45 868 Avis BD |19 863 Albums BD | 7 817 séries BD
Accueil
Tome 10 : Le corps d'Algernon Brown
 

Comanche, tome 10 : Le corps d'Algernon Brown

 
 

Résumé

Comanche, tome 10 : Le corps d'Algernon BrownAfin d'acceder au résumé de Comanche, tome 10 : Le corps d'Algernon Brown, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Comanche, tome 10 : Le corps d'Algernon BrownDernière aventure de Comanche dessinée par le grand Hermann. Il laisse apparaître ce qui sera son style pour Jérémiah dans cet album. Cela est encore plus prononcé que dans l'album précédent tant pour les traits des personnages que dans le choix des couleurs.

Côté scénario, on s'éloigne du pur western tel que la série l'incarnait dans les 8 premiers tomes pour se plonger dans un récit policier qui pourrait nous sembler classique. Mais il n'en est rien, Greg démontrant encore une fois sa maitrise. Tout en conservant le schéma traditionnel: un meurtre, un cadavre, un meurtrier, un mobile, il agence les différents éléments pour donner son originalité au récit.

Toutefois, si les dialogues sont efficaces, quelque chose ne fonctionne plus par rapport au reste de la série. On sent qu'un changement s'est opéré dans ce récit, le contexte historique a changé, le décor de l'histoire a connu une évolution en comparaison aux autres albums (cf le retour de Dust à Laramie à comparer avec son arrivée dans le 4è tome). On en revient au même laïus, l'ouest disparaît et avec lui les conditions de vie des personnages. Greg s'était attaché à faire avancer ses héros en suivant l'évolution de l'histoire,on voit ici l'aboutissement de son aventure.

Pour moi, cet album est celui qui peut être considéré comme le dernier Comanche (hormis "Les Fauves" dessiné par Rouge), car au-delà du récit lui-même il s'agit de la dernière collaboration de Hermann sur cette série.


Chronique rédigée par Turdo le 09/02/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de TurdoReflet de l'avatar de Turdo
Statistiques posteur :
  • 23 (100,00 %)
  • Total : 23 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,31 9,31 9,31
Acheter d'occasion : 10,49
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.38
Dépôt légal : Aout 1983

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Comanche, tome 10 : Le corps d'Algernon Brown, lui attribuant une note moyenne de 3,38/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

24 7 2018
   

J'avoue être dérouté par cet album, j'avais bien apprécié le côté enquête policière du tome précédent, mais ici j'ai trouvé l'intrigue inutilement complexe, et pour tout dire certains détails m'ont complètement échappé. Sans doute le manque d'intérêt que j'ai accordé à ma lecture, un manque de passion, j'ai eu du mal à entrer dans le sujet.

Est-ce que les auteurs avaient déjà décidé, d'un commun accord, de ne plus travailler ensemble sur la série ? Est-ce la fin du magazine "Tintin" dans lequel paraissait la série qui est responsable de cet opus que je trouve quand même un peu hors-sujet ? Hermann souhaitait dorénavant se consacrer à une nouvelle série, "Jeremiah", dont le premier tome est paru dans "Metal Hurlant", et les suivants dans "Super As". Pour qui connaît cette série, on en sent l'influence dans tout cet album, et c'est peut-être ça qui lui donne ce côté particulier, comme si on sentait fortement que le dessinateur pense à tout autre chose en dessinant. Il est vrai que le post-apocalyptique de "Jeremiah" n'a pas grand chose à voir avec le Far-west de "Comanche", pourtant on y retrouvera des hommes qui utilisent le cheval pour se déplacer, la conquête ou la reconquête de la terre, la haine de certains pour les noirs ou les indiens, en fait il y a quand même des similitudes.

Bref, un tantinet déçu par ce tome, une énigme policière complexe au départ qui finit en eau de boudin, c'est tout juste si on ne nous fait pas le coup du jumeau caché qui explique tout, un des potes de Dust va encore prendre une balle, mais bon, il survivra, Red sauve encore Comanche d'une mort certaine, il vont finir par se marier, ces deux-là, moi je vous le dit.

Une belle histoire quand même, mais qui accuse la fin d'un cycle.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
21 3 2016
   

Voila, cet album me rend un peu triste parce que c'est le dernier qui clôture la belle association Greg-Hermann sur cette série. Le récit n'a pas été diffusé dans le journal Tintin qui en 1983 était quasi moribond (le dernier épisode ayant paru en prépublication était le Doigt du diable en 1976), et on sent qu'il y a un net changement, la série n'ayant cessé d'être évolutive, comme je le disais un peu dans mon avis sur le Désert sans lumière.

Dans ce 10ème album, Greg décrit un Ouest en pleine mutation, Comanche a déjà été plus ou moins récupérée par la bourgeoisie montante et n'a plus rien de la fière rebelle des débuts, Red Dust a été déjà dans des épisodes précédents, plus ou moins happé par le système en développement, il a été sheriff (et ici, il revient dans le giron de la loi) en étant responsable d'une communauté , Greenstone Falls s'agrandit et a changé, de même que Laramie qu'il ne reconnait plus. Bref tout ceci est un peu amer et n'a plus grand chose à voir avec le western de la terre tel qu'il était dans les 2 premiers épisodes, on est carrément dans une enquête policière au Far West, ça a été fait même au cinéma, et Greg suit un canevas à la fois classique et subtil pour élaborer son scénario. Il n'est pas exceptionnel et ne m'obligera pas à me relever la nuit, mais suffisamment crédible pour qu'on y croit ; ça permet par la même occasion de voir Dust vêtu en citadin et de retrouver Bombardier Cavendish qui était apparu sympathique et pittoresque dans Le Ciel est rouge sur Laramie, probablement mon épisode préféré de la série.

Graphiquement, le style change aussi, Hermann habitue ses lecteurs à un trait beaucoup plus fin et débarrassé de toute aspérité qui était sa carte d'identité et qu'on retrouvait sur "Bernard Prince" ; ici, ça annonce carrément "Jeremiah", mais il offre toujours des images splendides, un découpage savant et ses cadrages architecturés, bref du grand art pour une dernière aventure qui pour moi sonne le glas de la série (même si je n'ai rien contre Michel Rouge qui prendra la suite), car pour moi, cette série ne vivait que par le tandem Greg-Hermann qui lui a donné une véritable teneur et une identité que nul autre duo ne peut reproduire.

21 11 2014
   

Ce tome 10 constitue la fin de l’aventure pour Greg et Hermann, ça se ressent dans le récit. C’est une simple enquête en toile de fond, comme le titre le laisse supposé c’est le dénommé Brown qui est retrouvé dans l’eau, abattu lâchement dans le dos ; au même moment c’est le docteur Cody qui s’installe à Greenfall, voici un suspect tout trouvé. Rien à redire sur l’enquête, elle est brillamment menée, en alternant les deux principaux protagonistes que sont Comanche et Red Dust.
Ce qui est par contre particulièrement intéressant à remarquer c’est l’évolution qu’a subi la série du début à la fin, car c’est assez rare pour être souligné, en général les héros et les mœurs ne changent pas plus que ça durant la durée de la série. Ce n’est pas le cas ici, Red a un peu vieilli, et il remarque souvent durant l’épisode que le monde qui l’entoure a aussi changé : il ne reconnait pas la ville dans laquelle il est déjà passé, il se heurte à des personnages qui s’éloignent du cow boy qu’il reste, il est contraint de prendre le train pour revenir au ranch du triple 6.
C’est ce qui me plait dans cette série, elle évolue du début à la fin, tout en restant très plaisante. Hermann contribue aussi à son succès, même si les couleurs changent beaucoup dans ces deux derniers tomes, les cadrages restent agréables, j’adore par exemple cette vue du ciel du haut de la villa de Brown.
Une bien bonne série qu’il est bon de relire de temps à autre.