45 930 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
Accueil
Duds Hunt
 

Duds Hunt

 
 

Résumé

Duds HuntAfin d'acceder au résumé de Duds Hunt, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Duds HuntPréjugé n°1 : Ki-oon est un nom qui sonne coréen, donc forcément les titres de cet éditeur vont encore être du manwha tout pourri.

Préjugé n°2 : la couverture fait un peu tape à l'oeil et la mise en couleurs n'est pas géniale.

Voilà, comme quoi c'est super facile de passer complètement à côté d'un bon titre ! Déjà il s'agit bel et bien d'un manga. Ensuite le dessin de l'auteur est assez superbe à sa façon, très lisse et net, et rappelle beaucoup la nouvelle génération d'animés tels que "Monster", "Planètes", ou "Read or Die". La petite Chihiro et sa mère surtout, ont de vrais visages d'ange, elles sont tout simplement adorables ! Certaines scènes sont d'ailleurs assez émouvantes.

Et pourtant, le sujet ne l'est pas, adorable. Ce jeu où tous les coups sont permis ne peut évidemment que mener au pire, ressemblant en cela à "Battle Royale" (le film, je n'ai pas lu le manga). Mais il comporte un background qui paraît nettement plus développé, pas forcément en terme de nombre de pages, mais en terme de ressenti du scénario : le fond est bien pensé et se laisse dévoiler à travers une histoire qui n'a a priori pas grand chose à voir avec lui. La deuxième référence évidente est "Fight Club" -- rien que ça ! -- avec lequel il présente quelques points communs...

La petite histoire de fin, d'ailleurs, "Rêves éveillés", très courte et pourtant découpée en 11 parties, s'en rapproche encore plus (allez, on va encore citer "Identity" comme référence). La variété graphique est impressionnante et... magnifique, tout simplement, et vraiment pas gâchée par la mise en scène, très intelligente. Pour le coup j'ai vraiment adoré !

Faire une telle histoire en un seul volume, la développer aussi bien, tenir autant le lecteur en haleine, proposer un graphisme si séduisant, et en plus se payer le luxe d'ajouter une petite histoire d'une telle qualité, je suis épaté ! Pour le coup je mettrais presque un 5/5.

Petit bémol tout de même, la fin est un peu décevante. Un peu facile peut-être, et certainement caricaturale. Mais ça n'enlève rien à la qualité de ce qui précède.

Au fait... Ki-oon est un tout petit éditeur : ils sont deux personnes pour tout faire, et la qualité de l'album est malgré cela excellente. En plus la deuxième histoire (une vingtaine de pages) est entièrement en couleurs. Par rapport à certaines autres maisons d'édition qui ont pourtant plus de moyens et qui font nettement moins bien, ça laisse rêveur.

Tous les visuels de cette chronique sont © Tetsuya Tsutsui / Ki-oon


Chronique rédigée par CoeurDePat le 25/11/2004
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de CoeurDePatReflet de l'avatar de CoeurDePat
Statistiques posteur :
  • 257 (75,15 %)
  • 18 (5,26 %)
  • 67 (19,59 %)
  • Total : 342 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 7,27 7,27 7,27
Acheter d'occasion : 2,41
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.85
Dépôt légal : Octobre 2004

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Duds Hunt, lui attribuant une note moyenne de 3,85/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 6 2013
   

Efficace est le mot qui me vient à l'esprit à la fin de la lecture de ce one-shot.

L'auteur ne s'embarrasse pas vraiment de profil psychologique des personnages surtout du personnage principal. On rentre assez vite dans le vif du sujet, c'est un jeu violent auquel on assiste. Il y a du "Battle Royale" et du "fight club" dans ce sujet, c'est une évidence. Un jeu pour gagner de l'argent, il faut prendre le browser/téléphone/Gps des ennemis et tous les coups son permis.
Si on avait pu s'attacher un temps soit peu au "héros", on comprend bien vite qu'il n'est pas spécialement sympathique. Et finalement on assiste à ce déferlement de violence sans prendre vraiment partie.
ça n'en reste pas moins efficace, grâce aux enchainements rapides, a très peu de texte, beaucoup d'action et surtout le pourquoi du comment de tout ce jeu qui reste la vraie énigme de l'histoire et qui tient en haleine (pratiquement) jusqu'au bout.
Les dessins sont très adaptés à ce style, l'auteur n'a pas encore tous les cadrages type cinéma qu'ils utilisent par la suite dans "Manhole" par exemple, mais on sent bien que l'inspiration lui vient au moins en partie du 7ème art.

5 2 2013
   

Cet album est un one shot assez efficace, qui se permet un petit développement autour de la violence. Le rythme est assez entrainant, le mystère autour du fameux jeu ainsi que sa mise en scène sont assez intrigants, et l'évolution des personnages est assez bien vue. On se retrouve plongé dans ce jeu, fait de sniper, de poulets et de chasseurs, dans lequel chacun doit déssouder son voisin pour lui prendre son portable. La violence sous forme de jeu est très bien traitée, et fait forcément référence à cette idée selon laquelle certains jeux violents peuvent avoir une influence sur les joueurs. L'ensemble se tient, les incursions de Chihiro dans tout cela permettent de rythmer davantage le récit même si cela a aussi pour conséquence de nous faire deviner un peu trop facilement l'issue de cette histoire. Au rang des petits moins bien, on citera le rôle incompréhensible de certains joueurs : si ce jeu est réservé aux repris de justice n'ayant pas eu une peine suffisante, comment expliquer que l'on y croise des gens qui n'on rien à y faire (comme ce joueur qui veut jouer à papier-pierre-ciseaux, comme ce patron du personnage principal). Mis à part cette petite incohérence, ainsi qu'une petite difficulté sur l'unité de temps (Chihiro grandit quand même bien vite !), cet album se révèle assez prenant, mouvementé et divertissant. L'auteur joue avec le jeu, joue avec la violence pour nous livrer une histoire qui est tout sauf insipide.

22 2 2009
   

J’ai apprécié Battle Royal sur le fait que les auteurs aient bien mis en ambiance un esprit de survie et de danger tout le long des lectures des 15 tomes. Lorsque j’ai entendu parlé de Duds Hunt qui se reprochait plus ou moins de Battle Royal je me suis dis « Bon dieu! Mais que de joie je ressens dans mon petit corps frêle! » (enfin, j’ai un peu exagéré). Mon avis :

Premier coup d’œil sur le tome en question : la qualité de l’éditeur doit être pas trop mal, après un peu de feuilletage je me dis que le dessins est plutôt intéressant pour ce genre d’histoire. Après ma lecture, j’essai d’analyser ce qui c’est bien passez lors du tome, de savoir si tout fait bien du sens (en l’occurrence, oui) pour ensuite lui faire une place dans ma bibliothèque et vaguer à mes occupations.
Lors d’une deuxième lecture plus approfondie, c’est à ce moment que je me suis fais un avis définitif : c’est bien, tout simplement. L’auteur est capable de rendre en un volume ce que d’autre aurait raconter en plusieurs volume. La fin donne quelque chose de correct et fais un peu de sens aux questions que je me posais lors de la lecture. Limite, je l’ai trouvé un peu prévisible sur quelque point, mais c’est personnel.
Le dessin est quand à lui, plus sombre que Reset (du même auteur). Un trait plus vite et un peu plus violent sur certaine scène. J’ai bien aimé les moments où le héros clavarde avec son correspondant, elle donne un plus dans le scénario.
Il y a aussi une petite histoire de quelques pages à la fin du volume qui est complètement indépendante du reste. Elle est servie sur papier glacé et est en couleur. Celle-ci est intéressante et fini bien le volume.

En conclusion, j’ai bien aimé le tome. Moins bon que Reset ou Manhole, mais ce démarque bien par son trait plus violent par rapport au autres travaux de l’auteur. À ne pas manquer. Et surtout avec le boulot des éditeurs qui donne un gros plus.

5 1 2009
   

Un manga en un seul volume ? c'est assez rare pour être souligné.
Par l'auteur de "Manhole" en plus ? de quoi attirer mon attention vu la qualité de cet autre manga (en 3 volumes seulement).
Je ne sais pas si ce manga est antérieur ou non à "Manhole", mais on sent l'efficacité narrative de l'auteur. Pas de développements inutiles qui trainent en longueur. Sobre et efficace.

Le scénario n'est pourtant pas des plus originaux : on pense volontiers à "Battle Royale" ou à "Fight Club". En gros, de la violence gratuite et aveugle qui frôle parfois l'irréalisme. Et pourtant, on ne peut s'empêcher de penser que ce genre de "jeu" pourrait bien être réel.
Si l'intrigue n'est pas spécialement originale, la narration ne laisse aucun répit au lecteur qui est totalement embarqué jusqu'à la dernière page. Et si on devine assez rapidement les tenants et les aboutissants de l'histoire, on n'en est pas moins tenu en haleine.
C'est donc signe de qualité.

Côté dessins, c'est très agréable et totalement maîtrisé. Le trait est simple et on distingue sans peine les différents personnages les uns des autres, contrairement à bon nombre d'oeuvres issues du pays du Soleil Levant. Le dynamisme de l'histoire est totalement en accord avec le graphisme.

En deuxième partie de l'ouvrage, nous avons droit à une mini-nouvelle qui apparait totalement décousue (aussi bien graphiquement que narrativement) mais qui se révèle être bien réalisée (même si là aussi, l'originalité n'est pas spécialement au rendez-vous).

Bref, un manga très sympa, à la lecture aisée (grâce à la narration et au graphisme) mais qui, au final, pêche par un manque d'originalité dans le fond.

19 5 2008
   

Gros, très gros avantage pour ce manga : l'histoire tient en un seul tome ! Et comme elle n'en est pas moins bien construite pour autant, je félicite l'auteur de ne pas avoir été tenté de la diluer sur plusieurs albums comme c'est le cas pour trop de scénarios de manga à mes yeux. On a même droit à une autre histoire courte en fin d'album.

Le dessin est très sympathique. Noir et blanc pour l'histoire longue, il est très maîtrisé en ce qui concerne les dessins des personnages. Quant à l'histoire courte, elle mélange 5 ou 6 styles de dessins très différents planches après planches, avec couleurs, peintures et très grande qualité graphique.

L'histoire de Duds Hunt n'est pas tellement originale et il faut avouer qu'on en devine les contours et la fin assez rapidement. Mais elle est intelligemment menée, prenante intéressante par bien des aspects. J'apprécie en outre beaucoup l'intégration véritable des technologies modernes, chat, wi-fi et autres palm : ça rend le tout nettement plus réaliste encore. Seuls reproches que je pourrais lui faire, ce sont sa violence que je trouve un peu facile (personne ne s'étonne que la police n'intervienne pas ?) et la nature de... d'une surprise stratégique en fin d'histoire que je ne saurais révéler sans spoiler.
Mais dans l'ensemble, c'est un bon thriller prenant et intelligent.

Quant à l'histoire courte de fin d'album, elle est très sympa aussi. Elle parait de narration chaotique et incompréhensible en première lecture mais la fin révèle la clé et j'ai pu vérifier que tout se tenait et c'est très appréciable. Même si à nouveau le scénario n'est pas véritablement original.

8 10 2006
   

Et bien voilà un one-shot intéressant.

Nakanishi, ancien délinquant, va trouver un défouloir taillé sur mesure pour lui : "Duds Hunt". Un sorte de guerrilla urbaine organisée, où de grosses sommes d'argent sont en jeu. Le scénario est vraiment particulier, mais la force de l'album est la crédibilité de l'histoire (accentuée par un dessin également réaliste et sans gros défauts).

Autre intérêt : c'est un one-shot. Une occasion en or pour découvrir une histoire très rythmé et de qualité sans attendre plusieurs années et une éventuelle fin au 30ème tome, comme c'est trop souvent le cas dans la production manga actuelle.

Enfin, soulignons la qualité des éditions Ki-oon. Enfin un éditeur qui propose un manga édité sur du papier blanc de qualité (ça change du papier toilette jaune proposé par de trop nombreux éditeurs).

Pour toutes ces raisons, il faut lire cet album... Et s'intéresser aux autres oeuvres de Tetsuya Tsutsui ("Manhole", "Reset") qui valent véritablement le détour.

24 7 2006
   

Duds Hunt, c'est la rencontre réfléchie entre "Battle Royale", "Coq de combat", "Fight Club"... et j'en passe.
Un défouloir grandeur nature pour un gosse qui prend très vite gout à une violence qu'il a connu sous une autre forme par le passé.

Evidemment, le scénario n'a rien de machiavelique ni de particulièrement dense. C'est juste de la bonne vieille brutalité, renforcée par une fin qui nous laisse sur le cul, donnant toute son onctuosité à un One-Shot survitaminé.

C'est étrange.. c'est violent, mais pas gore comme "Battle Royale".. c'est violent, mais pas malsain comme "Coq de combat".. c'est violent, mais pas défoulant comme "Fight Club"...
Je pense finalement que Duds Hunt, s'il peut être rapproché d'autres albums du genre, est avant tout une oeuvre unique par les sentiments dégagés par l'ensemble.

Pas un album extraordinaire, certes, mais un tome efficace, servit par un dessin de qualité, sobre et dynamique au besoin.

Sympa.

4 6 2006
   

Une histoire de meurtres en série sous forme de jeu interactif. Un one-shot de Tsutsui, un polar froid, noir et impitoyable au scénario simple, mais très habile.

Deux histoires prenantes qui sont développées en parallèle de façon admirable. Les deux histoires montent progressivement en intensité pour finalement se rejoindre vers la fin du tome.

D’un côté il y a Nakanishi, délinquant tout juste sorti de maison de redressement qui essaye de refaire sa vie. De l’autre, une petite fille nommé Chihiro, dont le père se remet péniblement de ses blessures à l’hôpital.

La narration est excellente et le dessin très clair et agréable, sans trop de fioritures. On pourrait juste reprocher une légère prévisibilité à partir du moment où les histoires se rejoignent. Mais c’est vraiment un détail, car ce one-shot est excellent et nous offre même en bonus une histoire courte en couleurs.

Au milieu des séries à dizaines de tomes il serait vraiment dommage de rater cette petite perle en un tome éditée chez un petit éditeur.

22 7 2005
   

Avis aux amateurs d’action !

« Duds Hunt » est un bon petit one-shot qui se lit facilement, aux dessins superbes, et au scénario intéressant. Bon, il ne s’agit que d’une succession de bagarres, rien de bien recherché tout de même, mais il faut avouer qu’elles sont remarquablement mises en scène (voir galerie). La fin est bien faite je trouve, et apporte une réponse crédible et inattendue à la question « qui finance ce mystérieux jeu où tous les coups sont permis ». L’histoire de la petite fille et sa maman apporte un 2eme point de vue, extérieur au jeu, plus humain et très touchant.

Allez, pas la meilleure BD que j’ai lue cette année, mais carrément efficace, et comme c’est une one-shot, qui en plus coûte trois fois rien, il serait bête de s’en priver.