46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 83 : Sans un bruit
 

Donjon Potron-Minet, tome 83 : Sans un bruit

 
 

Résumé

Donjon Potron-Minet, tome 83 : Sans un bruitAfin d'acceder au résumé de Donjon Potron-Minet, tome 83 : Sans un bruit, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Donjon Potron-Minet, tome 83 : Sans un bruitCe nouvel épisode de Donjon Potron Minet montre apporte de nouveaux éléments sur la constitution du Donjon. Mais dans ce tome, Hyacinthe de Cavallère n'est que secondaire puisque l'on suit son père, Arakou, et Alexandra dans un voyage qui leur en fera voir de toutes les couleurs. A côté de ça, le professeur Cormor fidèle à lui même essaie de faire reconstruire Antipolis.

L'intrigue générale est bien portée et les deux histoires se suivent par séquences avant de se retrouver emmêlées, ce qui donne tout l'intérêt de l'intrigue de cet épisode. Le fait de ne voir que très peu Hyacinthe alias la Chemise de la nuit n'est pas dérangeant au contraire et on découvre son père dans le feu de l'action, personnage que l'on ne connaissait quasiment pas. On découvre également une Alexandra différente, disons plus gentille.

Côté dessin, évidemment c'est une grande nouveauté puisque Christophe Blain, présent depuis le premier Potron Minet cède sa place à Christophe Gaulthier. Un Christophe pour un Christophe, tout va bien. Le dessin n'est pas le même mais le style y est. Il le fallait pour un Potron Minet quoiqu'il en soit et le challenge est réussi. Le trait est plus fin (le lettrage également), mais d'un point de vue général on retrouve l'ambiance de la saga. Les différences essentielles que j'ai notées sur les personnages, d'une grande importance évidemment: Alexandra a gagné en poitrine et Hyacinthe est plus grand et plus costaud. Cela ne choque pas, dans l'ensemble, Gaultier a préservé les personnage comme il fallait.

Bref, encore un bon tome de la saga, centré sur des personnages secondaires, avec un nouveau dessinateur qui, fort de son expérience passée, est déjà à l'aise sur la série.


Chronique rédigée par Fa le 29/09/2008
 
 
Statistiques posteur :
  • 65 (36,72 %)
  • 96 (54,24 %)
  • 16 (9,04 %)
  • Total : 177 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,35 11,35 11,35
Acheter d'occasion : 23,90
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.17
Dépôt légal : Septembre 2008

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Donjon Potron-Minet, tome 83 : Sans un bruit, lui attribuant une note moyenne de 4,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 7 2014
   

Ouf ! Voici donc la fin de la période "Potron-Minet" du Donjon, ou presque si on tient compte du tome 1 de "Donjon Monsters", dont le niveau est -4. Mais on trouve quand même ici la fin de la période "Chemise de la nuit", avec une chute quelque peu sauvage, je n'en dis pas plus. C'est une fin très ouverte, puisque le destin de plusieurs personnages importants n'est pas précisé. Nous en saurons sans doute plus dans les prochains épisodes, par allusions, indices, ou explications entre les futurs protagonistes des deux prochaines époques, "Donjon Zenith" et "Donjon Crépuscule".

Arakou de Cavallère, père de Hyacinthe, veut quitter discrètement le château, car il ne s'y sent plus à sa place. Alexandra insiste pour l'accompagner. Tous deux partent retrouver les anciens amis d'Arakou, qui veut savoir ce qu'ils sont devenus. Pendant ce temps, le professeur Cormor contacte la princesse des Coaraze, l'une des plus grandes familles d'Antipolis, pour présenter son projet de reconstruction de la ville. La princesse organise une entrevue avec les chefs des autres familles, qui tourne au règlement de compte, mais un tiers de la somme est versé à Cormor, et les travaux sont lancés. Pendant ce temps, après quelques aventures, Arakou et Alexandra sont devenus prisonniers de Patrick, un ancien camarade d'Arakou, et cousin de Jean-Michel. Ce dernier livre le père de Hyacinthe à la princesse des Coaraze pour exiger de Hyacinthe une rançon qui permettra de financer la fin des travaux du professeur Cormor. Mais "La chemise de la nuit" ne va pas se laisser extorquer la rançon aussi facilement ...

C'est donc une histoire très prenante, avec des intrigues, des trahisons, des coups de théâtre, des rebondissements. De l'humour aussi, avec d'une part le Gobelin qui fait payer le passage du pont, et l'ancien compagnon d'Arakou qui est devenu complètement fou, et qui croit qu'une reine l'accompagne partout. Patrick, le traître, a furieusement les traits de "Pat Hibulaire", dans Mickey. Un petit détail qui peut passer inaperçu : après son évasion, Alexandra reconduit chez lui un ancien prisonnier dont Patrick a coupé la main. Mais la femme de ce manchot n'a pas payé la rançon, par avarice sans doute, et leur fils s'appelle Guillaume. Il y a fort à parier qu'il s'agit du fameux Guillaume Delacourt, que nous retrouverons dans le prochain épisode. Delacourt est bien évidement une fine allusion au nom de l'éditeur des albums de la série, Delcourt.

Il y a par contre dans ce scénario un personnage assez mystérieux, je trouve, parce qu'il apparaît tout d'un coup et qu'il y a de quoi se demander d'où il sort. C'est le crocodile-magicien qui va permettre à Patrick de contacter Jean-Michel, et qui par la suite va abuser d'Alexandra après l'avoir immobilisée par un sortilège. Curieusement aussi, Patrick est cul-de jatte, sans que ce détail semble avoir de l'importance, ni que l'on sache pourquoi. Et toujours les motivations du professeur Cormor, qui veut coûte que coûte rebâtir Antipolis, là aussi sans que l'on sache exactement pourquoi. Son rôle, pour moi, est de protéger les héritiers Vaucanson, mais dans cette série on n'en aura pas vu la plume d'un seul, si ce n'est au niveau -400, évidement.

Et puis je dois dire que pour le dessin, Gaultier qui a pris la suite de Blain s'en sort très bien, même si certains personnages ne ressemblent pas aux originaux. On s'en contentera, et le scénario reste tout de même très compréhensible. Le seul problème dans ce cas là, c'est de rater un détail par approximation du dessin, comme le jeune Guillaume Delacourt, par exemple. Bah, on verra bien. Je suis toujours aussi fan de la série parce que j'ai été grand amateur de jeu de rôle, et que cette genèse du Donjon est bluffante au niveau scénaristique, à bien des égards. A suivre, donc.

2 6 2009
   

Cinquième tome (n°-83) de cette série parallèle à la saga principale, "Donjon Zenith", dont la numérotation décroissante peu surprendre. Cette époque Potron-minet (niveaux -99 à 0) racontant l’avant du Donjon se concentre sur l’histoire d’Hyacinthe de Cavallère, qui deviendra plus tard le Gardien du Donjon.

Tout comme lors du huitième tome («Crève-cœur») de "Donjon Monsters", situé au niveau -85, et du tome précédent de "Donjon Potron-Minet", on retrouve la femme-lézard et tueuse professionnelle Alexandra au centre du récit. Cette fois-ci elle va cependant accompagner Arakou, le père d’Hyacinthe de Cavallère, qui a envie de renouer avec son glorieux passé de chevalier. En parallèle, l’auteur invite à suivre les déboires du professeur Cormor, au sein de cette ville d’Antipolis qui n’est plus depuis les événements du tome précédent.

Si l’humour est toujours présent, le ton de cette saga se fait cependant de plus en plus sombre. Antipolis n’est plus, l’ambiance est beaucoup moins chevaleresque et la Chemise de la nuit reste ici dans l’ombre de son père et de sa fiancée.

Côté graphisme, Christophe Blain ("Isaac le pirate") passe ici le témoin à Christophe Gaultier ("Guerres civiles"). Leurs styles étant assez proches, la transition s’effectue en douceur.