45 792 Avis BD |19 823 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 2 : La jeunesse
 

Corto Maltese, tome 2 : La jeunesse

 
 

Résumé

Corto Maltese, tome 2 : La jeunesseAfin d'acceder au résumé de Corto Maltese, tome 2 : La jeunesse, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Corto Maltese, tome 2 : La jeunesseC'est un tome bien particulier que ce livre ci.
C'est la découverte initiale de Corto Maltese (même si c'est loin d'être le premier ouvrage des aventures de Corto), de sa vie, de ses connaissances.
En couleur (l'un des 2 livres de la série seulement publié en couleurs avec "les Helvétiques"), c'est différent.
Et je dois dire, qu'avec ces essais d'aquarelle, Pratt s'en tire très honorablement, une fois plus avec style, son style, qu'il impose intelligemment.
En effet, pourquoi oser la couleur si ce n'est que pour "faire beau" ou faire "comme les autres"? Pratt, lui, fait différemment, à tel point que là encore l'on reconnaît sa patte.
Bonne note, donc, pour l'apparition de la couleur chez Corto.
Le dessin, en ce qui le concerne, est peut être un peu moins original que ceux de certains autres opus de la série.

Là où je suis plus circonspect, voire déçu, c'est pour le récit.
D'abord, Corto Maltese n'est qu'un prétexte, puisque le personnage principal du livre est Jack London, c'est lui que l'on suit.
Et Corto vient aussi après Raspoutine, beaucoup plus moteur que lui, ici.
De plus, on est loin des invitations au voyage, des moments de rêverie, des autres tomes de la série.
Qu'on se le dise, ce n'est pas une aventure de Corto Maltese, avec ses respirations, ses passages poétiques, ses inspirations et ses pauses.
Là, on est la plupart du temps dans l'action, et c'est plus convenu, moins original, moins caractéristique du "style Corto".

C'est moins puissant, moins essentiel, donc. Evidemment.


Chronique rédigée par Pierrizan le 04/05/2007
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PierrizanReflet de l'avatar de Pierrizan
Statistiques posteur :
  • 817 (96,46 %)
  • 13 (1,53 %)
  • 17 (2,01 %)
  • Total : 847 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 16,15 16,15 16,15
Acheter d'occasion : 21,58
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.88
Dépôt légal : Mai 1983

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Corto Maltese, tome 2 : La jeunesse, lui attribuant une note moyenne de 2,88/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 4 2018
   

Une BD correcte mais pas très enthousiasmante. Le dessin n'est pas aussi détaillé que les premiers albums de Corto Maltese. L'histoire est encore exotique et historique : l'Extrême-Orient pendant la guerre russo-japonaise de 1904-1905 mais l'histoire est assez réduite : désertion et duel.

23 5 2014
   

Quel étonnement !!! A la fin de ma lecture, je me suis dit que ce tome devait fourmiller de "Culte !" "Magnifique" et un tas d'autres superlatifs. Je suis d'accord, je ne connais pas du tout Corto, et je n'ai donc pas de base pour juger ce récit, mais je l'ai trouvé très intéressant, et au-delà de ça c'est le style et l'ambiance qui m'ont donné envie de mettre une si bonne note !

Ma première impression sur les dessins, c'était que je croyais que je n'allais pas du tout accrocher. Mais en fait si, j'ai vraiment aimé ce style qui de prime abord a l'air brouillon, mais en fait c'est très poétique !

Et le fait que Corto Maltese ne soit pas le héros mais plutôt London et Raspoutine ne m'a pas gêné le moins du monde, puisque je ne connaissais pas l'univers et que je n'attendais rien de spécial ...

Enfin, pour ma part, j'ai trouvé que c'était un joli volume et je n'ai vraiment pas été déçu !!!

29 6 2012
   

Alors, je vais vous donner mon avis, cet album est une fumisterie. En fait ça ne peut interesser que des passionnés qui veulent avoir l'intégralité de l'oeuvre. En ce qui me concerne, je suis bien obligé d'acheter cet album, puisque c'est le tome 1 de la série "Corto Maltese en noir et blanc". A quoi ça ressemble si j'ai tous les tomes de 2 à 12, et pas le 1 ?

Oui mais voilà, dans ce tome, il y a six pages de baratin avant qu'une vraie histoire ne commence. Tour de force de la mise en page, d'un titre imprimé deux fois sur une page de droite laissant blanche la page de gauche, d'un dessin qui s'étale on ne sait pourquoi sur deux pages, l'histoire en question ne débute qu'à la page 13. La première apparition de Corto dans cette histoire est page 38, on le reverra en page 42, et la fin de l'histoire est page 45. Enfin, les pages 47 à 51 sont consacrées à une histoire au crayon, en Italien, avec une page de traduction finale des testes des bulles. Et puis c'est tout.

Si je ne connaissais pas Corto Maltese depuis les années 70 dans Pif-Gadget, je pense que mon envie de lire la série s'arrêterait là. Quelle honte.

Oui bien sur, on nous explique que tout ça n'est que le début d'une grande histoire à la mesure des autres tomes, commencée par Hugo Pratt dans "Le matin de Paris" entre Aout 81 et Janvier 82. Et à cause d'un désaccord entre l'auteur et les éditeurs, la série est abandonnée. Entre nous soit dit, pour un quotidien ça fait 150 jours de parutions environ, tout ça pour 32 pages, ça fait pas beaucoup. Ou alors une page chaque semaine ? Ouais, bon, enfin bref.

En tout état de cause, je reproche à l'éditeur de nous vendre ça comme un vrai "Corto Maltese", alors qu'en fait Hugo Pratt l'a abandonné en cours de route, donc on ne saura jamais la fin. On a en fait une histoire de Raspoutine et de Jack London, et puis c'est tout. Et c'est vendu comme un album normal, c'est honteux. J'ai même pas envie de parler du scénario, qui est forcément très simple, vu que ce n'est que le début, et des dessins qui sont déjà dignes de toute la série. Pfff, ça m'ennerve trop.

Si vous savez resister à l'appel des sirènes, n'achetez pas. Et surtout, surtout, si vous voulez découvrir Corto Maltese, ne commencez pas par celui-là.