45 797 Avis BD |19 827 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 1 : New-York
 

Ekhö Monde miroir, tome 1 : New-York

 
 

Résumé

Ekhö Monde miroir, tome 1 : New-YorkAfin d'acceder au résumé de Ekhö Monde miroir, tome 1 : New-York, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ekhö Monde miroir, tome 1 : New-YorkAttention, Arleston est à la manoeuvre et il nous sert ce que l'on attend : de l'héroic fantasy. Il faut bien avouer que ce premier album est assez agréable à lire. Il faut dire que le concept est assez original dans la mesure où d'habitude, on fait référence, sous forme de clin d'oeil à notre propre monde. Ici, on assume le fait que la ville proposée est New York, ou plutôt un reflet (un écho ? un ékho?) de "notre" New York dans un monde d'heroic Fantasy. Il y a une sacrée imagination là-dedans et je vous laisse la surprise de ce New York revisité, plein d'humour.

Au niveau du scénario, beaucoup de choses restent à découvrir, à commencer par l'origine de ce monde et son éventuelle interaction avec le monde réel Ce sujet est à peine abordé, caché derrière des concepts compliqués à dessein pour que personne n'y comprenne rien, mais c'est normal, ça participe au charme de l'univers. Ce que je note également, c'est que le scénariste aurait pu se contenter, dans ce premier tome, de nous présenter les premiers pas de Fourmille dans ce monde inconnu. Mais il va plus loin en introduisant d'une part cette idée que Fourmille puisse être "habitée" par l'esprit de sa tante décédée, et d'autre part ce mystère autour de la nature des Peshauns et de leur emprise sur ce monde fantastique. J'y vois une certaine richesse, une volonté du scénariste d'aller au-delà de la présentation d'un univers, ce qui aurait pu se justifier compte tenu de l'originalité de celui-ci.

Tout n'est pas exceptionnel non plus dans le scénario : la petite histoire du meurtre de la tante de Fourmille est rapidement expédiée, le compagnon d'infortune de Fourmille semble avoir du mal à trouver sa place dans cette aventure et sa présence semble se justifier uniquement parce qu'il permet de donner la réplique à l'héroïne, et Arleston ne peut s'empêcher de faire de l'Arleston, avec ce duo de danseuses nues qui confirme que le public ado est également dans le lectorat-cible.

Les dessins sont plutôt bien maîtrisés, mais sans grande surprise non plus. Mais c'est clair, c'est entraînant, et le trait caricatural et les détails viennent appuyer l'humour qui soutient cette histoire.

Parce que de l'humour, il y en a, ou du moins de belles tentatives. L'histoire ne se prend pas au sérieux pour deux sous mais au final on obtient quand même un album qui tente quelques nouveautés en matière d'HF, et surtout qui est bien rafraîchissant. C'est un ouvrage parfait pour les vacances.


Chronique rédigée par gdev le 26/07/2013
 
 
Statistiques posteur :
  • 3064 (74,57 %)
  • 323 (7,86 %)
  • 722 (17,57 %)
  • Total : 4109 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 7,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Mars 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ekhö Monde miroir, tome 1 : New-York, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 6 2018
   

J'avoue avoir été surpris par cette histoire "made in" Arleston. Surtout parce que je ne suis pas fan de l'auteur. J'ai peur de son humour qui prend (souvent) le pas sur l'histoire.

ça commence plutôt bien, par une fille (qui s'appelle Fourmille) qui, lors d'un voyage en avion, tombe dans une espèce de monde parallèle. Quand elle atterrit à New York tout à changer, plus de voitures, plus d'appareils électrique mais des monstres, des bestioles et des personnages bizarres régissent ce nouveau monde.

Arleston fait quand même comme d'hab. On reconnaitra son humour, on reconnaitra les encart en tête de pages pour bien expliquer la situation. On reconnaitra aussi quelques passages dénudés pour attirer le chaland, et bien sûr une imagination débordante pour une faune, une flore, un univers imaginaire.
Mais pourtant pour une fois, j'ai plutôt bien accroché. Il y a pas mal de mouvement, une mini enquête et de bonnes trouvailles. On s'amuse aussi avec les bestioles qui peuplent cet univers qui ne nous est pas complétement inconnu. Je pense qu'Arleston a trouvé une bonne histoire.

Et puis le dessin, sans être magnifique, est assez beau, les personnages sont expressifs et les couleurs chatoyantes.

Une bonne entrée en matière même si je demande à voir la suite.