45 800 Avis BD |19 827 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 3 : Karabouilla
 

Docteur Poche, tome 3 : Karabouilla

 
 

Résumé

Docteur Poche, tome 3 : KarabouillaAfin d'acceder au résumé de Docteur Poche, tome 3 : Karabouilla, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Docteur Poche, tome 3 : KarabouillaLe docteur Poche est une série un peu oubliée aujourd’hui, ce qui est bien dommage. Gageons que les éditions Dupuis qui ressortent une intégrale ce mois-ci sauront remettre le personnage au goût du jour.
C’est l’occasion de revoir un héros cher aux lecteurs de Spirou dans les années 70, 80, même si celui-ci n’a jamais eu le succès escompté. L’univers du docteur Poche est empreint d’une certaine poésie et de magie. Pourtant ce volume n’en propose pas du tout. Il s’agit d’une histoire d’adolescence ou d’enfance plutôt. Le docteur Poche se remémore un souvenir douloureux.
Ce tome des aventures de Poche se décompose en deux histoires : deux flashbacks dans la vie de Michel. La première histoire est la plus belle Karabouilla donne d’ailleurs le titre à l’album. C’est l’histoire du jeune Michel et de son frère de lait Robert noir de peau. Poche raconte son amitié fraternelle avec Robert et la rivalité qui va les opposer car ils vont tomber amoureux de la même fille une jeune vietnamienne du nom de Thi Hué. Cela les conduira à un drame épouvantable, sorte de fêlure dans la vie du docteur. Cette histoire est aussi un plaidoyer antiraciste et elle marque par sa qualité émotionnelle, chose rare dans la bande dessinée belge de l’époque plus habituée aux happy end.
La deuxième histoire « les belles vacances » est de moins bonne qualité, mais n’est pas non plus à négliger. Elle joue la carte de la nostalgie rappelant les vacances en famille au camping en Bretagne, les bandes de copains, l’arrivée des blousons noirs. Elle manque un peu de structure et part un peu dans tous les sens. La fin interpelle sur les problèmes écologiques : n’oublions pas que cette histoire a été écrite en pleine période de l’Amoco Cadiz et de la terrible marée noire sur les côtes bretonnes.
Au dessin Wasterlain, avec son trait si nerveux trouve un style très particulier, c’est beau et très bien rythmé.


Chronique rédigée par JAMES RED le 24/02/2010
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de JAMES REDReflet de l'avatar de JAMES RED
Statistiques posteur :
  • 536 (94,87 %)
  • 23 (4,07 %)
  • 6 (1,06 %)
  • Total : 565 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Acheter d'occasion : 15,44
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Avril 1980

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Docteur Poche, tome 3 : Karabouilla, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 6 2018
   

2 belles histoires qui nous amènent dans l'enfance et l'adolescence du docteur Poche. L'histoire titre est la plus courte, 12 pages, mais très belle et émouvante. Ça prouve le côté hors standard de Wasterlain. Il ne se soucie pas d'une stricte homogénéité dans sa série et raconte juste ce qui lui tient à cœur. Ça peut donner un album "petite enfance" comme "Les hommes papillons" ou une histoire "grands ados/adultes" comme celle-ci.
La seconde est belle aussi mais décousue, comme il le fait souvent. On sent qu'il foisonne d'idées et essaye de tout y mettre. Ici c'est une agréable nostalgie des années 60/70 et des vacances au camping, bandes de copains, mobylette, amitiés... Puis ça passe à un plaidoyer écolo d'un ton très différent. Mais c'est une histoire bien agréable à lire.
Wasterlain est, avec cet album, un précurseur de la mode des "jeunesse de...", "enfance de..." qui s'est développée ces dernières années.
À découvrir. (Pour la plupart je pense).