44 761 Avis BD |19 300 Albums BD | 7 664 séries BD
Accueil
Tome 6 : La perle noire
 

Djinn, tome 6 : La perle noire

 
 

Résumé

Djinn, tome 6 : La perle noireAfin d'acceder au résumé de Djinn, tome 6 : La perle noire, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Djinn, tome 6 : La perle noireEnfin, cet album arrive.

Et je retrouve avec un immense plaisir le dessin de Miralles qui va porter cette histoire avec une maîtrise parfaite. On retrouve avec plaisir Kim Nelson qui court toujours après l’histoire de sa famille. Elle est toujours aussi belle et la dessinatrice va nous l’offrir dans des situations ou la nudité n’a plus d’importance quand l’esprit est déjà entièrement investi par le désir de pouvoir d’une djinn.

Dufaux continue son histoire et sait ouvrir des portes pour des futurs albums en nous parlant du voyage en Inde que Kim a fait en quittant la Turquie. En même temps, il continue à visiter les méandres de la culture Africaine en distillant lentement les informations.

Je ne vais pas trop en dire sur ce récit, mais sachez que le plaisir est là, même si un sentiment de frustration apparaît en fin de lecture en se disant qu’il faut attendre un an pour avoir la suite.

Alors, j’ai préféré relire d’abord le premier tome avant d’ouvrir ce deuxième opus. Et ce récit se lit lentement pour pouvoir s’imprégner de l’atmosphère lourde de sous entendus et de sensualité. Je ne suis pas déçu mais je regrette de devoir encore attendre plus de dix mois pour avoir une suite.

A lire sans hésitation, si on aime ce genre d’histoire.


Chronique rédigée par niavlys le 05/11/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 489 (99,39 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 1 (0,20 %)
  • Total : 492 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,39 11,39 11,39
Acheter d'occasion : 7,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.80
Dépôt légal : Octobre 2006

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Djinn, tome 6 : La perle noire, lui attribuant une note moyenne de 3,80/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 5 2017
   

Bizarre cette façon de faire. Dans le premier cycle les histoires de Jade et de Kim s’entrecoupées, plutôt classiquement et de bonne manière. Dans ce second cycle, après un premier tome où il n’est question que de Jade, ce deuxième tome est exclusivement réservé à Kim. C’est quand même curieux et atypique, car entre temps on perd un peu le fil, cela dit moi j’ai la chance de les lire à la suite, j’imagine que ceux qui attendent la sortie sont obligés de tout relire.

Cela dit les deux histoire sont agréables, et celle de Kim est aussi convaincante pour le moment, elle est de nouveau sur les traces de son aïeule, cette fois en Afrique, c’est dépaysant. Les scènes érotiques sont de moins en moins nombreuses, remplacées par des scènes de Vaudou. Le dessin n’en est que plus charmant et coloré.

J’aime bien.

18 11 2014
   

Je commence cet avis par ce qui m'a le plus déçu : le début. Après un album qui présentait la disparition de Lord Nelson et de Jade juste après la guerre , voilà que l'on ouvre cet ouvrage sur Kim Nelson. On perd un petit peu le fil avec le tome précédent, d'autant que la présence de Kim est peu expliquée : on sait qu'elle a fait un voyage en Inde mais c'est à peu près tout. Il nous faudra attendre un "prochain cycle" pour découvrir ce qu'elle faisait en Inde et pourquoi elle se retrouve en Afrique Noire. Le début de l'ouvrage est destabilisant dans la mesure où le scénariste introduit une rupture dans le scénario général de sa série.

En revanhe, par la suite cela s'améliore. On comprend que Kim se lance à la recherche de la fameuse statue, à laquelle Jade, en son temps, avait donné sa perle noire. Ce n'est ici qu'un tome d'introduction, pendant lequel Kim va recruter l'équipe qui partira avec elle en expédition. Mais elle n'est pas la seule à vouloir retrouver ce trésor et il y a fort à parier que des brebis galeuses intégrerons la caravane. Tout cela se met en place patiemment et rigoureusement. Presque trop lentement. Par ailleurs, il se dégage une ambiance particulière de cet album : après le charme très oriental des harem, il pèse sur ce nouveau cycle une tonalité un peu vaudou. Cette tonalité, exigée par le scénario, est superbement supportée par un dessin très fin, qui saura faire partager tout ce mystère.

Voici un bon tome d'introduction à ce nouveau cycle. Le problème, c'est que c'est le deuxième. Il faut donc maintenant que l'histoire avance.

31 3 2007
   

Dans ce nouveau cycle consacré à l’Afrique, Dufaux et Miralles ont abandonné les flash-backs parfois déroutants du premier cycle pour alterner entre les deux époques d’un tome sur l’autre. Dans cet album, on retrouve donc cette fois-ci, non pas la belle et mystérieuse Jade, mais la non moins belle Kim Nelson toujours sur les traces de son aïeule…

Je remarque, en relisant l’avis que j’eusse donné sur l’album précédent, que j’avais fait part de mon regret de ne pas avoir été autant envoûté lors de sa lecture que lors de celle du premier cycle. Lorsque j’ai voulu entamer ce tome, je me suis d’abord replongé dans le précédent, et je crois avoir découvert la raison de ma frustration… En effet si l’utilisation de flash-backs pour mener l’histoire sur deux époques différentes de front rendait parfois la compréhension plus ardue, cela donnait au récit un côté « légendaire ». Le récit « principal » étant celui de Kim qui enquête sur la singulière histoire de sa grand-mère, la vie de cette dernière prenait alors une dimension de « légende » que l’on nous conte à travers une autre personne (Kim en l’occurrence).
Avec ce second tome, le cycle retrouve cette dimension, et cela est d’autant plus agréable que cette fois-ci on sait ce qui est vraiment arrivé à Jade, et lorsque que Kim découvre ceci petit à petit on s’aperçoit que le temps peut parfois déformer les choses…

Les illustrations de Miralles sont toujours aussi belles, les décors africains nous transportent dans ce pays de légendes. Les personnages sont tous très bien définis, et les corps n’ont aucun secret pour cette dessinatrice de talent…

24 11 2006
   

Après avoir fait passer Jade et le couple Nelson des harems d’Istanbul au larges savanes et grands fleuves africains, Dufaux va, tout comme lors du premier cycle, envoyer Kim Nelson sur les traces de sa grand-mère.

Ayant abandonné l’utilisation du flash-back dans ce cycle africain de quatre tomes afin de gagner en lisibilité, Jean Dufaux et Ana Mirallès vont donc dédier ce tome à Kim après avoir consacré le précédent à Jade. Mais malgré ce passage à une époque contemporaine, Kim va réveiller d’anciens mythes et légendes en voulant percer le mystère de la disparition de la plupart des membres d’une expédition qui ont accompagnés son aïeule, Jade.

Dufaux, qui s’est déjà souvent laissé inspirer par l’Afrique et ses sorciers dans d’autres récits, peut donc étoffer son intrigue dans un environnement qu’il affectionne et qu’Ana Mirallès dessine à merveille. Jean Dufaux aime également donner une touche de mystère et de fantastique à ces récits et aidé par les atmosphères africaines d’Ana Mirallès, c’est avec aisance qu’il parvient à plonger le lecteur dans la sorcellerie, les envoûtements, la chaleur et la beauté de l’Afrique.

Côté graphisme Ana Mirallès parvient de nouveau à nous faire contempler chaque case à l’aide d’un dessin qui respire la sensualité et des couleurs chatoyantes. A noter qu’une version de l’album accompagné de 6 magnifiques ex-libris est également disponible.

Bref, mis à part un petit astérisque légèrement frustrant en milieu de tome nous référant vers un troisième cycle (consacré à l’Inde) pour plus d’explications concernant les vraies raisons de la présence de Kim en Afrique, je n’ai pas grand-chose à reprocher à ce tome qui nous fait voyager vers le milieu de ce cycle africain.