45 930 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
Accueil
Tome 2 : Lady d'Angerès
 

D, tome 2 : Lady d'Angerès

 
 

Résumé

D, tome 2 : Lady d'AngerèsAfin d'acceder au résumé de D, tome 2 : Lady d'Angerès, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de D, tome 2 : Lady d'AngerèsCommençons par le commencement : on ne peut qu’être hypnotisé par la somptueuse couverture dessinée par Maïonara.

Les évènements s’accélèrent assez rapidement dans cette deuxième partie, jusqu’à arriver à un semblant de dénouement. Mais il ne s’agit finalement que des prémices de l’intrigue, il semble que nous commençons seulement à entrevoir les différentes implications possibles, jusqu’à ce que Ayroles nous laisse en fin d’album avec une suggestion troublante, mais qui ne ferait que confirmer plusieurs sous-entendus évoqués depuis le premier album…

Nous approfondissons le personnage de Drake au travers de la lecture de son carnet de voyage « La Vallée des Ténèbres » par la charmante Elisabeth Billington, dite « Betty », qui ne possède jusqu’ici qu’un rôle assez secondaire, ce qui pourrait sans doute changer par la suite… Les révélations faites rendent le récit d’autant plus ambigu que la pauvre Catherine Lacombe, encore souffrante, adopte un comportement lunatique des plus étranges. Et c’est sans compter sur la présence d’une nouvelle venue, la gracieuse Lady d’Angerès qui daigne orner la couverture dont je vous parlais plus haut d’un très beau regard d’ambre…

C’est toujours autant un plaisir de lire cette bande dessinée, à l’atmosphère sombre et raffinée, drôle et fantastique. Les personnages, quel qu’ils soient, ne manquent pas de piquant, leurs réparties sont un pur bonheur à savourer, à l’image du trait de Maïonara et de la colorisation de Leprévost. Une seule case m’a hélas choqué, graphiquement parlant : il s’agit d’une vue de profil de Drake, dans sa loge au théâtre, ses yeux sont situés sur son arcade sourcilière, et ses sourcils en haut du front, c’est un peu dommage d’autant plus que c’est visible, et aisément corrigible.

Il n’en reste pas moins que j’attends la suite de pied ferme !


Chronique rédigée par kev8 le 25/01/2012
 
 
Statistiques posteur :
  • 59 (39,86 %)
  • 65 (43,92 %)
  • 24 (16,22 %)
  • Total : 148 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Novembre 2011

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD D, tome 2 : Lady d'Angerès, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 10 2018
   

Ce deuxième album est surprenant et peut être plus actif, plus tendu que le premier. Il faut dire que Drake a été confronté à ce qu’il pensait impossible et se met en chasse de Lord Faureston : cela entraîne du rythme, et de l’action, alors que dans le même temps, la condition physique de Catherine se dégrade, imposant à tous un contre-la-montre haletant. Tout cela est une nouvelle fois bien construit et bien narré, et on introduit même quelque flash backs sur l’expédition de Drake en Terre d’Afrique, venant apporter un plus non négligeable au personnage, d’autant que le parallèle est facile entre différents buveurs de sang.

Je regrette un tout petit peu que la confrontation entre Drake et Faureston soit si rapide : on met fin à un personnage d’une façon très abrupte, alors que sa prestance et son mystère en faisaient un personnage central que l’on aurait aimé encore découvrir.

Le dessin reste un grand moment graphique, et le dessinateur arrive, une nouvelle fois, à jouer sur les contrastes pour rendre palpables différents états, ou différentes époques. Il est très léger avec des contours plus appuyés, et l’ensemble reste une belle surprise pour les yeux.

On perd d’un côté un personnage dont on ne pensais pas encore avoir fait le tour et qui s’annonçait prometteur, mais le récit s’enrichit de nouveaux mystères et donne davantage de profondeur au personnage de Drake, qui devient dual dans cet album. Encore une fois, les auteurs jouent sur les antagonismes pour surprendre le lecteur et l’entraîner dans une histoire plus rythmée.

11 8 2014
   

Ayant découvert cette série sur le tard, grâce au coffret reprenant les trois tomes de cette revisite du mythe de Dracula par les auteurs de l’excellent "Garulfo", je n’ai donc pas dû attendre aussi longtemps que les fans de la première heure (près de trois ans tout de même !) pour connaître la suite de ce premier tome particulièrement prometteur.

Suite à la confirmation de l'existence des vampires lors de l'épisode précédent, cette suite ouvre véritablement la chasse aux vampires. Si le plaisir de retrouver cette galerie de personnages particulièrement attachants est très grand, l’auteur replace ces créatures connues de tous sur le devant de la scène et propose de nouveaux personnages mystérieux, emmenés par l’envoûtante Lady d’Angerès qui offre son nom au titre de l’album.

Les nombreux flash-backs proposés lors de la lecture du carnet de voyage de Richard Drake multiplient les révélations concernant le passé de l’explorateur et révèlent un personnage beaucoup plus complexe et ambigu que laissait suggérer le volet précédent. Si ces voyages africains contribuent à donner de la profondeur au personnage, la lecture du « Journal d'un mort-vivant » du mystérieux comte D. livre une seconde histoire parallèle qui s’entremêle avec brio au récit principal et contribue à étoffer l’univers vampirique mis en place par l’auteur.

Visuellement, Bruno Maïorana délaisse les animaux cartoonesques et l’ambiance féérique de "Garulfo" pour s’attaquer à un tout autre registre. Que ce soit au niveau des personnages, qu’il met en scène avec beaucoup de brio, ou au niveau de l’atmosphère victorienne, dont il restitue les décors avec minutie, il livre un travail irréprochable.

Si le premier volet était prometteur, celui-ci confirme tout le bien de cette saga, voire même plus… au risque d’être mordu…