46 615 Avis BD |20 223 Albums BD | 7 891 séries BD
 

Death Note, tome 12

 
 

Résumé

Death Note, tome 12Afin d'acceder au résumé de Death Note, tome 12, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Death Note, tome 12Voici le dernier volume de Death note, celui tant attendu !! Et je ne vais pas m’étendre pour ne pas divulguer trop d’informations sur cette fin.

Commençons par les graphismes, fins et précis ils plairont comme ils ont toujours plus lors des 11 tomes derniers.

Ensuite le scénario, celui-ci tourne principalement autour de la rencontre dans le « yellow box » entre Light et Near. Une fois cette rencontre mise en place avec la découverte des équipes de chaques camps, a lieu l’application des 2 plans. L’un visant à contrôler le monde en tuant tous les connaisseurs des cahiers de la mort et l’autre cherchant bien évidemment à lui empêcher ce projet funeste. Et j’ai été moyennement séduit par cette fin, que j’aurais aimé plus fini, abouti. En effet après la lecture de la fin notamment avec par exemple les dernières cases, je suis complètement resté sur ma faim presque déçu par ce dénouement. J’ai été désenchanté de voir une fin si banale, vu le niveau auquel avait débuté la série j’aurai voulu voir une fin énorme voir extraordinaire. Mais je n’ais pas honte de dire que la fin n’était pas la hauteur de la série. Cependant c’est un avis et au final la fin n’est pas si intéressante que je le dis mais ce n’est pas celle auquel je me serai attendu. Je l’aurai souhaité plus spectaculaire, utilisant chaques personnages dans un dénouement avec plus de suspens. Mais là encore de nombreuses déceptions comme la réaction de light, le devenir des personnages non dévoilé…
Car voilà ma conclusion : une fin certes mais juste une fin.

Quant à l’originalité, celle-ci est bien présente avec un rebondissement lors de l’application des 2 plans. Et oui on ne s’ennuie pas car il est clair que l’on veut savoir qui va l’emporter qui va se désillusionner sur ces desseins, mais cette impression est normale vue le caractère final du tome.

Au final, un album comme tous les autres de la série : d’un bon niveau, mais envers un dernier tome, il aurait été souhaitable d’avoir une fin excellente pour finir en beauté.


Chronique rédigée par Rarelisme le 09/11/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de RarelismeReflet de l'avatar de Rarelisme
Statistiques posteur :
  • 82 (82,00 %)
  • 18 (18,00 %)
  • Total : 100 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,51 6,51 6,51
Acheter d'occasion : 2,86
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Octobre 2008

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Death Note, tome 12, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

8 7 2013
   

Enfin ! Voici le dénouement de cette (très prenante) série. La frustration des derniers tomes explosent avec l'affrontement final entre Near et Light, mettant au jour les dernières machinations auxquelles nos deux protagonistes se sont livrées. Pas de surprise de taille dans ce dernier tome, mais une narration impeccable, des faux semblants démasqués, des secrets dévoilés, des certitudes qui s'envolent... Même les dernières pages laissent planer un doute sur la personnalité de Near, sur ses véritables motivations et sur ses actions à venir. Bref, tout est joué, tout est cohérent avec le ton et les actions de la série dans son ensemble, et la seule absente de ce dernier tome semble être Misa, qui a l'air d'être oubliée dans cet épilogue.

La série a su tenir en haleine et nous offre un final à la hauteur de la qualité et du suspense auxquels elle nous avait habitués.

25 5 2013
   

Si il y a bien un manga à retenir du duo Tsugumi OHBA-Takeshi OBATA, c'est bel et bien ce monstre qu'est Death Note.
Monstre, car les auteurs de Hikaru no Gô appliquent une fois de plus leur méthode de narration sur quelques volumes seulement, loin de certains titres fleuves. Le fait de ne s'autoriser que 12 tomes pour raconter une fresque aussi complexe et aussi dense que l'est Death Note donne alors naissance à des opus riches en développement, tant au niveau des personnages (ce qui marche très bien lorsque ceux-ci sont peu nombreux), que des situations tendues et rocambolesques que vit ce cher Light.

De lecteur, nous devenons peu à peu voyeur et on ne peut qu'être mitigé à propos de ce sombre héros: Etre de son côté, accepter le système implacable et peu à peu dictatorial qu'il met en place, tant sa force de persuasion et sa logique de pensée semblent couler de source; Le condamner, souhaiter qu'il se fasse attraper ou simplement qu'il meure, pour arrêter l'infernal rouage qu'il est parvenu à créer sur le long terme.

Autant son duel psychologique avec L relevait du brio qui englobait alors la première partie de la saga, autant la relève avec M et N laisse indifférent. La faute à un timing (trop?) serré qui laisse peu de place au développement de nouveaux personnages et préfère mettre en avant l'intrigue principal.

Quant à la fin, il reste toujours sujet à polémique chez les fans. Et c'est compréhensible lorsque l'on referme ce dernier volume: Que déduire de cette incroyable histoire? Quel moral doit-on en tirer? Vous et vous seuls pourrez en juger.
En cela, Obha réussit le pari de susciter chez les lecteurs les intemporelles questions sur la relation homme/pouvoir.

Et à Obata de le mettre superbement en images: Un graphisme nerveux, le trait vif et des plans souvent rapprochés pour coller de près aux protagonistes, comme pour aider à déchiffrer les intentions de ses personnages.

Death reste donc un monument du Thriller fantastique, prenant, angoissant et palpitant, mais qui souffre toutefois d'une seconde partie en biseau par des protagonistes qui n'ont pas le temps de se faire une place propre. Et c'est bien dommage. A lire quoiqu'il en soit pour passer un super moment!!

9 5 2012
   

Je n'ai pas aimé cette fin. comme trop de séries japonaises, celle ci n'a pas su s'arrêter à temps. Les épisodes succédant à la mort de L, ne sont que des moyens de rallonger la sauce sans pour autant lui amener une once de saveur supplémentaire. c'est de la redite.
Ce dernier épisode est particulièrement décevant car Light tout au long des épisodes précédents était présenté comme un personnage froid, sans émotions, calculateur et qui gardait son sang-froid en toutes circonstances. Ici la psychologie du personnage change du tout au tout avec un light qui se désuni totalement complètement dépassé par ce qui lui arrive et ça ne cadre pas du tout avec le personnage. Dommage.

17 2 2010
   

La fin tant attendue de cette génialissime saga...

J'ai eu à peine commencé une page du dit tome, que je n'ai pas pu décrocher avant la fin. J'ai trouvé que cette fin a été amené avec talents par les deux auteurs et j'ai été époustouflé par la mis en scène de la folie de Light. En voyant des passages comme celui-ci, on reconnaît le talent de M. Obata qui nous offre comme à son habitude un merveilleux dessin.
Dans ce tome, la tension est à son comble et je n'ai pas été du tout déçu (ce qui est normal car le second cycle m'avait assez déçu, donc un rebondissement en qualité ne peux pas faire de mal). Certes la fin aurait pu être mieux amené du temps de L, mais je ne trouve pas de gros défaut à ce tome qui clôt cette excellente série, et j'en suis ressortis tout retourné, c'est pourquoi je lui mets la note maximale.

Pour ceux qui se sont accroché jusqu'à la fin, j'espère que vous apprécierez...

8 5 2009
   

Il n'est jamais facile de terminer une série sans décevoir. Remercions donc les deux auteurs nippons pour ce dernier album qui maintient la qualité de "Death Note" tout en lui apportant une conclusion.

Graphiquement, Takeshi Obata ne change pas de style et conerve tout son savoir-faire. Dynamisme, visages expressifs, rendu de la tensionj du huis-clos final : pas de fausse note pour cette conclusion. Les anti-manga continueront à ne pas aimer mais les autres apprécieront la patte de l'auteur de "Hikaru No Go" !

Au scénario, Ohba s'en sort tout aussi bien. On s'attendait à un final tout en réflexion et en fourberie : c'est en effet ce qui se passe. On ressent naturellement un léger désappointement en fin d'album, comme souvent lorsqu'on abandonne des personnages avec lesquels on a passé beaucoup de temps, mais il y a un vrai dénouement et on garde une très bonne impression de la série dans son ensemble. On n'en dira pas plus pour laisser au futur lecteur un plaisir intact.

Au moment du bilan, on peut( définitivement classer "Death Note" dans les séries qui n'ont pas volé leur succès et qu'on recommande aux amateurs d'histoires bien troussées.

28 2 2009
   

"Tous les humains finissent par mourir, sans exception."
Voici le dernier tome de la série et le lecteur va enfin connaitre le dénouement de Death Note. Est-ce que Kira va remporter la bataille et devenir le nouveau "Dieu " ? Ou bien peut-être que Near et sa cellule viendront ils à bout de lui ? A moins que ce soit l'imprévisible Mello qui règle la situation ?
Et bien je suis heureux de vous dire que le manga connait une fin très correct, enfin du moins après la baisse de régime depuis le tome sept (et la fin de la première partie du manga). Ce dernier tome est très bon il faut le reconnaitre, meilleur que certains tomes précédent ou je m'ennuyait légèrement en lisant tout le blabla pas toujours utile. Mello est de retour et il apporte avec lui son lot d'action.
La deuxième moitié du tome se concentre sur la rencontre Kira/Near et prend énormément de place (peut-être même trop). Il est vrai qu'Ohba fait en sorte que le scénario tienne la route jusqu'au bout et il s'en sort plutôt bien. Une fin de tome avec beaucoup de rebondissements et sans gros temps mort, même pendant les explications des plans qui était alors secrets. Et d'ailleurs lors de cette conclusion on se rend vraiment compte de l'ampleur de la folie de Light. Pour ne pas spoiler (donner des infos sur la fin) je ne rentrerais pas plus dans les détails.
Le dessin d'Obata reste toujours de qualité et fait vraiment bien ressortir les sentiments des différents personnages. D'ailleurs je trouve que cette dernière couverture est plus belle que les précédentes.
Au final un douzième tome qui restera dans les anales et qui clôt une série qui n'aura pas laissé beaucoup de lecteurs indifférents.

20 11 2008
   

Dernier tome de la série.

On s'attend à une fin en apothéose pour cet affrontement mental qui dure depuis 12 tomes. Et c'est juste un pétard. Dommage.
Pourtant, l'ensemble du tome tient ses promesses. On est suspendu aux lèvres (et aux pensées) de Light-Kira d'une part, et de Near de l'autre. Et on se demande qui va l'emporter jusqu'au bout.
La mise en place du final est donc très sympa à lire. C'est toujours aussi bavard, mais c'est la principale caractéristique de la série (qui se transforme parfois en défaut... j'avoue que je me suis plusieurs fois perdu dans les raisonnements des deux cerveaux mais qu'importe car on arrive toujours à reprendre le fil). Mais c'est bel et bien le final en lui-même qui est décevant. Un peu trop facile peut-être. Pas assez de retournements de situation.
De plus, j'avoue que les dernières images m'ont laissé totalement perplexes. Le fait de ne pas savoir ce que deviennent les personnages après est également un peu dommageable.
Ceci dit, on nous prédit à la fin du tome, la sortie d'un tome 13 qui reprendrait différentes interprétations de la fin, plus deux ou trois bricoles. Mouais.
Côté dessin, ça n'a pas bougé d'un poil depuis le début. Assez dynamique, un trait fin. J'adhère.

Bref, au final, une série correcte mais qui s'essouffle à mi-chemin, sans jamais réussir à vraiment redécoller et surprendre le lecteur.