albums BD | 7 797 séries BD
Accueil
Tome 2 : Paris Empire
 

Ekhö Monde miroir, tome 2 : Paris Empire

 
 

Résumé

Ekhö Monde miroir, tome 2 : Paris EmpireAfin d'acceder au résumé de Ekhö Monde miroir, tome 2 : Paris Empire, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ekhö Monde miroir, tome 2 : Paris EmpireL'univers reste assez sympathique : une espèce de réalité-fantasy (je ne sais pas si le terme existe) où notre monde s'est transformé en mode fantasy. Après avoir découvert un New York particulièrement revisité dans le tome d'introduction, voici que l'on se rend à Paris, en compagnie bien sûr de Fourmille Gratule et de Yuri. Cette vision du Paris fantasy-baroque fait preuve d'une belle imagination, et le décalage est amusant. De Notre Dame à la Tour Eiffel, en passant par les Tuilerie ou le Pont de l'Alma, les décors sont superbement travaillés, et attrayants.

Quant au scénario, au deuxième tome maintenant, on distingue un schéma. Les deux tomes mêlent deux histoires. En toile de fonds, il y a Yuri et Fourmille qui vont tenter de rentrer dans leur monde, avec, autour, les espèces de petits écureuils qui leur veulent du bien ou du mal, on ne sait plus trop. Dans cet album, sur ce point, on n'avance pas véritablement et à part le fait que l'on apprend que Yuri et Gratule doivent se lier intimément pour rétablir je ne sais quel équilibre, tout ca n'est pas très prenant. Le public est également adolescent, alors forcément, on balance de quoi affoler doucement les hormones avec ce passage qui se veut plus dénudé que les autes.

Sur cette toile, on crée une intrigue indépendante : Fourmille, on ne sait trop pourquoi, est le réceptacle de l'âme de disparus qui sont morts avant d'avoir pu accomplir quelque chose. Dans le tome précédent, c'était la tante de Fourmille, ici, c'est un prince héritier qui a découvert un complot d'état qu'il doit déjouer... dans le physique de Gratule. Cette histoire est un poil plus construite, et finalement se suit bien, même si on se demande comment elle contribue à faire avancer l'intrigue principale. C'est Arlestonien, et donc décalé dans un monde fantasy, le dessin accompagne bien cet esprit primesautier, et finalement, c'est assez divertissant même si on se demande en quoi on a avancé entre les deux tomes.

C'est donc visuellement assez flatteur, Barbucci s'en tire plutôt bien, et le scénario continue d'être divertissant, même si on retient plus l'idée originale de ce monde miroir ainsi que les situations "érotiques pour pré-ados", que les événements qui se déroulent dans cet univers décalé.


Chronique rédigée par gdev le 03/07/2015
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3037 (75,08 %)
  • 279 (6,90 %)
  • 729 (18,02 %)
  • Total : 4045 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 8,36
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Novembre 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ekhö Monde miroir, tome 2 : Paris Empire, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 6 2018
   

Ce tome 2 est déjà nettement moins prenant que le premier. On avait déjà compris que Fourmille va vouloir retourner dans son monde, et de ce côté on n'avance pas beaucoup. On avait aussi compris qu'elle pouvait accueillir l'âme (si possible torturée) de disparus, c'est encore le cas ici, et elle va devoir se dépatouiller pour se sortir d'une situation assez embarrassante. Cette partie est la plus intéressante.

Pour le reste, c'est l'univers décrit qui attire le plus l'attention, cette fois ci Paris revisitée avec un côté fantasy. On appréciera l'imagination d'Arleston, qu'on lui connaît déjà. L'humour est moins présent dans ce tome ci, en tout cas ça ne m'a pas choqué. Ce qui m'a plus interpellé, ce sont ces deux pages où Fourmille se voit dans l'obligation de faire l'amour avec son compagnon. Ces deux pages viennent comme un cheveu sur la soupe, elles font "rajoutées" exprès pour racoler, ça saute aux yeux.

Hormis cela, ça reste gentil à lire, d'autant que le dessin et les couleurs sont très jolis.