46 543 Avis BD |20 181 Albums BD | 7 885 séries BD
 

Dimension W, tome 1

 
 

Résumé

Dimension W, tome 1Afin d'acceder au résumé de Dimension W, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Dimension W, tome 1Avec "Dimension W", Ki-oon lance une nouvelle série qui démarre sur les chapeaux de roues, bourrée d'énergie et au background travaillé. Cette licence est l'oeuvre de Yuji Iwahara, connu pour différentes séries chez nous dont "Le Roi des Ronces" qui avait fait fort bonne impression lors de sa sortie en France.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce premier tome entre dans le vif du sujet : contexte posé, on assiste très vite à la présentation des protagonistes, originaux dans leur traitement et leur design, pour démarrer une enquête sur fond de technologie avancée (Mira faisant obligatoirement penser à Chi de Chobits dans sa conception) et dont le seul lien avec notre époque semble être ce génial Kyoma Mabuchi, laissé sur place 30 ans en arrière par le progrès, amoureux d'un univers lointain. La narration est dynamique et sans temps mort, ne laissant finalement pour le moment que peu de place à une relation naissante entre Kyoma Mabuchi et Mira. Prenant !

Graphiquement très convainquant, l'album montre une vraie volonté de se démarquer en présentant un univers dense, et dont le trait à la croisée du shonen et du seinen dynamise beaucoup l'ensemble. Comme dit précédemment, le chara-design est remarquable, à commencer par celui de Mira, très convaincante dans son style.

Le bonus sympa : la couverture a subit un traitement la rendant partiellement phosphorescente, jouant sur l'angle hyper techno du titre et donnant à ce premier volume un tout autre aspect une fois la lumière éteinte...

On imagine que la série, tome après tome, saura nous en dire plus sur ses personnages et leur passé, c'est en tout cas ce que l'on peu espérer de cette nouvelle licence. Dimension W tient pour le moment particulièrement ses promesses et s'inscrit complètement dans le catalogue de l'éditeur. Immanquable !

Tous les visuels de cette chronique sont © Yuji Iwahara / SQUARE ENIX CO., LTD.


Chronique rédigée par Piehr le 20/02/2014
 
 
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,51 7,51 7,51
Acheter d'occasion : 2,90
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Février 2014

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Dimension W, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 3 2014
   

Ce premier tome constitue une bonne introduction, qui mêle assez efficacement passé et modernité. Pour moi, la présentation de la petite Mira me fait irrémédiablement penser à d'autres enfants-robots, qui ne sont pas véritablement nouveaux : entre "Gunnm" et "Pluto", les exemples de ces enfants-robots aux dispositions hors du communs, permises par les avancées technologiques, ne relèvent pas d'une originalité renversante.

Pour autant, il y a un bel effort d'introduction de ce monde futuriste : on n'est pas balancé dans un monde technologiquement avancé sans raison, mais la technologie des coils permettant une source d'énergie inépuisable et autonome est bien expliquée, trouvant ses sources dans les travaux de Telsa, ingénieur du milieu du XIXème siècle. Par ailleurs, il y a une vraie modernité dans le graphisme et chacun des personnages est bien identifié. Enfin, il y a ce personnage de Kyoma, amoureux des vieilles voitures à essence en pleine ère du tout-électrique, disposant de force d'un vieux modèle de portable... un personnage en décalage avec son époque qui apparaît de fait rebelle et sympathique. Si l'utilisation d'un enfant-robot aux comportements identiques à un vrai enfant n'est pas l'idée originale du siècle, la présentation de ce monde et de ces personnages est en revanche empreinte d'une veine moderne qui donne beaucoup de rythme à l'ensemble, qui dépoussière toutes ces idées plus anciennes.

Le scénario se laisse ainsi bien découvrir pendant les deux premiers tiers de ce premier ouvrage où tout est fait pour retenir le lecteur. Ce dernier entre d'emblée dans une histoire rythmée et intrigante, et assez soignée quant à la description de la technologie employée. Toutefois, la tournure de cette fin de premier tome me laisse plus dubitatif. L'apparition du "Loser", espèce de super héros cambrioleur qui annonce ses vols à l'avance (un peu comme "Cats Eyes", non ?) est un peu brutale et surtout, semble briser brutalement la ligne scénaristique imposée jusqu'alors. Toute cette dernière partie de l'ouvrage est un peu confuse et ca foisonne tellement d'actions que je n'en ai pas bien compris tous les développements.

Un univers et des personnages sympathiques, un monde cohérent et riche, voilà sans consteste les qualités de cet album. Mais la fin de l'ouvrage, plus fouillie, plus brouillonne, m'a un petit peu perdu.