46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Valeurs familiales
 

Crossed : Valeurs familiales

 
 

Résumé

Crossed : Valeurs familialesAfin d'acceder au résumé de Crossed : Valeurs familiales, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Quoi ? Vous êtes encore là ?!! Comme si les deux premiers tomes ne vous avaient pas suffit, vous en redemandez ! Bon ok, c'est reparti...
"Crossed" c'est avant tout la série de l'irrévérencieux Mr Ennis, bien connu pour la série Preacher, the Boys et son magnifique run sur le Punisher.
"Crossed", c'est une réponse a "Walking Dead" en plus gore, plus vulgaire et plus putassié.

Dans ce tome, Ennis passe le relai à David Lapham connu pour des séries bien crades comme Caligula (chez Avatar Press) et a un nouveau dessinateur: Javier Barreno qui, sans être éclatant, fait le job.

Si les deux premiers tomes de Crossed montraient les débuts de l'infection dans toute son horreur, on pouvait aisément classer la série dans la case des slashers, chaque page grimpant d'un cran dans l'échelle de l'intolérable.
Dans ce tome-ci, rassurez-vous, vous aurez droit à votre part d'immondice mais pas que... Comme son grand frère plus présentable "Walking Dead", ce one-shot s'attarde plus à la personnalité des résistants, leurs faiblesses, la capacité d'adaptation et surtout l'immoralité dont sont capables les hommes pour rester en vie.

La famille Pratt est propriétaire d'un ranch où ils élèvent des chevaux, cinq frères et cinq sueurs vivent dans cette image d'Epinal de la famille américaine modèle, où la femme prépare des tartes aux pommes et le mari récite de bénédicité à table. Tout tourne rond à l'exception faite que ce père, si croyant, est une ordure qui viole ses filles et que la mère joue la sourde oreille. L'histoire commence quand Addy décide de tuer le patriarche parce qu'il abuse de sa soeur. Charmante histoire, mais l'arrivée des infectés va mettre encore un peu plus de piment dans la vie de la famille Pratt.

Donc que dire de cette série, si vous avez apprécié les deux premiers tomes, n'hésitez pas je trouve ce tome au moins aussi réussi. Si vous n'avez pas aimé, passez votre chemin. Je trouve quand même que le cinéma comme la bédé, sont là pour vous faire ressentir des émotions... positives ou négatives, la peur la joie, l'horreur ou le dégoût. Comme pour le film "Hostel" qui avait déchainé les passions à l'époque en créant un genre nouveau (le film de torture), Crossed arrive sur un terrain vierge. Tout comme Hostel, Crossed est à prendre au second degrés, certaines scènes relevant plus du Grand-Guignol qu'autre chose, personnellement je raffole pas de ce type de lecture mais je suis sûr que Pasolini aurait trouvé ça rafraichissant :)


Chronique rédigée par sigmar le 06/02/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de sigmarReflet de l'avatar de sigmar
Statistiques posteur :
  • 141 (30,19 %)
  • 134 (28,69 %)
  • 192 (41,11 %)
  • Total : 467 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 14,16 14,16 14,16
Acheter d'occasion : 41,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.75
Dépôt légal : Janvier 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Crossed : Valeurs familiales, lui attribuant une note moyenne de 2,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 2 2012
   

De loin, la famille Pratt pourrait faire penser à celle de Charles Ingalls. Cette famille catholique pratiquante qui a tout pour être heureuse compte dix enfants, cinq filles et autant de garçons, qui vivent de leur passion pour l’équitation dans un ranch familial paisible, réputé pour la qualités de ses chevaux. En y regardant d’un peu plus près, la situation est cependant déjà bien moins idyllique : se réfugiant derrière la volonté de Dieu, le patriarche viole régulièrement ses filles et n’hésite jamais à frapper ses proches pour imposer son autorité. Mais cela pourrait être pire… bien pire !

Après deux albums orchestrés par l’incorrigible Garth Ennis, ce sont David Lapham, au scénario, et Javier Barreno, au dessin, qui s’attaquent à cette deuxième saison de "Crossed". Cette nouvelle équipe artistique ne propose pas la suite du récit, mais un one-shot situé dans le même univers. Si les personnages sont différents, le caractère ultra-violent, amoral et profondément malsain de la saga est conservé, comme en témoigne l’autocollant d’avertissement sur la couverture. Un sticker sur lequel, les termes "dérangeant, écœurant, trash et indigeste" auraient probablement également mérité leur place.

C’est donc le même virus qui plonge le monde dans une folie meurtrière et qui repousse encore un peu plus la frontière de l’horreur. S’inspirant des zombies décérébrés de George Romero, cette épidémie d’origine inconnue ne transforme pas ses victimes en pantins assoiffés d’hémoglobine, mais en créatures totalement dégénérés et particulièrement vicieuses qui commettent les pires atrocités avec le sourire aux lèvres. Si la petite bande de survivants qui tente d’échapper à la barbarie de ces pervers ultra-sadiques n’est plus la même, leurs chances de survie ne sont pas beaucoup plus élevées, surtout que l’horreur sévit également de l’intérieure.

Viols, démembrements, tortures, décapitations, cannibalisme, sexe, scènes scatologiques et autres sont donc à nouveau au menu de cette saga qui n’épargne rien à ses lecteurs. Bien loin de l’approche plus psychologique de "Walking Dead", David Lapham conserve non seulement l’aspect gore de la série, mais prend également soin d’y ajouter une thématique religieuse et familiale qui permet de pousser le vice encore un peu plus loin. En spécialiste du genre, Garth Ennis parvenait néanmoins à envelopper son récit d’un humour noir salvateur, tandis que son successeur se contente de jouer la carte de la surenchère. Le même trop plein se retrouve d’ailleurs au niveau de l’explicité des textes et d’un rendu visuel qui s’amuse à multiplier les scènes chocs. Dans un style proche, mais moins maîtrisé que celui de Jacen Burrows, Javier Barreno propose quelques planches, dont celles impliquant des nouveau-nés, qui sont parfois à la limite du soutenable.

A réserver à ceux qui, comme moi, ont appréciés les deux premiers tomes et qui désirent pousser le bouchon un peu trop/plus loin…

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Crossed : Valeurs familiales 2 2.75
Crossed : Intégrale 1 2.50
Crossed, tome 1 5 3.10
Crossed, tome 2 2 3.25