46 562 Avis BD |20 195 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Dessus-Dessous
 

Dessus-dessous : Dessus-Dessous

 
 

Résumé

Dessus-dessous : Dessus-DessousAfin d'acceder au résumé de Dessus-dessous : Dessus-Dessous, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Bon !.. vous avez une chaise, là ?!.. installez-vous à votre aise parce que c’est assez « dur de comperdure ». J’ai essayé de résumer ce qui ne sait l’être…

Un peu d'histoire : cette série est vieille, très vieille… Elle débute dans les pages du « New York Herald » le 11 Octobre 1903 et s’y termine dans le n° du 15 Janvier 1905.

Le postulat est on ne peut plus simple, linéaire même. Mais la forme graphique utilisée par l’auteur est, elle, assez incroyable.
Que je vous explique : vous prenez une planche, vous la lisez, vous RETOURNEZ la planche et continuez ainsi la suite de la lecture. Deux planches sont ainsi dessinées sur une seule.
Une robe de Lovekins, en tournant la page à plat, devient le chapeau de Muffaroo ; ses longs cheveux deviennent la moustache du vieux monsieur, un nuage devient buisson, un reflet dans l’eau –une fois retourné- devient un village, etc…

Surprenant… vraiment… et créé voici plus de cent ans !…
Inconcevable de nos jours, et pourtant… J’ai vérifié, cela s’appelle de la transsubstantiation (si ! si !…) ; une sorte de réversibilité de miroir (euh… vous suivez ?…).
Je ne connais que deux BD novatrices créées en ces débuts des années 1900 : Little Nemo et la présente série. Mais si Nemo est un voyage dans les rêves, cette présente série est une véritable déraison graphique vraiment expérimentale.

L’auteur ?… ben, il est Belge… et né au Japon en 1867. Installé aux Etats-Unis, sa principale création seront ces personnages interchangeables pour une fantaisie imaginaire au complet non-sens.
Unique, je pense.
Qui plus est, l’auteur, dans sa mise en page, utilise la technique dite « du gaufrier » ; à savoir 6 vignettes par planches (un peu comme Jojo et Jimmy), ce qui rend la lecture de la « seconde » planche assez aisée.

Complètement oublié si Horay n’avait publié un tome en 1978. Et quel tome : c’est en COULEURS ! (alors que c’est le noir/blanc initial –de l’auteur, donc, qui faisait toute la poésie de cette expérience.
Un album quand même étonnant, fait de surréalisme, que l’on peut détester ou aimer. J’ai VRAIMENT aimé. Et même beaucoup.


Chronique rédigée par LYmagier le 09/11/2014
 
 
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Janvier 1977