46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le secret du janissaire
 

De cape et de crocs, tome 1 : Le secret du janissaire

 
 

Résumé

De cape et de crocs, tome 1 : Le secret du janissaireAfin d'acceder au résumé de De cape et de crocs, tome 1 : Le secret du janissaire, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de De cape et de crocs, tome 1 : Le secret du janissaireCette bande dessinée est un véritable chef d'oeuvre !! Le scénario est en béton, et débute par ce qui n'est autre qu'une pièce de Molière.

Les textes et les dialogues sont hilarants, on se tord de rire, c'est joyeux, c'est fin... Ayroles fait décidemment preuve de beaucoup d'humour !

Les illustrations sont elles aussi à la hauteur. Masbou a en effet utilisé les couleurs à bon escient, insufflant ainsi à cette bande dessinée un style très particulier qui convient parfaitement à cette histoire. De plus, chaque case recèle de nombreux détails, tous plus croustillants les uns que les autres.

"Le secret du fanissaire" est absolument un album à avoir chez soit, et si ne n'est pas le cas, courez vite chez votre libraire!


Chronique rédigée par gwenn
 
 
Statistiques posteur :
  • 119 (96,75 %)
  • 4 (3,25 %)
  • Total : 123 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.57
Dépôt légal : Novembre 1995

Avis des lecteurs

37 internautes ont donné leur avis sur l'album BD De cape et de crocs, tome 1 : Le secret du janissaire, lui attribuant une note moyenne de 4,57/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Le vieux Léon :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
30 5 2012
   

Sublime...
Un bel hommage à la langue française et à la littérature dans un univers poétique et haut en couleur. Roman épique où l'aventure se mêle à l'amour et à l'humour et nous emmène au fil des nombreux rebondissements jusqu'à de lointaines et merveilleuse contrées.
Un scénario qui ne mollit pas, des personnages très attachants, un univers rappelant les grand romans de capes et d'épée, un dessins très soigné, des textes et des références subtiles... c'est un petit chef d’œuvre.
Indispensable à tout amateur de BD et de littérature.

14 3 2011
   

De cape et de crocs est à la fois une fable animalière, un roman de cape et d'épée et une pièce de théâtre. La série fait la satire de la vie moderne vue par Don Lope de Villalobos y Sangrin, un loup espagnol et Armand Raynal de Maupertuis, un renard gascon au XVIIe siècle. Dès les premières page du tome 1 (Le secret du janissaire), l'ambiance est exotique. Les pastiches et les parodies sont démoniaques. A la Molière ou à la Cervantes... On peut songer aussi au "Lettres Persanes" de Montesquieu. Le texte "ON" ou "OFF" est très plaisant à suivre. Les dessins sont alléchants, les couleurs sont vives accompagnant les multiples aventures de nos héros, qui sont pleines de rebondissements. Bref, une série aussi prometteuse que Blacksad pour finir dans les classiques du 9ème art.

26 6 2010
   

Je serai moins enthousiaste que la moyenne, même si au final l'énorme qualité d'écriture suffira à me faire poursuivre cette série.

Pour moi, de Capes et de Crocs, c'est avant tout une lecture, plus qu'un visionnage.
Je savoure les dialogues, ils sont fins et drôles et n'arrivent pas par "prétexte". Ils s'adaptent aux situations de manière sensible et donnent parfois la sensation de lire une pièce de théatre décapante.
Pas de doute, sur ce plan, c'est carrément réussi.
Les deux héros ne sont justement pas les moins habiles en parole, on peut difficilement ne pas s'attacher à eux, et être percuté par leur personnalité, d'autant que celles-ci sont bien marquées.

Cependant la construction de la bd laisse peu de place au développement en profondeur des personnages. Malgré la rigueur des échanges et des rimes occasionelles, Le Secret du Janissaire repose sur une structure beaucoup plus légère, le loufoque et le fantastique cotoyent le réel, tout s'enchaine à deux cents à l'heure. Il ne faut pas chercher la cohérence narrative, on est dans une bd d'aventure débridée, au texte ciselé. Point barre.

Les pérégrinations des personnages et les environnements n'ont en en fait, en eux même, pas de valeur propre, ils ne sont que le moyen d'amener et de faire s'enchainer les situations épiques et drolatiques, même si le tout reste à un bon niveau de sensibité. J'ai souvent ris, et il y régulièrement de bonnes trouvailles.

Pour ma part j'espérais quelque chose de tout aussi drôle et sensible, mais intégré dans un univers plus réaliste, avec moins de caricatures, et de situations improbables.
Je ne parle pas de l'humanisation des animaux, mais de l'absence (à mon avis dommageable) de limite au loufoque, dans le cadre de la narration et des situations. En gros ici, tout est permis, rien n'est crédible et ça ote une dimension épique, inquiétante. Finalement, ce n'est que de la déconne. J'aurais preféré quelque chose d'un peu plus modéré, et plus noir.

Le dessin n'est, au départ, pas vraiment le genre que j'affectionne, mais faut reconnaitre qu'il fonctionne. Particulièrement lors de la représentation des héros. Armando et Don Lope ont quand même une grosse prestance, et à mes yeux, ils portent cette bd à bout de bras.

Voilà. Donc ce premier tome est pour moi assez mitigé, mais j'accroche tellement aux deux compères, que je poursuivrais avec un mélange de plaisir et d'inquiétude, en éspérant que la bd elle même se hisse à la hauteur de ses héros.

19 2 2010
   

Cette série qui s’amorce avec Le secret du Janissaire est une pure merveille. Le ton est donné en préambule avec des remerciements qui s’adressent à Jean de La Fontaine et Jean-Baptiste Poquelin. Il conviendrait d’y ajouter Alexandre Dumas. Le rideau se lève et on assiste en mode spectateur à quelques scènes de théâtre de rue avant que nos deux héros Don Lope de Villalobos y sangrin (le loup) et Armand Raynal de Maupertuis (le renard) fassent leur apparition pour nous proposer un spectacle de très très très haute volée !
L’aventure est dynamique, l’humour omniprésent, les dialogues d’une qualité extrême. Tout cela servi par une dessin caricatural et tout en rondeur ; et une colorisation contrastée et chaleureuse sans être agressive. Je n’insisterai que sur l’humour, très fin, qui se matérialise alternativement dans les répliques des personnages, dans leurs expressions de visage ou dans les scènes (ce brave Eusebio servant de projectile pour ne citer qu’un exemple). Tous les paramètres techniques de la bd sont utilisés pour renouveler et diversifier un comique permanent.
En général, on trouve toujours, dans une oeuvre, un petit élément qui nous permet de retrousser le nez, le grain de sable dans la belle mécanique justifiant d’avoir rédigé une critique. Mais là, tout est si parfait que je me lève pour applaudir Messieurs Ayroles et Masbou et m’incliner devant une telle maîtrise de l’art ! Inutile de bisser, neuf tomes s’offrent à ce jour à nous pour prolonger le plaisir.

10 2 2010
   

Au vu des critiques ci-dessous, cet album s'imposait comme une référence dans le monde de la BD et je me suis mis au défi de trouver des éléments négatifs pour faire mentir le sentiment général. Et finalement, je n'en ai pas trouvé. Le ton clairement humoristique de cette farce permet bien des choses aux auteurs, et les incohérences relevées s'inscrivent parfaitement dans le récit. Et puis, le rythme est tout de même assez prenant, avec ce déferlement de personnages et d''évenements dans ce premier tome, dont le passage de l'un à l'autre peut paraître rapide et hasardeux. Mais le ton théâtral donné à cette histoire explique tout : il s'agit de l'acte I, celui qui doit présenter l'intrigue et les personnages, et c'est donc normal. Non, vraiment, je me suis détendu et amusé des dessins, qui fourmillent de détails et de références, des personnages improbables (dont Cénile, qui incarne sur son seul personnage plusieurs figures issues des pièces de Molière), des dialogues, et de l'ambiance. Tout est réuni dans cet album pour qu'il soit, en effet, considéré comme une référence, une BD culte qui, avant même que la série ne soit achevée, influencera d'une certaine manière bon nombre de séries BD par la suite.

28 1 2009
   

Le début d'une bien belle série à la fois originale et inspirée. Sur une intrigue plutôt convenue de chasse au trésor (même si la première case de l'album fera comprendre que dès le départ Ayroles savait où il allait) De Cape et de crocs revisite la littérature du Grand Siècle et le roman de cape et d'épée.

Le dessin de ce premier volume s'il se cherche encore est déjà de belle facture, les ambiances nocturnes sont particulièrement réussies, les arrières-plans regorgent de vie. Les seuls reproches qu'on peut lui faire concernent la mise en page, plutôt banale, et les expressions grimaçantes des personnages qui leur donnent parfois une allure grotesque.

Ces quelques imperfections ne suffisent toutefois pas à nuire à la qualité de l'album, l'intérêt de la lecture provenant avant tout de l'humour omniprésent (jamais vulgaire) et du charme des dialogues imitant les tournures du vieux français. Les auteurs ont réussi leur coup et on a vraiment l'impression que des personnages stéréotypés de la littérature du XVIIe siècle (le père avare, le valet, le bretteur...) sont en représentation sous nos yeux dans un univers qui nous est déjà familier avant même qu'on l'ait découvert.

On tient probablement là ce qui se fait de mieux en ce moment en matière de bande dessinée humoristique ; recommandé sans aucune réserve.

23 11 2008
   

J'ai eu du mal avec le début de l'ouvrage et ces Gentilhommes représentés en animaux, au gré de la volonté des auteurs. Je ne parvenais pas à apprécier le style du livre, à y trouver une homogénéité, une avancée en cohérence.
Et puis, d'un coup, vers le fin du 1er tiers de l'ouvrage, ça m'a pris je ne sais comment, avec un brin d'humour et de dérision en plus. Et mon intérêt a alors redoublé, et je me suis intégré on ne peut mieux en cette série étonnante.
Tout semble possible à Ayroles (composer des alliances entre des ex-rivaux, c'est fort !) et ça me force à m'approprier le dessin de Masbou, avec lequel je ne me suis pas toujours trouvé en grande adéquation. Là, ça passe, ça va, largement.

Je désire fort me plonger dans la suite, et, décidément, j'accorde un sacré crédit à cet indicateur.
Pas vous ? Est-ce que cela mérite pour autant un duel ?

30 7 2008
   

Peut être un avis superfétatoire, devant la pléthore des précédents ('tain comment qu'j'cause ! on voit que la lecture ne laisse personne indemne). Moi aussi je vais dire que j'ai adoré, que j'ai été captivé, que j'ai souri, et même que j'ai ri.

Le dessin est bien foutu, c'est rond, dynamique, bien enlevé. Il y a plein de petits détails marrants (les homuncules du sage consulté par Raïs Kader, par exemple), un humour de posture des personnages (Don Lope et Armand dessinés dans la même position), de grimaces et un côté Tex Avery (quand les turcs surgissent de la soute de la québèche), bref un coktail étonnant et détonnant.

Quand au scénario, il est relativement peu développé pour l'instant, tout au plus s'agit-il d'une chasse au trésor. Mais les dialogues sont un petit bijou de finesse et de drôlerie. Entre "qu'allait-il faire dans cette québèche", 'Napoli-Tripoli-Malpoli", "Mon coeur ! Je suis mort - mes hommes ! Je suis seul" et plein d'autres encore que je vous laisse découvrir.

Et enfin, il y a l'atmosphère animalière, positivement géniale, ou personne ne s'étonne de voir des animaux parler, comme dans les fables de La Fontaine qui ouvrent ce tome, à la fois charnière comique, et introduction dans ce monde burlesque, cette fresque grandiose, cet univers bariolé.

La lecture de cet album est savoureuse, elle vous procurera une détente salvatrice. Plus encore, quand, comme moi, vous l'aurez lue et relue, vous y viendrez encore pour y découvrir un joyaux abandonné, un détail trop vite absorbé, une nouvelle occasion de rire qui vous avait échappé. A lire, oui, à posséder, surtout. Absolument.

25 1 2008
   

Que dire de cette merveille qui n'ai pas déjà été dit, à part que les nombreuses éloges des chroniqueurs précédents sont amplements méritées.

Oui, cet album est un bijou, esthétiquement déjà, les traits, les couleurs, la mise en scène, les cadrages... de quoi donner des cours à bien des studios d'animations.

Ensuite, penchons-nous sur l'histoire, nous avons dans les mains le tome d'exposition. Et celui-ci nous livre déjà des intrigues qui s'annoncent riches et palpitantes, le tout avec une écriture des plus soignée qui pourrait faire la joie de biens des professuers de français, aussi bien du point de vue du style que des multiples références au grands auteurs de la renaissance.

Je ne m'étendrais pas plus sur cette première merveille qui annonce, espérons-le, une série de grande qualité. Du bon, du très bon, et que l'on peut mettre devant les yeux de tout le monde qui plus est!

9 12 2007
   

Cette bande dessinée est géniale, aussi bien sur les dessins que sur le scénario, qui est à la fois drôle, bien construit, poétique, qui fait rêver...

Cette BD a tout pour elle et ce tome 1 est le digne début d'une série fantastique. J'adore en particulier les dessins qui allient beauté et réalisme pour les décors.

Les personnages sont vraiment bien dessinés également.

Seul petit reproche : certaines personnes, non habituées à ce style, peuvent trouver les dessins trop chargés et l'histoire trop compliquée. Mais ce n'est pas mon cas.

6 11 2007
   

Une bande dessinée complète. Rien ne manque : aventure, humour, suspense, référence, dessin, couleur … J’ai eu un peu peur, au début de ma lecture, d’être dérouté par le langage qu’emprunte l’auteur mais après quelques pages et une fois l’histoire lancé cela ne pose plus problème.

Le scénario de cette bande dessinée est simple, tout les événement s’enchaîne à merveille. Les personnages principaux comme secondaire ont une psychologie propre et tienne tous un rôle important et cohérent par rapport à l’histoire. L’aventure est au rendez vous, on ne s’ennuie pas un seule instant. Les références à la fontaine sont nombreuses avec les personnages en forme d’animaux et les morales qui servent au bon déroulement de l’histoire. Enfin l’humour, nos deux compères forment un duo de choc et leur caractère fier, honnête, naïf (ou faussement naïf) mène forcement à des situations rocambolesque.

Pour le dessin c’est un régale pour les yeux. L’atmosphère qui s’en dégage nous plonge pleinement dans le récit, les traits sont juste précis tout en gardant une touche de fantaisie. Les couleurs sont pour moi le point fort du graphisme, tout simplement magnifique.

Un album magnifique que je déconseillerais toutefois aux néophytes. En effet un minimum de connaissance des codes de la bande dessinée est nécessaire pour profité pleinement de ce récit. Par exemple ma copine qui est, de base, hermétique à la bande dessiné à trouvé ça décousu et a fermé l’ouvrage au bout de 8 pages. Merci coinbd de m’avoir persuadé de plonger dans ce récit.

17 5 2006
   

Une BD excellente !

Les dessins sont superbes avec des couleurs magnifiques. C'est vraiment agréable de voir enfin des couleurs vives, beaucoup de contrastes et des effets de lumière comme je n'en ai jamais vu.

L'humour, la poésie et les références littéraires ou cinématographiques se mêlent constamment. Le texte est très beau et souvent hilarant. Bien que caricaturés, les personnages sont aussi très attachants, pourquoi des animaux ? Je ne sais pas. Mais j'aime bien.

** commentaire sur la série complète (pas vu comment faire autrement :) **
Dommage que l'histoire dérive un peu depuis peu mais les 4 premiers tômes comptent parmi les meilleures BD que j'aie jamais lues.

28 3 2006
   

Tiens ? je ne suis pas le premier à donner mon avis sur cette BD ? étonnant ! Je vais donc faire court.
Dessin : efficace!
Scénario : efficace et drôle !
Dialogues : efficaces, drôles et poétiques !
Personnages : efficaces, drôles, poétiques et attachants !

Rendez-vous au tome 2 !

25 3 2006
   

Je viens de commencer la série et je l'avoue ça commence très fort.

Cet album est bourré de références, qu'elles soient historiques ou pas.
Le tout mélangé avec un humour très subtil .

Une BD à lire Absolument.

21 2 2006
   

S'il y a bien quelque chose que je déteste faire, c'est bien ça : donner un 24ème avis ne venant rien contredire de ce qui a été dit précédemment. Fallait-il un 24ème avis pour vous dire que ce premier tome de "De cape et de crocs" est vraiment sublime ? Est-ce bien utile ?

Et bien oui, car il est assez rare en BD qu'un album fasse l'unanimité pour que cela soit une nouvelle fois souligné... L'ambiance mêlant un peu les univers de Molière et de Dumas est très prenante. Ayroles a construit un scénario et des dialogues d'une très grande intelligence. Malgré les apparences, cette série n'est pas destinée à un jeune public, le vocabulaire utilisé ravira les amoureux de la langue française.

Côté graphique, Masbou réalise un très bon travail. Le trait et les couleurs utilisées sont irréprochables. Cela rend ce premier tome encore plus indispensable dans votre bdthèque.

Petite remarque de dernière minute (faut bien que ce 24ème avis apporte un petit plus) : personnellement, je n'ai pas accroché à "Garulfo" autre célèbre série d'Ayrolles. Pour ceux qui sont dans mon cas, n'hésitez pas à lire "De cape et de crocs" car là, la magie opère totalement (ça m'a réconcilié avec Ayrolles).

16 1 2006
   

Un régal!
Petit bijou découvert par hasard et depuis, vanté et offert à moultes personnes de mon entourage.
Outre les pesonnages, savoureux et grandiloquents (Don Lope fait bien battre mon coeur....), une foultitude de détails qui se laissent découvrir au fil des relectures.
Dans ce premier tome, avant d'aller plus loin, observez simplement la 1ère de couverture, déchiffrez la carte............ cela vous dit tout.
bon, allez, je ne résiste pas, en page 2 (des planches), ne manquez pas non plus les mini drames que peuvent engendrer brochette appétissante, main baladeuse ou fausse note.
Ok, j'arrête, dégustez!

15 1 2006
   

Au détour des rayons d'une bibliothèque
une couverture bleutée, aussitôt m'a conquise ;
j'ai plongé dans la nuit étoilée de Venise
puis largué les amarres d'une superbe chébèque.

Des dialogues plein de verve, de nombreuses références
à d'illustres aînés, brillamment égalés ;
un dessin somptueux, les couleurs raffinées
d'une riche palette ; on côtoie l'excellence.

Don Lope l'Andalou, sombre et fier hidalgo
Armand de Maupertuis, baronnet d'Arudy
Hermine et Sélêné, l'adorable Eusebio,

Kader le janissaire, Cénile et Andreo,
ce sont les personnages de cette comédie
qu'eussent approuvée en choeur, Molière et Cyrano.

En un mot comme en cent, vous seriez bien incultes
si d'aventure vous négligiez cet album culte. ;)

12 1 2006
   

Après ses nombreuses références aux contes dans l’excellente série "Garulfo", Ayroles va ici puiser dans les fables (La Fontaine) et la comédie théâtrale pour nous produire une nouvelle série mélangeant humains et animaux.

A première vue on pourrait se demander pourquoi une histoire plaisante mais somme toute classique avec une trame principale plutôt prévisible peut récolter autant d’éloges. Et puis à la lecture on va commencer à apprécier cette ambiance chevaleresque et théâtrale et on va s’attacher aux personnages captivants, très travaillés et expressifs. Mais ce qui va vraiment clouer le lecteur sur place sont la finesse et la maîtrise narrative, ainsi que la drôlerie, la justesse et la richesse des dialogues.

Le dessin parfois caricatural de Masbou correspond à merveille au ton drôle d’Ayroles. Les mimiques des personnages sont parfaites, les couleurs splendides et les décors riches en détails.

Bref, une excellent mise en place et si l’ambiance théâtrale et humoristique de ce premier tome d’aventure m’a déjà conquis, j’attends avec impatience de voir ce que la trame de l’histoire nous réserve.

20 11 2005
   

Magnifique , ce tome est grandiose : l'histoire commence par une piece de théatre qui est jouée dans la rue et qui n'est autre que les fourberies de Scapin de Moliere. Justement Ayroles s'en inspire pour faire démarrer son scénario. Mais ce n'est là que le départ d'une aventure qui s'annonce grandiose et infiniment drole (le lapin est irrésistible lol).

Les textes ne sont pas en reste et nos deux comperes (un loup et un renard chassés de la cour de louis XIV )parlent tous deux un francois très chatié et tres drole.
Quand aux dessins de Masbou ils sont superbes et collent parfaitement a l'ambiance générale de cette Bd et le fait de mélanger hommes et animaux qui parlent et se tiennent sur 2 pattes est vraiment originale.
Bref un tome a voir et avoir qui ne vous déplaira certainement pas.

26 5 2005
   

Avec ses dessins plaisants et ses références amusantes, cette bd nous propose un univers plaisant où très vite on s'attache aux deux personnages principaux. Le scénario tumultueux de ce premier tome est suffisamment entraînant pour souhaiter lire les tomes suivants mais je suis dubitatif quant à la suite des événements. En effet, cette quête pourrait traîner en longueur. Enthousiasmé par ce premier tome, je suis intrigué quant au déroulement de l'histoire donc impatient d'en découvrir davantage.

11 3 2005
   

Miam Miam !! Après Garulfo que j'ai beaucoup apprécié, me voici sorti d'un véritable festin oculaire ! Je comprends tous ces avis unidirectionnels qui m'ont poussé à acheter cette BD les yeux fermés. Par contre je les tenais écarquillés tout le long de la lecture !

C'est drôlissime, rythmé, beau et rafraichissant. Cette aventure caricaturale dans laquelle se mélangent les hommes et les bêtes est grandiose. Les situations burlesques et l'ambiance très Comédia Del Arte participent grandement à ce grand fendage de Gueule.
Le dessin de Masbou correspond pile poil au ton comique du scénario d'Ayroles.
La magie opère à merveille.

Je ne dirai qu'une chose : cet album est à la fois AYROLIEN et MASBOUESQUE !!!

8 3 2005
   

Le premier tome commence donc à Venise avec nos deux gentishommes mais ceux ci ont la caractéristique d'être renard et loup. J'ai nommé Armand Raynal de Maupertuis (renard) et Don Lope de Villalobos y Sangrin (loup).

Par cette introduction, Ayroles nous place de suite dans le roman de Renard, qui n'est pas la plus mauvaise des références.
En ce qui concerne le texte (après la présentation des personnages), il coïncide tout à fait avec l'époque de la fable. Je m'explique : nous sommes au temps du roi soleil (d'accord, même si nous sommes en Italie) mais également et surtout au temps de MOLIERE. Les fourberies de Scapin sont présentes dans quasiment tout le recueil et le démarrent même.

Tout cela pour dire que le théâtre a une grande place dans cette série (rien que le nom du premier tome: acte 1). Nous avons donc un début par une pièce de théâtre (les fourberies de Scapin) et cela va se répetter par les aventures de nos deux compères.

Mais le théâtre n'est pas que présent dans la fable, il l'est aussi dans le dessin. Les expressions surtout relèvent du théâtre, des masques de la Comédia d'el Arte en particulier. Les points de vue, les changements de techniques de dessin (par exemple l'entre théâtrale et fracassante d'un acteur de la pièce du début est soulignée par tout un processus de contre plongée, de contrastes de couleurs....).

Comme au théâtre, il y a une multitude d'informations secondaires à l'action principale. Des milliers de détails attendent le lecteur lors de son énième lecture. Certaines de ces actions secondaires ont des vies de deux ou trois cases. ce qui est vraiment délectable. En effet, chercher ce qui est caché dans le dessin, c'est ce que je crois préférer dans la bande dessinée.

Quant aux couleurs, il y a une dominante par planche ce qui concoure à une très belle unité tout au long du recueil.

Tout ceci concoure à un humour irresistible (là je parle pour moi), les tronches, les actions, même les points de vue sont humoristiques.

Pour résumer, le scénariste s'est très bien renseigné sur les conditions théâtrales de l'époque et joue beaucoup sur cela. On retrouve la fable (au sens de Lafontaine), la comédie de Molière, c'est à dire qui n'oublie pas d'arroser tout le monde au passage de ses sarcasmes, la BD d'aventure quand même. J'ai mis inclassable car je n'arrive pas à choisir entre BD ou pièce de théâtre mise en image, mais aussi entre BD d'humour ou BD d'aventures, .... c'est assez compliqué.

Cette oeuvre est tellement riche que je ne pourais pas m'arrêter. je le fais donc ici, aussi abruptement que possible en espérant avoir donné l'envis à certains de découvrir ce petit bijou.

15 1 2005
   

Cette série fait partie de celles dont j’ai longtemps hésité avant de me plonger dans la lecture. Et cela pour une simple raison, tout le monde semble s’accorder à dire que c’est un chef d’œuvre. Non, pas la peine, je sais ce que vous allez me dire. Vous allez me dire que ceci devrait plutôt être un argument pour me donner envie de la lire, mais trop de compliments me sembler étrange, pas une seule critique sévère… Après mûre réflexion, je décide de me lancer à la découverte du premier album, en me disant qu’après tout, il est peut-être à ce point parfait…

Il est déjà une chose que je ne peux contester, et que quiconque ne peut contester, est que cette histoire est originale. En effet le mélange des animaux et des hommes, l’humour, l’aventure, les dialogues… font de cette série un concept nouveau et rafraîchissant en ces temps où les œuvres (et pas seulement dans le neuvième art) ont tendance à toutes se ressembler…

Le scénario que nous offre Ayroles est donc réussi de ce point de vue, de même que l’humour bien présent est très réussi. Mais ce qui est une des facettes les plus réussies de cet album, ce sont les dialogues, très travaillés, percutants et drôles… D’un autre côté la trame scénaristique est assez confuse, mais il ne s'agit que du premier album, alors…

De même les dessins de Masbou sont, sans être extraordinaires, agréables et correspondent assez bien en fait à l’ambiance du récit. Les couleurs également sont assez adaptées à cette histoire, sans être pour autant les plus belles que l’on peut voir en ce moment…

Original et drôle, voilà peut-être la recette de cette popularité…

acdc :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
21 12 2004
   

YYYIIIHHHHHAAA !!! Génial excellent...

Le dessin : superbe, tres detaillé et en meme temps très clair.
La couleur : un chef d'oeuvre... participe grandement a l'esthétique et a l'ambiance.
Le scénario : excellent... parfait... plein de rebondissements on ne s'ennuie jamais.
Mes plus : un humour decapant, des textes a couper le souffle, des personnages tres fouillés.

LA MEILLEURE SERIE TOUTE CATEGORIE !!

18 4 2004
   

La grande force de cette bd réside essentiellement dans les dialogues ! J'ai rarement vu quelque chose d'aussi fin, qui fait mouche à chaque coup ! C'est extraordinaire, tant de maîtrise et de finesse.
Le scénario est bien bon, on sent qu'il y a du boulot derrière, et que l'auteur sait où il va, ça c'est sûr. On s'attache en un clin d'oeil aux personnages, et c'est parti ! De rebondissements en rebondissements, l'action s'enchaîne sous nos yeux ébahis, et ce, pour notre plus grand plaisir.

A côté de ça, les dessins sont splendides, et les couleurs ne le sont pas moins. C'est détaillé de chez détaillé. Ici, pas de recours à la facilité. Pas de case en dessous du niveau des autres. Tout est bon ; les personnages, les décors, tout. A ce niveau là, c'est limite de l'art...

Rien à ajouter si ce n'est qu'il faut acheter car c'est une excellente série, une référence !

30 10 2003
   

Original, surprenant, drôle, beau... vraiment un très bon album. Le dialogue est captivant, les jeux de mots, les rimes et le vieux François est employé justement, c'est amusant. Les dessins sont soignés avec des couleurs bien utilisées, à juste raison c'est le prochain album que j'achète.

27 5 2003
   

Qui parmis les membres ou visiteurs de coinbd ne connait pas cette excellentissime série. Si c'est le cas, foncez l'acheter en intégralité.

En effet, Ayroles, de part son à priori immense culture, a su faire revivre un genre qui semblait disparu avec jean Marais. L'intrigue est prenante, les rebondissements multiples et à chaque page, l'humour omniprésent, mon passage préféré étant la vignette d'apparition d'Eusèbe. Mais que fait donc ce lapin ici ?

Après les batraciens, Ayroles utilise les canidés, clin d'oeil au roman de renard autant qu'aux fables de La Fontaine.
Le style de Masbou s'accorde parfaitement à l'histoire, chaque planche doit être lue avec attention pour ne pas laisser passer les nombreux détails et les nombreuses scènes d'arrières plans.

Nous sommes en présence d'un chef d'oeuvre d'humour raffiné qu'il faut posséder absolument.

27 3 2003
   

J’avais quelques préjugés négatifs à propos de cette BD depuis une lecture en vitesse des 3 premiers tomes. Pour pouvoir fournir un jugement honnête, je me suis donc relancé dans une lecture plus sérieuse.

Je comprends à présent les éloges apportés par les membres.
Cette joute orale et cette ambiance de pirates et de gentilshommes fait ses preuves, on n’en perd pas une miette et chaque planche possède son lot de rebondissements. Les personnages sont travaillés et très imagés. Eusèbe est le classique petit animal sans véritable grand rôle dans l’intrigue, mais dont les interventions sont souvent hilarantes.
Un heureux mélange pour un cocktail détonnant d’aventure et de dialogues somptueux.

Bien que le cadrage et les couleurs soient vraiment réussis, je n’adhère pas vraiment au style de Masbou. Certes ses dessins d’animaux sont vraiment beaux, mais sa façon de dessiner les humains (en fait assez présent dans la BD) ne me plait pas. Les visages sont trop caricaturés et les corps un peu disproportionnés. C’est vrai que c’est le ton de la série qui impose ça, mais non je n’accroche pas, ça semble un peu trop enfantin comme trait.

Bilan mitigé mais positif pour une jolie BD d’aventure (je ne dirais pas de « cape et d’épée » ce serait trop facile) mais le dessin gâche mon plaisir et je n’ai pas encore lu la suite. Donc 3,5 je sais c’est sévère mais c’est mon avis.

28 2 2003
   

Que dire après tous ces avis, qui plus est bourrés d'éloge pour ce premier tome .

Je ne peux qu'approuver toutes ces critiques en effet Ayroles commence là une série loufoque et hilarante avec pour protagonistes un loup et un renard . Ce premier nous donne les bases de l'histoire qui promet beaucoup tant au niveau de l'histoire que de l'humour .

Masbou sert un dessin vraiment frais et sublimes, c'est du grand art . Un poil caricatural les personnages sont très bien déssiné et les décors sont somptueux .

Bref que du bon ! A LIRE ET POSSEDER !

30 12 2002
   

Cette série peut paraître etrange au premier abord de par le fait que les auteurs mélangent allegrement hommes et animaux, mais c'est ce qui fait que cette série soit aussi originale et fraiche.

Une aventure sur fond de chasse au trésord dont les protagonistes sont Don Lope de Villalobos y Sangrin et Armand Raynal de Maupertuis, respectivement loup et renard. Ils feront la connaissance d'un Turc Kader, et d'un petit lapin Eusèbe qui personnellement me fait délirer.

L'histoire peut ne pas paraître originale, mais rien que de par ses personnages elle le devient.

Le dessin de Masbou est très réussi, et de plus, il parvient à placer des animaux dans ce monde d'hommes sans provoquer pour le lecteur une gêne particulière. Son trait est fin et assez détaillé, et les expressions de visage des personnages me font parfois beaucoup rire. Quant aux couleurs, elles sont très bien choisies et se marient très bien avec le dessin.

Ayroles de son côté ressort un schéma classique de chasse au trésor qu'il accomode à sa sauce. Les personnages ont beaucoup d'humour, surtout les animaux, et en particulier Eusèbe le lapin :)!!!

Donc cet album constitue une excellente introduction à la série qui suivra. Ce n'est pas mon préferé, mais pour moi il mérite autant que les autres la note maximale!!

6 12 2002
   

Ce premier épisode nous conduit à Venise, au 17e siècle, en compagnie de deux gentilshommes anthropomorphes : Don Lope De Villalogos Y Sandrin, loup andalou très chrétien, et Armand Raynal de Maupertuis, renard poète et libertin.
Une rencontre impromptue, une noble cause à défendre, la promesse d’un trésor fabuleux, et voilà nos deux compères embarqués sur une galère ottomane en direction des îles Tangerines, cet archipel mythique où rode les ombres de Léviathan, Dagon et Béhémoth….

j’ai tout de suite été conquise par cette bande dessinée qui ne ressemble à aucune autre. Outre le graphisme de grande qualité, j’ai particulièrement apprécié le scénario, qui combine l’humour et les clins d’œil littéraires ou historiques.
Bédéphiles, amateurs de récits de cape et d’épée ou de flibuste, ne ratez pas cette série !

28 7 2002
   

Le genre de BD facile à noter mais difficile à justifier tant les avis s'accordent entre eux, et qu'il est difficile d'apporter quelque chose en plus.

Que dire ?
Que ce soient cet album ou les autres, tous jouissent de qualitées qui font de "De cape et de crocs" l'une des meilleures séries qui soit.

De l'humour on en a directement dés le premier album. De par les vers de ce cabotin d'Armand, de l'honneur si typiquement Espagnol de DOn Lope, en terminant finalement par le nombre de gaffes et de malheurs qui s'abattent sur eux, nous ne sommes pas en reste de ce point de vu là.

Et de quel point de vu d'ailleurs ?
Car les dessins sont tout bonnement magnifiques, des paysages splendides, des personnages charismatiques, amusants, recherchés, originaux.
Des situations drôles, de l'action à revendre qui n'étouffaent pas le merveilleux scénario que Ayrolles commencent à mettre en place dés cet album.

Là ou d'autres séries se contentent de presenter les personnages les lieux etc etc, DCEDC lui nous plongent directement dans le bain, avec pourtant un souci des détails et une restitution des caractéres fort bien rendus.

Aucune critique négative à formuler. Mais yen a t'il beaucoup qui y arrive ?

8 7 2002
   

"De cape et de crocs". Il y a dans ce seul titre, raccourci saisissant de l'ambiance de la série, une promesse de bonheur.

Vous qui avez aimé les mousquetaires d'Alexandre Dumas et le bossu de Paul Féval, sachez que les histoires de cape et d'épée ne sont pas moribondes : la plume d'Alain Ayroles les a remises au goût du jour.

Quant aux crocs qu'il ajoute à cette recette éprouvée, c'est une référence au "Roman de Renart" ou aux fables de La Fontaine - en tout cas à un monde où les animaux vivent au milieu des hommes, se vêtant, se distrayant et bataillant comme eux.

Ajoutez un soupçon d'influence théâtrale (Molière et son Scapin surtout) et vous obtenez le cocktail le plus enthousiasmant de l'année 1995.

Don Lope de Villalobos y Sangrin est un loup, hidalgo fier et ombrageux, fine lame qui ne connaît d'autre peur que celle des rats. Armand Raynal de Maupertuis est un renard, français amateur de belles lettres et de belles dames, qui, tel Aramis, manie les mots plus habilement encore que l'épée.

Les deux compagnons prêtent leurs lames à un vieil homme desespéré dont le fils aurait été enlevé par des turcs qui réclament une rançon de cinq cent écus pour le libérer. Mais lorsqu'ils mettent le pied sur la galère (une chébèque, précise Armand), pas plus de fils prisonnier que dans la pièce de théâtre de Molière ! En revanche, une carte dans une bouteille semble indiquer un fabuleux trésor... qui va attirer bien des convoitises.

Alain Ayroles est un immense scénariste. "Le secret du janissaire" mérite des lectures répétées pour apprécier pleinement la richesse et la finesse drôlatique des dialogues, ainsi que la mâitrise époustouflante de la narration et de la mise en scène. Le rythme est trépidant. Les enchaînements de situation forcent l'admiration (à titre d'exemple, le jeu sur les portes dans les planches 8 à 10). Le découpage est parfait. La plume d'Ayroles est l'une des plus affutées du neuvième art, et l'on devine sans peine une culture littéraire de bon aloi chez ce très prometteur nouveau venu.

Celui-ci a, de plus, eu le bon goût de s'offrir un dessinateur particulièrement doué. Le dessin de la série est à la hauteur du scénario. Les couleurs sont belles, le trait est précis et agile, naviguant avec le même bonheur entre le somptueux et le comique (certains faciès sont irrésistibles).

Jean-Luc Masbou est donc très, très talentueux. Alain Ayroles, répétons-le une dernière fois, sera certainement l'une des grandes figures scénaristiques du XXIe siècle.

Ce premier tome de la série "De cape et de crocs" est un de ces albums qu'on emporte sur une île déserte. Mais nul n'est besoin de vous couper du monde pour enfin le découvrir, et le refermer avec un sourire béat.

31 5 2002
   

Quelle originalité !! Quelle fraicheur !!! Ayroles et Masbou nous offre ici le premier tome d'une extraordinaire série, vraiment fantastique !!

Le scénario en lui même est assez bon et assez travaillé, mais c'est surtout par l'ambiance insuflé que ce premier tome se démarque : débutant par une piece de Molière, le langage travaillé des différents protagonistes est épatant, en Alexandrin, ce qui donne au résultat un tome vraiment hilarant ! j'adore !!

Les illustrations quant à elles ne ont pas pâle figure, loin de là : les style est frais, coloré et caricatural, alors que les cadrages sont quant à eux vraiment très travaillés. Du grand art !! A noter la mise en couleurs, très sympa elle aussi, qui contribue en grande partie à l'instauration de cette ambiance unique en son genre.

Comment ? vous êtes toujours là ? mais partez vite vous procurer cet album !!!

9 3 2002
   

Une très bonne série que commence là Ayroles...
Et pas une mauvaise, que de la bonne ! :) effectivement cette série est vraiment hilarante, les jeux de mot, l'effet caricatual qu'il donne, j'adore cette façon de naration et les diaolgues.
Les dessins quant à eux sont vraiment superbes, quelle bonne idée d'installer ici l'animalisation, je suis un fan d'animalistaion ! :) Les couleurs sont parafites, un peu pâle ce qui colle très bien à l'univers...

27 12 2001
   

Hilarant et fabuleux...il n'y a pas d'autres mot!
Masbou quant à lui nous en met plein les mirettes.
Du grand art.

A ne manquer sous aucun prétexte!