45 718 Avis BD |19 788 Albums BD | 7 803 séries BD
Accueil
Tome 5 : Le désert sans lumière
 

Comanche, tome 5 : Le désert sans lumière

 
 

Résumé

Comanche, tome 5 : Le désert sans lumièreAfin d'acceder au résumé de Comanche, tome 5 : Le désert sans lumière, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Comanche, tome 5 : Le désert sans lumièreUn très bon album par deux maîtres au sommet de leur art. Hermann est très en forme, chaque case est d'une très grande beauté et d'une très grande justesse dans sa mise en scène. Le découpage est d'une qualité irréprochable qu'ont bien peu de dessinateur d'aujourd'hui.

Le scénario de Greg allie à la fois action, suspense (impossible de décrocher cet album avant sa fin) et psychologie (si !). En approfondissant le personnage de Red Dust, il donne à la série une touche affective bienvenue. Bon, c'est pas spécialement freudien non plus, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, c'est un western, pas du roman graphique, mais c'est assez fin dans la description des réactions des personnages.

Les dialogues sont, comme toujours avec Greg, extrêmement vivants et donnent corps aux personnages d'une bien belle manière. Un des meilleurs albums de la série. Un classique qui n'a pas pris une ride.


Chronique rédigée par ArzaK le 01/09/2003
 
 
Statistiques posteur :
  • 100 (93,46 %)
  • 2 (1,87 %)
  • 5 (4,67 %)
  • Total : 107 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,31 9,31 9,31
Acheter d'occasion : 8,03
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.13
Dépôt légal : Mars 1976

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Comanche, tome 5 : Le désert sans lumière, lui attribuant une note moyenne de 4,13/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

15 7 2018
   

J'ai trouvé ce tome 5 un cran en-dessous du précédent, mais il reste quand même excellent. Le petit bémol que je vais faire concerne le scénario. Pour reprendre l'intrigue, Red Dust a pourchassé le bandit Russ Dobbs pendant deux albums et a fini par lui régler son compte. Vis à vis des dizaines ou centaines de victimes de ce tueur, Red Dust aurait dû être porté en triomphe, mais pas du tout, la loi lui reproche d'avoir tué un homme par vengeance personnelle et du coup l'envoie au bagne. C'est là que je ne suis pas trop d'accord, d'autant plus que le duel final s'était déroulé sans témoin. Bref, Red DUst est au bagne, et là, coup de théâtre, les pétitions de ses amis arrivent à arracher sa libération. Là non plus je ne trouve pas ça trop crédible. Mais bon. Ensuite Red revient à Greenstone Falls, avec ses amis du triple 6, et là paf ! Dès la sortie du train, il y a un adjoint du sheriff qui le fouille pour vérifier qu'il n'est pas armé, et qui le prévient qu'il n'a pas le droit de boire une goutte d'alcool pendant les 6 prochains mois. Tout ça n'est pas vraiment crédible, je trouve.

Par contre, la suite nous embarque rapidement dans une atmosphère de guerre civile, avec un nouveau méchant qui veut tuer tout le monde et piller la banque, en commençant par pendre le shériff. Le tout finissant par une course poursuite dont REd Dust sortira une nouvelle fois vainqueur, mais pas sans l'aide de Comanche. J'ai beaucoup plus apprécié cette seconde partie, qui est pleine de suspense et de rebondissements.

Les dessins d'Hermann sont toujours magnifiques, que ce soit pour les gros plans des cow-boys, les décors extérieurs, et comme le montre la couverture de l'album, une aventure dont les dernières pages sont presque entièrement sous la pluie, ce qui renforce l'idée de base du titre, dont un commentaire vient faire la conclusion en dernière page.

Une bonne conclusion de ce qu'on pourrait appeler un triptyque des tomes 3, 4 et 5, avec un nouvel éclairage du caractère de Red Dust. Un bon moment de lecture.

13 10 2014
   

Après la fin mélancolique et grave de l'épisode précédent où Dust avait littéralement exécuté Russell Dobbs, le voici au bagne, d'où il en sort au début de cet album, et revient dans le Wyoming, mais à quel prix ? Déjà, pour le lecteur habitué de cette série, c'est un peu perturbant de voir le héros le crâne rasé, sans sa tignasse de rouquin. Beaucoup de choses ont changé, le ranch a changé, il y a plus de vachers, le contremaître est Toby qui est Noir, du jamais vu en ces temps rudes, mais il est vrai que l'Ouest est en mutation, puisque Greenstone Falls a aussi changé, il y a un nouveau sheriff avec des adjoints modernes, et Comanche essaie de devenir une citoyenne "civilisée" comme elle le dit à Dust, d'ailleurs elle s'habille en robe. On s'aperçoit que le progrès est entrain de faire doucement son apparition.

Ce scénario très habile permet encore une fois à Greg de faire parler son génie, et de brosser une galerie de caractères humains parfaitement justes : le sheriff, l'adjoint Davis qui a suivi des cours de criminologie, Comtesse, Shotgun Marlowe qui en tant que méchant de l'histoire, apparaît un peu tardivement (mais ce n'est pas grave, car le final est très intense).

La petite gare du Triple 6 fait très western spaghetti à la façon de Sergio leone, alors que la série a plongé dès l'épisode 3 dans le crépusculaire ; c'est cette alliance des 2 styles qui donne une telle authenticité à ce western qui dans ces années 70, se hisse quasiment à égalité au niveau de "Blueberry" en qualité.

Le dessin est toujours aussi fabuleux, les scènes sous la pluie avec une mise en page excellente constituée de quelques grandes cases, dont une en demi-page avec des enchaînements de dessins, c'est d'une grande efficacité.
Encore un album qui atteint une qualité exceptionnelle dans le scénario, les rapports humains, le personnage en évolution de Dust, le dessin, le découpage, la progression de l'intrigue... bref, du très grand western comme on n'en fait plus.

11 9 2014
   

Pourquoi si peu d'avis sur ce tome 5 ? Il est pourtant excellent. Red sort du pénitencier où il a été enfermé pendant de longs mois, son retour au ranch 666 ne va pas se faire sans heurts. Le bonhomme a changé, il a cette épée de Damoclès au dessus de la tête, il ne doit plus boire, plus posséder d'armes, les autorités n'attendent qu'à le remettre en prison. Red serait donc devenu une lavette ? :)
Pourtant de terribles bandits menacent d'envahir la ville et d'y faire un carnage, on risque fort d'avoir besoin de lui.
Encore une fois, le scénar est parfaitement ajusté, tout tient en haleine du début à la fin. Les dialogues sonnent justes.
Que dire du dessin ? encore une fois rien à y redire: c'est propre, c'est beau, c'est superbement découpé et les prises de vue cinématographiques font baver d'admiration.
Comanche c'est pour l'instant la série western parfaite. A lire (et à relire comme je le fais) absolument !