46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2 : Le roi de la Bagarre
 

Donjon Zenith, tome 2 : Le roi de la Bagarre

 
 

Résumé

Donjon Zenith, tome 2 : Le roi de la BagarreAfin d'acceder au résumé de Donjon Zenith, tome 2 : Le roi de la Bagarre, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Donjon Zenith, tome 2 : Le roi de la BagarreEncore plus délirant ! Terra Amata est vraiment un monde très grand, les auteurs peuvent faire parler leur imagination autant qu'ils le désirent...

Les dessins sont toujours aussi simples et toujours aussi beaux à mon goût. Les personnages évolues, une suite logique très bien écrit, des paroles délirantes, enfin... l'ensemble est délirant on va dire, c plus simple ! :) Même le dessin, qui colle vraiment bien au scénario.

Franchement, je pense que cette série est géniale dans l'ensemble. elle est composée de "Donjon", "Zénith", "Crépuscule", "Potron-minet"... c'est l'idée de raconter l'histoire du Donjon à différentes époques qui me plaît. Cette BD est donc hors du commun, et nous montre le talent d'écriture de Sfar et Trondheim.

C'est à partir de ce tome que commence l'idée de narrer une histoire qui a le même sujet sous plusieurs époques. Sfar et Trondheim s'affirment en tant que deux nouveaux génies de la BD française. continuez comme ça les gars!


Chronique rédigée par Charly le 24/02/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 357 (94,44 %)
  • 5 (1,32 %)
  • 16 (4,23 %)
  • Total : 378 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,35 11,35 11,35
Acheter d'occasion : 9,90
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.05
Dépôt légal : Novembre 1998

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Donjon Zenith, tome 2 : Le roi de la Bagarre, lui attribuant une note moyenne de 4,05/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 9 2014
   

Après un premier album qui me semblait peu percutant, voilà que ce deuxième me permet d'entrer de plain pieds dans le délire de l'auteur. Il faut dire que le premier tome permettait surtout de s'approprier les personnages et de développer une certaine sympathie à leur égard, et ce deuxième album capitalise sur ce sentiment. On retrouve un Herbert qui, aidé de Marvin, doit passer des épreuves pour devenir un vrai guerrier, et cette trame simpliste laisse place à tout un tas de développements plus loufoques les uns que les autres, usant de violence décalée et de personnages assez marquants, comme le maître ou comme la géante. Tout cela est servi avec une bonhommie qui ne prend pas la tête et on se laisse porter par ce ton gentiment déjanté pour passer au final, un agréable moment. Ce ton, c'est l'identité de la série, qui avec un dessin très personnel, porte toute l'originalité d'une série qui, dès son deuxième opus, gagne en caractère.

16 6 2010
   

Second tome de la série Zenith (c'est difficile de se retrouver entre les séries), et j'ai vraiment passé un bon moment. Cet album est drôle et complètement déjanté! Pas comme dans "Dofus" où c'est tellement déjanté que ça en devient débile, mais de l'humour bien dosé, avec certes une trame scénaristique peu originale.
Le dessin de Trondheim est spécial mais m'a toujours séduit, je ne vois pas pourquoi ça changerait! :)

Les couleurs sont claires, le lettrage étrange mais agréable, bref, un album agréable, frais et joyeux, qui, contrairement aux idées reçues, n'est PAS une BD jeunesse. Si vos chères petites têtes blondes lisaient cela, elles seraient traumatisées.

Ce second tome m'a impressionné car il parvient à être intéressant malgré un scénar déjà-vu. Vraiment très bien!

1 6 2008
   

J'aurai bien fait un copier-coller de l'avis de Piehr s'il n'avait pas posé un copyright dessus et s'il ne m'avait menacé de poursuites judiciaires et 1000000€ d'amende.

Voilà que ce deuxième tome est vraiment, mais alors vraiment au dessus du premier tome. Les deux compères aux commandes de la série, trouvent ici une base de scénario assez simple, mais son utilisation et son développement son un régal. :D

L'humour est beaucoup plus présent et beaucoup plus percutant.
Jouant sur les comiques de situations et des dialogues bien suivis, on se prend rapidement au jeu et l'album se lit d'une traite sans sourciller.

Le dessin toujours aussi simple et reconnaissable est d'une redoutable efficacité pour ce style de BD a priori sans prétention. Le trait naïf et faussement irrégulier associé à des couleurs simples donne une vraie personnalité et une vraie ambiance à chaque page, lieu situation...

A lire !

16 5 2008
   

Avec ce deuxième tome de la saga centrale contant l’apogée du donjon, je poursuis mon immersion au sein de cet univers créé par Joann Sfar et Lewis Trondheim. Un deuxième tome qui se concentre moins sur le monde de Donjon pour se concentrer sur Marvin, le dragon, et Herbert, le canard.

Il faut bien avouer que ce dernier remplissait à merveille son rôle d’anti-héros lors du tome précédent et n’avait pas vraiment le profil de l’emploi pour remplir son rôle au sein du donjon. Ce tome est donc dédié à la formation aux arts martiaux de Herbert et il faut bien avouer que la quête initiatique de ce canard maniant plume et bâton est à mourir de rire.

L’humour est omniprésent tout au long de cet apprentissage et le côté parodique de l’élève cherchant à se dépasser pour son vieux maître est excellent, tout comme la vision de la guerre insufflée par ces deux peuplades vivant en paix. Les personnages sont exquis (surtout sac à patates), les dialogues sont très bons et les situations restent aussi imprévisibles que jubilatoirement absurdes.

Le graphisme vient encore accentuer l’aspect loufoque et déjanté de l’ensemble, tout comme la représentation des différents protagonistes (monstres, sacs, animaux, etc).

Excellent !

5 9 2005
   

Herbert le canard poursuit son dur apprentissage de « monstre » du donjon. Et il aura fort à faire s’il ne veut pas perdre son job ! Son employeur, justement, a bien compris qu’une petite formation aux arts martiaux ne lui ferait certainement pas de tort…

Heureusement, Marvin n’est jamais loin pour l’épauler dans sa quête de dépassement de soi. Ce sera d’ailleurs, pour lui aussi, l’occasion de faire des découvertes sur son propre vécu.

Sfar et Trondheim continuent de nous amuser dans leur univers déjanté qu’est le donjon (même si nos « héros » passent bien plus de temps en dehors qu’en dedans). L’humour développé est dans la même veine que celui qui a fait le succès du premier tome ; ça fourmille d’idées et de répliques rigolotes.

Ce qui est pas mal non plus, c’est que nos deux personnages principaux ont déjà progressé par rapport à leur aventure précédente. Ce qui prouve une nouvelle fois que les auteurs ne se contentent pas de faire rire : ils font également évoluer l’histoire.

Le dessin et les couleurs participent, eux aussi, au délire ambiant.

9 8 2005
   

Et voilà notre brave ( ?) canard sans cœur et sans reproches ( ?) qui doit maintenant suivre un entraînement des plus efficaces pour apprendre à se battre comme un barbare afin de pouvoir servir au mieux les intérêts de son maître et de pouvoir un jour peut-être tuer un gros monstre d’un seul coup de coude…

Ce deuxième tome est encore plus drôle que le premier. S’attachant plus aux personnages qu’à l’univers on en apprends un peu plus sur nos deux héros. Sfar et Trondheim encore une fois nous serve une histoire drôle et pleine de gags avec des personnages attachants, comment ne pas aimé cette série ?

Le dessin si particulier du couple Sfar / Trondheim met en valeur le mieux cet univers à part, et les couleurs accentue encore cet effet enfantin et loufoque…

Parfois je me demande qu’elle série je pourrais conseiller à quelqu’un qui voudrait appréhender le monde du neuvième art. Et bien cette fois je crois que j’en ai trouvé une. Donjon avec ses multiples séries (Zénith, Crépuscule, Potron-minet…) me parait adapté car pouvant être conseillé à n’importe quelle personne quel que soit son âge…

Une réussite

10 1 2003
   

La quête initiatique du canard sans cœur Herbert est une pure merveille. Jonglant avec l’influence du médiéval fantastique mais aussi avec l’esprit des autres BD de Trondheim comme Lapinot, le résultat est époustouflant. Le duo Trondheim Sfar est un maître en son genre, il nous dessine des monstres de toutes tailles, de toutes formes ou couleurs mais tout cela toujours dans un ton et des couleurs vraiment agréable et qui étonne a chaque case. C’est cette diversité et cette inventivité qui me plait vraiment dans cette BD. A chaque planche on découvre un nouveau monstre, un nouveau décors, une nouvelle aventure, toutes aussi délirantes les une que les autres. Bref un délice pour le lecteur.

Leur imagination est sans fin et chaque trouvaille est un délice. Imaginez un berbouche, c’est une sorte de petit cerveau rosâtre avec un visage et qui ne craint qu’une seule chose : les petits hommes mais qui a mangé le cœur d’Herbert et qui lui obéit maintenant. Son pouvoir : grossir immédiatement et a des proportions ahurissantes… C’est génial comme idée et notre duo de fou en fait un des héros secondaire de la BD que l’on retrouve tout au long de l’aventure.

Mais au delà du délire graphique c’est une perle de l’humour que cache cet histoire. Une histoire au scénario tellement bidon et invraisemblable qu’il en devient vraiment poilant. Imaginez un chevalier dont l’épée ne peut être sortie de son fourreau qu’après avoir effectué trois hauts faits a mains nues. Le héros se bat donc avec un plume ou un bâton… impensable mais tellement original.

Cette BD comme cette série est pour moi un délice et se relit goulûment même après tant de feuilletage, on découvre un petit truc caché dans un case ou un dialogue mémorable. C’est FABULEUX et ça s’adresse a tous. Donc ne vous en privés pas !!!

4 1 2003
   

Second opus de Donjon Zenith, "Le roi de la Bagarre" est avant tout... drôle :). Mais alors, beaucoup plus que le premier tome, rien à voir. Le premier ouvrage m'avait amusé, je l'avais trouvé sympa et distrayant... mais pas renversant.

Ce tome-ci n'est pas extraordinaire, bien sûr, et reste très léger sur le fond scénaristique. Mais il faut avouer que l'entrainement de Herbert est plutot tordant, nan ? :)

L'humour est assez fin, comme toujours chez Sfar/Trondheim, et le comique de situation est souvent de mise. Ici, on découvre un peu moins du monde de Donjon que lors de la lecture du premier tome, mais on découvre par contre les personnages principaux sous un autre jour. Et on s'y attache, évidemment !

Le dessin quant à lui reste très particulier. Je suis assez charmé par le style, mais il est clair que cela ne peux pas plaire à tout le monde, tant il est personnel. La mise en couleur pleine lui donne une allure inocente vraiment sympa.

Allez, ca commence plutot bien pour cette série hors du commun !

3 8 2002
   

Toujours aussi surprenant le dessin !
Certains le trouvent absolument génial, d'autres dignes ce petits mickeys de golios attardés !
Moi personnelement, je n'ai pas un avis aussi tranché sur la question, mais à l'évidence, le coup de patte si spécial de Trondheim est hyper bien adapté dans cette bd.

Cet album est l'un de ceux de la série qui ma fait le plus rire.
L'entrainement avec le sac à patates, la souris méchante, la bétise des autres éleves, les combats limite parodie des films d'arts martiaux hong kongais renforce le comique de ces bds.

Bon cette série est à prendre à la légére, extremement drôle, parodique, mais peu profond !
En tout cas c'est de la bd TRES sympa, mais que j'ai finalement assez de mal à qualifier de culte même si ce tome est un de mes préférés !