45 718 Avis BD |19 788 Albums BD | 7 803 séries BD
Accueil
Tome 6 : Furie Rebelle
 

Comanche, tome 6 : Furie Rebelle

 
 

Résumé

Comanche, tome 6 : Furie RebelleAfin d'acceder au résumé de Comanche, tome 6 : Furie Rebelle, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Comanche, tome 6 : Furie RebelleL'idée des trois frères tiraillés entre leurs racines et la nécessité de s'adapter à ce nouveau monde qui s'éveille est excellente, même si je dois reconnaître que la mise en oeuvre m'a quelque peu déçu du fait de quelques raccourcis un peu faciles et réducteurs.

Le dessin de Hermann est égal à lui même, sans pour autant atteindre les sommets des tomes précédents.

Au final, un album moyen pour cette série, surtout si on le compare aux trois précédents.


Chronique rédigée par Switch le 02/09/2004
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de SwitchReflet de l'avatar de Switch
Statistiques posteur :
  • 44 (95,65 %)
  • 2 (4,35 %)
  • Total : 46 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,31 9,31 9,31
Acheter d'occasion : 9,88
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.13
Dépôt légal : Octobre 1976

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Comanche, tome 6 : Furie Rebelle, lui attribuant une note moyenne de 3,13/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

22 7 2018
   

J'ai bien aimé cette histoire, même si globalement je lui reconnais certaines faiblesses. Mais quand même, je me suis laissé prendre au scénario tout le long. Sans parler du dessin d'Hermann, qui est comme d'habitude irréprochable.

Finalement, il y a trois ou quatre histoires parallèles, sans qu'on s'en rende vraiment compte à la lecture. La plus évidente est la révolte indienne, et le scénario cherche à nous faire comprendre que, devant l'arrivée de la civilisation et du progrès, symbolisée par Comanche elle-même qui va essayer des chapeaux dans le général store de Greenfall, il y aune poche de résistance qui va bientôt être jugulée par les autorités. Deuxièmement, il y a Red Dust, qui représente aujourd'hui cette autorité, et qui va bientôt apprendre aussi que l'exercice de la loi entraîne certaines compromissions, surtout quand elle sont une exigence de la hiérarchie. Troisièmement il y a ce photographe un peu naïf qui est surexcité de tomber en plein milieu d'une guerre Indienne. Bon, je dois dire que c'est sans doute le passage le plus faible, les révoltés sont quand même assez peu nombreux, il n'y a pas de quoi parler d'une vraie guerre. D'autant plus que pour parler de guerre, il faudrait une confrontation avec l'armée, et à part un passage très léger en milieu de tome, l'armée n’arrive qu'en toute fin de l'histoire. Peut-être un clin d’œil au fait que la cavalerie arrive toujours en retard.

Enfin il y a en sous main une affaire de racisme :quand on sait que les indiens sont coupables, tous les blancs n'ont qu'une idée en tête, trouver un indien pour le pendre. Même si c'est tâche-de-lune qu'ils connaissent depuis deux ans. Là aussi, il y a une faiblesse du scénario, les jeunes cow-boys du triple six sont vraiment des boulets.

Donc au final, une histoire sympa, mais qui pêche dans le scénario par bien des côtés. Il reste quand même des moments cultes, comme le passage de Red Dust en ballon ou la morale finale qui me ferait presque verser un pleur. Bon allez, une bien belle histoire, sans plus, avec des failles dans le scénario, d'accord, mais on est client du genre et on ne va pas bouder notre plaisir. Le prochain tome relèvera sûrement le niveau.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
9 2 2015
   

Dans une série forte et dont je suis fan, comme c'est le cas avec "Comanche", je n'aime pas quand il y a un album plus faible que les autres, ça me désole profondément, et spécialement si c'est une série western. Dans "Buddy Longway", "Blueberry" ou "Durango", il y a une réelle unité, quelques albums sont meilleurs que d'autres, mais pas de façon aussi flagrante. Ici, cet album même si il n'est pas véritablement faible, ne me séduit pas comme les précédents ; je le trouve un peu vain, le sujet a déjà été abordé en mieux dans le tome 2 les Guerriers du désespoir, aussi je trouve cette révolte de Cheyennes un peu inutile, même si je peux comprendre l'envie de Greg de délaisser un temps les affaires de cowboys pour revenir aux Indiens.

Surtout que les 3 Cheyennes décrits dans ce récit, ne sont pas assez creusés, il aurait fallu à la rigueur faire un diptyque pour étoffer un peu plus tous ces personnages. Ceci étant dit, je ne vais pas quand même cracher sur un western quand il est de cette qualité et réalisé par un duo de légende comme Greg et Hermann. J'y prendrai seulement un peu moins de plaisir.

L'évolution continue, Greenstone se modernise, Comanche toujours aussi belle, prend un peu plus les rênes de son ranch dans la bataille, Dust étant d'une part devenu shérif adjoint de Wallace depuis l'épisode précédent, et d'autre part isolé dans un aérostat avec un photographe insouciant. L'implication des autres membres du Triple 6 (Toby, Ten Gallons, Clem) est aussi effective, et le rôle des Cheyennes est encore celui des victimes qui doivent toujours plier devant l'homme blanc, même si à la fin, Cheval Debout se retire de façon honorable.

Hermann dessine toujours aussi bien les parures indiennes et donne aux Indiens des allures toujours nobles, sauf lorsqu'ils sont ivres ; les 3 images de la page 46 montrent un Cheval Debout plein de fierté et de sagesse ; son trait est nettement moins épais avec le temps, et il réussit comme Serpieri ou Derib de belles têtes d'Indiens (et des autres) en gros plan. L'enchaînement dans les scènes d'action est remarquable.
Finalement, cet épisode techniquement est très réussi, mais pour moi, il reste inférieur aux précédents en qualité de scénario.

3 10 2014
   

Oui, c'est vrai ce qui choque dans cet épisode, c'est cette séparation entre les frères indiens et les raccourcis qui sont pris. Pour la première fois depuis le début de la série j'ai trouvé les personnages un peu caricaturaux que soit au niveau de leur comportement comme de leur mentalité.
A part ce manque de crédibilité, je ne peux cacher que j'aime toujours autant, et que finalement ça ne joue pas tellement en sa défaveur. ça reste épique, très fluide, plein de suspens, bien raconté et toujours bien dessiné et bien mis en scène par un Hermann au taquet.
Meme si l'idée de la Montgolfière a déjà été vu ailleurs (reprise, copiée ?: voir les Tuniques bleues), il faut avouer que c'est encore bien exploitée ici.
ça reste à lire pour tout amateur de western.