46 528 Avis BD |20 175 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Deux frères
 

Deux frères

 
 

Résumé

Deux frèresAfin d'acceder au résumé de Deux frères, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Deux frèresDepuis leur incontournable « Daytripper », Gabriel Ba et Fabio Moon se sont fait une belle petite place dans le monde du neuvième art. Après l’adaptation d’une nouvelle brésilienne de Machado de Assis avec « L’Aliéniste », les frères jumeaux revisitent un livre de Milton Hatoum intitulé « Dois Irmãos », datant de 2000.

« Deux frères » raconte l’histoire d’une famille libanaise dans le Brésil du XXième siècle. Le récit se concentre sur Yaqub et Omar, deux frères jumeaux aux caractères diamétralement opposés, qui se haïssent depuis la plus tendre enfance. C’est une séparation durant près de cinq années, à l’âge de treize ans, qui est à la base de cette animosité réciproque qu’ils se vouent. Yaqub fut en effet envoyé au Liban, sur ses terres d’origine, tandis qu’Omar put rester au Brésil, dorloté par une mère qui l’a toujours considéré comme son favori.

C’est Naël, le fils de la bonne de la famille, qui raconte l’histoire de cette famille de Manaus, de la rencontre des parents, Halim et Zana, jusqu’à la mort de cette dernière. Au fil des pages et des années, les nombreux personnages évoluent, tout comme cette tension latente entre les deux frères, qui pèse visiblement sur les autres membres de la famille et qui atteint son paroxysme en fin d’album. Cette saga familiale qui met en avant une guerre fratricide tragique ne manque pas de rebondissements et parle d’amour, de rivalités, de trahisons, de secrets, d’ambitions, d’immigration, d’abandon, de non-dits et de haine… bref, une œuvre riche en personnages et en émotions…

Puis, visuellement, le duo brésilien nous gratifie d’un dessin noir et blanc et d’un trait anguleux qui siéent parfaitement au récit et qui sont mis en valeur par le grand format de cet album.


Chronique rédigée par yvan le 27/03/2016
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 21,38 21,38 21,38
Acheter d'occasion : 14,88
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Mars 2015

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Deux frères, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

22 1 2017
   

Cette histoire, c’est avant tout une petite saga familiale qui prend pour fil conducteur l’animosité de deux frères qui gangrènent l’ensemble d’une famille. La famille en question est peu commune : immigrée du Liban pour se retrouver dans une petite ville du Brésil, Manaus. Mais alors que les deux jumeaux, Yaqub et Omar, se sont disputés au point de se blesser lorsqu’ils avaient treize ans, Yaqub est envoyé 5 ans sur les terres natales alors qu’Omar reste choyé par la mère au Brésil. L’origine de la brouille, c’est l’amour pour une même fille. Mais malgré les 5 ans de séparation, les deux frères ressentent toujours la même animosité et les deux caractères se forgent : Yaqub est travailleur et investi, et quittera bientôt le cocon familial pour faire une riche carrière d’ingénieur à Sao Paulo, alors qu’Omar est l’oisiveté même, ne songeant qu’à la fête et à l’argent facile, toujours couvert par une mère surprotectrice et aimante.

L’histoire, délivrée dans un format noir et blanc plein de tension, permet de comprendre l’impact qu’aura cette animosité sur l’ensemble des membres de la famille, depuis le père Halim, jusqu’au petit-fils Naël, enfant illégitime de la gouvernante et de l’un des deux frères, en passant par la sœur Rania. Une vie pourrie par deux frères qui ne s’entendent pas, et qui ne se sont jamais entendus.

Le récit aurait pour autant avoir plus de force parce que, finalement, sur les nombreuses pages de l’ouvrage, rares sont celles qui mettent en évidence l’animosité entre les deux frères. Yaqub est particulièrement absent de l’histoire, passant sa vie à Sao Paulo alors que l’on passe notre temps à Manaus. Il devient ingénieur, il se marie avec son amour de jeunesse : bref, tout va bien pour lui alors que celui qui a été choyé est Omar, l’oisif, le petit truand. Du coup, on comprend mal pourquoi cette animosité perdure autant de temps, la cicatrice causée à 13 ans devrait être selon moi, oubliée depuis longtemps à moins que les deux frères n’entretiennent une rivalité constante, ce qui n’est pas le cas, puisqu’ils sont toujours séparés. Dans ce contexte, le message se perd un petit peu et la fin devient moins évidente. On se retrouve avec une famille dont la vie est pourrie non pas par une brouille entre les deux rejetons, mais par un fils qui ne pense qu’à la fête et à dormir. Il n’y a finalement aucune raison pour que Yaqub soit jaloux de son frère, mais peut-être est-il jaloux de l’amour de leur mère, alors que lui-même fait l’admiration de son père, qui n’est que dédain pour Omar.

On se retrouve avec une complexité de sentiments et de relations familiales, certes, mais les relations entre les deux frères ne sont pas vraiment au centre de récit, contrairement à ce que nous vendait la quatrième de couverture. En conséquence, je ne suis pas sûr que le message initial ait été délivré correctement.