45 868 Avis BD |19 863 Albums BD | 7 817 séries BD
Accueil
Tome 8 : Les Shériffs
 

Comanche, tome 8 : Les Shériffs

 
 

Résumé

Comanche, tome 8 : Les ShériffsAfin d'acceder au résumé de Comanche, tome 8 : Les Shériffs, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Comanche, tome 8 : Les ShériffsSuperbe!!!
Ce tome est tout bonnement magnifique et nous rappelle ces grands Western tels "les 7 mercenaires", "Rio Bravo" et autres "Rio Grande". Ici les héros sont fatigués, brisés par une même famille, ils cherchent la rédemption à travers un ultime exploit car ils sentent que c'est leur dernière chance. Le scénario est excellent, de plus l'utilisation dans certains passages du procédé de la "voix off" est judicieux et renforce encore l'aspect désespéré de cette chevauchée.
Hermann est à l'apogée de son style "première période" dans cet album et même les couleurs sont un cran au dessus par rapport aux autres albums.

Pour moi cet album est le summum de cette série et en tout cas le dernier valable, car la suite se révèle plus anecdotique voir franchement ratée.


Chronique rédigée par Switch le 02/09/2004
 
 
Statistiques posteur :
  • 44 (95,65 %)
  • 2 (4,35 %)
  • Total : 46 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,31 9,31 9,31
Acheter d'occasion : 9,79
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.30
Dépôt légal : Janvier 1980

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Comanche, tome 8 : Les Shériffs, lui attribuant une note moyenne de 4,30/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 7 2018
   

L'histoire de cet album se situe directement après la fin du tome précédent, ce qui est nouveau pour la série, même si c'était quand même un peu le cas avec la trilogie des frères Dobs, la continuité n'était pas aussi flagrante. À la fin de l'album précédent, le ranch de Devil's Finger était en flamme, et au début de celui-ci, Dust et ses amis sont en train de tout reconstruire, et même se plaignent d'être devenus peintres et charpentiers, ils ont hête de redevenir Cow-Boys. Et puis voilà que six types se pointent : Les Shériffs. Ils sont venus chercher Red Dust pour une mission, et on peut se demander comment ils savaient le trouver là, mais bon. Comment savent-ils que la bande des Ruhmann assiège Summerfield depuis six jours, et que Comanche est prisonnière à l'intérieur, on ne le saura pas non plus. Devant l'ampleur du gang Ruhmann (on parle de plus de 100 hoimmes, tout de même), comment se fait-il que personne ne fasse rien ? La police, l'armée ne bougent pas ? Bon, passons, c'est le scénario qui dit que six vieux Sheriffs ont décidé d'aller au casse-pipe pour un dernier baroud d'honneur et n'en parlons plus. Ah oui, et puisque Comanche fait partie des assiégés, Red Dust y va aussi, du coup, même s'il a commencé par refuser.

On va passer aussi sur la rencontre avec Tâche-de-lune et son compagnon mourant, que le Shériff Concho va achever d'une balle dans le dos, c'est bien pratique. Et d'ailleurs Concho va être bien puni. Tout ça pour en arriver à la scène finale, monumentale. On va se dire que tout a été manigencé par le scénario pour en arriver là, et c'est que du bonheur. On se croirait dans un film, tant les couleurs sont justes, l'atmosphère palpable, et tous les acteurs au top niveau de leur personnage. On y croirait presque. Hermann se surpasse dans ces scènes finales en extérieur nuit, éclairés par les torches, les coups de feu et les explosions. La fin du grand méchant chef Ruhmann est mythique, mais certains de ses fils parviennent à fuir en jurant de se venger, m'est avis qu'on va en réentendre parler dans pas longtemps.

Et il y a toujours le message anti-progrès, la philosophie des hommes de l'ouest qui sont venus acheter leur liberté à coup de revolver, mais que le progrès rattrape sans cesse. Les retrouvailles de Comanche et Red Dust en sont un parfait exemple, car elle dit qu'elle a enfin compris, et qu'ils vont tout reprendre depuis le début. Donc on devrait retrouver notre bon rouquin et sa patronne de retour au triple-six dans la prochaine aventure. À suivre...

15 2 2016
   

L'épisode précédent "le Doigt du diable" fut diffusé dans le journal Tintin entre 1976 et 77, ce fut le dernier puisque celui-ci est paru directement en album, et ça se sent dans la mise en page, Hermann usant beaucoup plus des grandes cases et pleine page, on sent que la série n'est plus aussi à l'étroit ; d'autre part, Greg a encore innové dans sa technique avec "Comanche" en utilisant la continuité dans les épisodes, brisant ainsi le formatage du récit indépendant à chaque album qui était la mode au journal Tintin (comme dans les autres journaux jeunesse à l'époque), il l'a fait dès le début avec les 4 premiers épisodes de la série, et il continue ici dans cet épisode puisque c'est la continuité du précédent, tout en étant un récit qui garde son autonomie. Il est donc normal de retrouver Dust chez les Duncan jusqu'à l'arrivée des sheriffs.

C'est encore un scénario remarquable concocté par Greg, très inspiré par quelques westerns hollywoodiens comme Coups de feu dans la sierra ou les Affameurs... on voit qu'il connait ses classiques car j'ai retrouvé des situations similaires dans ces 2 westerns, notamment le périple dans les montagnes et les bois, puis la bande des Ruhman qui assiègent la bourgade. Même si on sent un changement dans la narration et la mise en page, la série aurait bien besoin de pages supplémentaires pour creuser un peu plus ces personnages de shériffs, on voit que Greg est obligé de compresser pour livrer l'essentiel mais que s'il pouvait, il se livrerait beaucoup plus dans la psychologie ; même chose pour le père Ruhman, il aurait besoin d'être approfondi. Mais en l'état, ce que livre Greg sur tous ces personnages est suffisant pour en apprécier certains.

Dès que la bande à Dust attaque la bande à Ruhman, ça va assez vite, on ne perd pas de temps, et comme on le constate dans ces années 70, les héros à qui il n'arrive jamais rien, c'est bien fini, on voit qu'ici il y a des morts parmi les bons, dommage pour le Mexicain Concho qui disparait trop vite et bêtement lors d'une scène que Greg aurait pu éviter ; honnêtement, j'aurais préféré qu'ils arrivent tous aux portes de la bourgade pour attaquer, et après adieu vat ! Comme dans les 7 Mercenaires, l'équipe est décimée, un lourd tribut pour la liberté.

Nous avons donc à faire à un très bon album, où Comanche n'est encore pas beaucoup présente (nous savons que Dust est le vrai héros de la série), et où Hermann s'est encore surpassé sur le plan graphique, avec de superbes images de bois et de montagne, puis nocturnes pendant l'attaque.

22 10 2014
   

A la suite du tome précédent, Red Dust et ses nouveaux compagnons remettent en route la ferme de « doigt du diable » mais voilà que 6 shériffs débarquent et entendent bien amener Red Dust voler au secours de Comanche.

Comme ils l’avaient déjà fait auparavant Greg et Hermann nous décrivent 6 personnages hauts en couleurs, chacun leurs particularités décris en une demi page, le procédé ne choque pas, il est plutôt le bienvenu pour une histoire en 48 pages. D’ailleurs si c’est indéniablement une réussite grâce notamment à une attaque finale absolument géniale et une chevauchée à travers les montagnes périlleuse, on regrette que l’aventure ne dure pas plus longtemps. En tout cas moi je trouve que l’arrivée des 6 à la ferme est assez abrupte mais aussi que le temps est trop court pour connaitre bien les 6 personnages et se sentir plus impliqué dans la bataille finale.
On se dit également qu’il est temps que Red retrouve Comanche, parce qu’on commençait à se demander pourquoi la série s’appelle comme cela.

Mis à part ses tous petits détails, l’histoire est toujours bien construite, le découpage et le dessin d’Hermann est parfait pour ce genre de western, et bien sûr j’en redemande encore et encore dommage qu’il n’en reste plus que deux (de qualité).

22 9 2012
   

Suite directe de l'excellent "Doigt du diable", ce tome parvient à surpasser son prédécesseur...
Une histoire palpitante digne des 7 mercenaires, avec de vrais bad boys que n'auraient pas renié Sergio Leone, Clint Eastwood ou Sam Peckinpah !
Les dessins sont toujours aussi brillants, et particulièrement reguliers sur l'ensemble de la série...

Un monument du western en BD !