45 718 Avis BD |19 788 Albums BD | 7 803 séries BD
Accueil
Tome 9 : Et le diable hurla de joie
 

Comanche, tome 9 : Et le diable hurla de joie

 
 

Résumé

Comanche, tome 9 : Et le diable hurla de joieAfin d'acceder au résumé de Comanche, tome 9 : Et le diable hurla de joie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Comanche, tome 9 : Et le diable hurla de joieGraphiquement, cet album confirme l'évolution du trait de Hermann et annonce le style qui sera le sien pour Jérémiah. Le choix des couleurs est affiné, un tournant est prononcé dans l'histoire de Comanche.

Sur le plan du scénario, Greg orchestre ici le retour du fils prodigue aux Falls, un retour aux sources qui ne sera pas de tout repos. Dans "Le doigt du diable", Dust avait quitté une ville qui s'ouvrait au progrès. Il retrouve ici une cité qui a peu changé, ce qui le conforte dans l'idée qu'une partie de son "ouest" peut survivre. Toutefois, la réalité va se rappeler à lui en la personne de l'assureur De Vega. Ce dernier incarne ainsi ce que Red rejette dans sa totalité, une civilisation étendant sa domination de manière inéluctable sur l'ouest du pays.

De cet antagonisme va naître une haine aveugle. Dust va s'efforcer de contrer De Vega amenant ainsi à un affontament violent et jusqu'au boutiste. Greg résume la psychologie particulière d'un Red Dust qui abandonne sa réflexion au profit d'un objectif unique et lancinant: arrêter De Vega. Ce faisant, Dust nous apparaît plus comme un spectateur de l'intrigue, ne retrouvant ses facultés qu'au moment où la poudre doit parler. Ce traitement que lui fait subir Greg renforce encore l'aspect humain du personnage tel qu'il a été développé tout au long de la série. On découvre donc un nouveau défaut de ce héros qui laisse la réflexion à son compagnon indien Tâche-de-lune.


Chronique rédigée par Turdo le 06/02/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 23 (100,00 %)
  • Total : 23 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,31 9,31 9,31
Acheter d'occasion : 9,34
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Janvier 1981

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Comanche, tome 9 : Et le diable hurla de joie, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 7 2018
   

Un très bon album, à mon avis, et ce pour plusieurs bonnes raisons. La principale pour moi est cette ambiance enquête policière très bien menée, je me suis cru à un moment en pleine série "Les mystères de l'ouest". En bonus, Greg bouscule les traditions puisque Red Dust, le héros, n'ayons pas peur des mots même si la série s'appelle "Comanche", est complètement à côté de la plaque, et c'est gros comme le nez au milieu de la figure. Mais par contre, pour deviner qui est le coupable et pourquoi, je suis passé tout au long de ma lecture par plusieurs hypothèses, balayées chaque fois par un nouvel indice exhumé par l'un ou l'autre des acteurs. Et Greg a la malice de distillé ces fausses pistes avec adresse, on fini par comprendre que la solution ne sera sûrement pas là où on l'attendait, même si on a fait mille hypothèses différentes. Alors peut-être un petit regret, il n'y a aucun indice pour le lecteur qui pouvait le mettre sur la voie, ça tombe un peu comme un coup de théâtre final que rien ne laissait prévoir. Mais bon, restons raisonnable, tout de même.

Les dessins sont splendides, j'ai particulièrement aimé le guet-apens du trappeur (qui pour le coup restera anonyme) sur le pont, dans la nuit, alors que le kayak de Red Dust et de Tâche-de-lune glisse lentement sur l'eau.

Il y a également un certain comique dans le fait que Red Dust est aveugle tant moralement que physiquement. La cartouche de dynamite le prive momentanément de vue, et son partis pris contre l'assureur De Vega, qui aveugle également son bon sens et l'empêche de discerner le vrai du faux. Mais Tâche-de-lune, le "Sauvage", est là, et lui, au moyen de proverbes sentencieux, est persuadé que la vérité est ailleurs.

Et enfin, répondant au titre de l'album, et toujours avec cette voix off qui devient classique d'album en album, Red Dust sans pour autant comprendre qui est coupable, réalise brutalement ses erreurs tout au long de cette traque.

Une belle histoire, une course poursuite sur fond d'enquête policière dans les décors de l'ouest, cet ouest où de plus en plus le progrès s'installe, en dépit des derniers résistants que sont Red Dust et ses amis.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
15 2 2016
   

Des changements dans cet album : le scénario continue sur le chapitre de la modernité qui gagne l'Ouest inéluctablement, avec l'assureur De Vega qui incarne ce que deviendra l'Amérique moderne, une nation d'affairistes. Ensuite, le personnage de Tâche-de-Lune prend une importance intéressante, c'est donc progressiste de placer un Indien à peu près au même rang que le héros. Puis cette histoire d'incendies, on sent que le coupable est tout désigné ? eh ben non, ce serait trop évident, et Greg est un bien trop fin renard pour se laisser capturer par une trame aussi simpliste, on voit donc que c'est bien plus compliqué. Par contre, je ne sais plus ce qu'était devenu cette ordure de Doc Wetchin depuis "les Guerriers du désespoir", mais le parti-pris de réutiliser ce personnage m'a semblé un peu facile, même si je sais que Greg aime bien faire revenir des personnages, il le faisait aussi dans "Bernard Prince".

Bref, ce scénario ne m'a pas enthousiasmé autant, et comme le dit un avis précédent, le niveau était tellement haut avec les épisodes précédents (un summum fut atteint avec les tomes 3 et 4 notamment), qu'à un moment donné, ça doit fatalement baisser un peu, c'est la loi des séries, tout ne peut pas être parfait.

Enfin dernier point : pour moi le dessin de Hermann était aussi d'un niveau exceptionnel dans les 4 premiers épisodes, très vigoureux, épais, ferme, plein de force... et au fur et à mesure, je l'ai vu devenir plus affiné, moins travaillé, comme si ça baissait un peu, le point le plus intéressant restant sa mise en page qui devenait plus dynamique ; certains lecteurs peuvent préférer ce revirement, mais moi je préfère le trait plus grossier des débuts, le même qu'il employait aussi sur "Bernard Prince", série qui a elle aussi changé graphiquement. Enfin, ce n'est pas bien grave, c'est juste une préférence ; l'important c'est que ce western reste toujours un western majeur en BD, comme "Blueberry" ou "Buddy Longway".

13 11 2014
   

Au bout de quelques tomes sans Comanche, on commençait à se demander pourquoi la série ne s’appelait pas « Red Dust », Greg a surement jugé utile qu’il revienne donc s’installer à Greenstone Falls, retour qu’il avait déjà amorcé dans l’épisode précédent. Cependant à peine installé, il croise la route de l’assureur De Vega. Je trouve qu’ici le scénariste prend un véritable virage par rapport au western classique, les assureurs c’est un sujet novateur il me semble (en tout cas pour moi), de plus on a une enquête policière qui se met en place, et ça aussi, pour la série, c’est assez nouveau. Les incendies commencent à faire rage dans les maisons du coin et le coupable est tout trouvé. La traque est bien menée et l’énigme policière tient la route. On retrouve avec plaisir les protagonistes des premiers tomes et l’univers tendu de cette ville du Far West, on sent que le lynchage n’est pas loin, et tout cela semble plausible.

J’ai senti tout de même du moins bon dans cet épisode, il faut dire que le niveau des précédents était très haut, du coup le changement dans la colorisation de Hermann m’a moins séduit, et j’ai trouvé le découpage plus académique que d’habitude. Pour le scénario c’est encore très plaisant et ça tient bien la route.