46 454 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
 

Coq de combat, tome 3

 
 

Résumé

Coq de combat, tome 3Afin d'acceder au résumé de Coq de combat, tome 3, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Coq de combat, tome 3Difficile pour moi d’aviser ce tome… On était prévenu, la série est violente, mais là on explose tout : scènes de cul très explicites (rassurez-vous, tous les sexes sont invisibles), violence confinant à l’ultra-violence très présente et assez gratuite, scènes de viols, folie meurtrière du héros (regardez la couverture…), bref, ne vous attendez pas à quelque chose de gentil ! Ryô devient un parfait anti-héros, laissant libre cours à sa folie, frappant pour un oui ou un non, massacrant des « voyous » par douzaines, violant une fille…

On voit assez bien où mène un certain aspect de l’histoire (le Letal fight), mais pour l’instant l’impression qui prédomine est la gratuité de toute cette violence, qui donne quelque peu la nausée.

Si on se réfère à « La pierre et le sabre », racontant l’histoire de Musashi Miyamoto, le plus grand samouraï de la littérature japonaise, on ne peut qu’espérer qu’il en sera de même pour Ryô, et que la série raconte – sans fioritures – son parcours ; que cette extrême violence sera justifiée par la suite, rendue nécessaire à l’histoire.

Pour l’heure l’impression qui me reste est un certain malaise… Et si le texte de Dominique Véret en fin d’album explique certaines choses, j’apprécie vraiment très peu le ton idéologique qui l’imbibe. Expliquer, oui, faire du prosélytisme non.

Bref, pour lecteurs vraiment avertis…


Chronique rédigée par CoeurDePat le 11/06/2003
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de CoeurDePatReflet de l'avatar de CoeurDePat
Statistiques posteur :
  • 257 (75,15 %)
  • 18 (5,26 %)
  • 67 (19,59 %)
  • Total : 342 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,59 7,59 7,59
Acheter d'occasion : 10,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Juin 2003

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Coq de combat, tome 3, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 2 2005
   

Il est rare qu'une bande dessinée soit présentée avec tant de pincettes. Non seulement la mention "pour public averti" figure encore en quatrième de couverture, mais Dominique Véret, le responsable éditorial manga de Delcourt, livre en fin de volume une sorte de notice explicative à ce troisième "Coq de combat".

Il faut dire que la violence du jeune Narushima se déploie et atteint un paroxysme auquel on ne s'attendait pas forcément. Sorti de l'univers carcéral, le personnage principal ne trouve pas de sens à son existence (rappelons qu'il a assassiné ses parents qui l'auraient empêché d'exprimer pleinement sa personnalité atypique) et se vautre dans le stupre et une ultra-violence qui n'est pas sans rappeler le thème de "Orange mécanique" (bouquin ou film, comme on veut). Passé maître dans l'art du karaté, Narushima se mesure à des adversaires qu'il provoque dans la rue, par désoeuvrement autant que par plaisir de se sentir vivant en rouant de coups les malheureux. "Fight Club" ? En bien plus sombre, avec un personnage à vif qui dit sa rage avec ses poings.

Est-ce la société qui a fait du Coq de combat ce qu'il est, ou est-il fondamentalement mauvais ? La question reste posée mais elle est en toile de fond de cette série. D'ailleurs, les éditeurs nippons de ce titre ont manifesté aux éditions Delcourt leur inquiétude quant à l'accueil de "Coq de combat" en France, craignant que les lecteurs ne soient choqués, voire qu'il y ait des réactions de censures. Cela témoigne en tout cas d'une conscience du caractère violent de la série, et cela laisse à penser que cette violence n'est pas une fin mais un moyen pour les auteurs d'exprimer un malaise profond.

Curieusement, alors que la violence gratuite n'est pas ma tasse de thé, je n'ai pas trouvé intolérable ce troisème volet. Il faut dire que le tome d'introduction avait d'emblée annoncé la couleur et que le lecteur a déjà eu deux tomes pour s'adapter au ton de la série. Et les horribles actes que Narushima a subis en détention me paraissent en partie expliquer son attitude d'animal paniqué et hyper dangereux. Il faudra évidemment voir ce que donne par la suite les autres épisodes. Il me semble qu'on peut vraiment accorder le bénéfice du doute aux auteurs : il y a certainement là plus qu'une série de baston particulièrement sanglante.

Ce tome se dévore, comme pas mal de mangas réussis. Le changement de contexte (Narushima sorti de prison) renouvelle bien l'intrigue. Je ne sais pas comment vont évoluer les choses, mais j'avoue que cette série est suffisamment prenante pour que j'aie envie de lire la suite.

"Coq de combat" est formellement déconseillé aux jeunes lecteurs. Les adultes devraient se faire leur propre opinion sur cette série qui ne laisse pas indifférent.

11 6 2003
   

Bon bon bon... Ca ne va pas être simple pour moi d'aviser ce tome-ci.

Commençons par les points positifs :
On découvre irrémédiablement la transformation du héros, qui de "jeune qui a pété les plombs" est devenu une véritable machine à tuer. Encore un parallèle avec le film "animal factory", dont le titre pourrait être celui de ce tome, tant Ryô fonctionne maintenant à l'instinct.

Dans les bas-fonds de la ville, il assouvit tous ses désirs les plus primaires : violence, sexe, il prend ce qu'il vient, détruit pour un rien, et transgresse toutes les barrières morales pour son confort personnel.

Le problème, c'est que cet aspect de l'histoire est particulièrement mis en avant, au premier plan, à tel point que l'intêret même du manga (retrouver sa soeur ? le lethal fight ? on n'en est même plus complètement sûr) disparait.

Pourtant, il faut voir ce tome comme un opus de transition. Mon angoisse : de transition vers quoi ? car si le coté psychologique de l'histoire continue à disparaitre au profit de la violence gratuite (accrochez vous, y'a de quoi faire, et ce malgré les censures diverses), alors je décrocherai, évidemment.
C'est pourquoi mon avis risque fort d'évoluer en fonction de la suite de l'histoire, et du tome 4 en particulier.

Pour l'instant, un tome trrrrrès moyen dans le sens où il me semble d'un basique déconcertant. Mais peut être le prochain tome révèlera t'il toute sa grandeur ?