46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
 

Civil War (Marvel Deluxe), tome 2 : Vendetta

 
 

Résumé

Civil War (Marvel Deluxe), tome 2 : VendettaAfin d'acceder au résumé de Civil War (Marvel Deluxe), tome 2 : Vendetta, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Civil War (Marvel Deluxe), tome 2 : VendettaSecond des trois tomes Marvel Deluxe qui regroupent l’une des sagas les plus marquantes de l’univers des comics. Ce méga cross-over qui s’étend sur plusieurs séries Marvel a également influencé le quotidien de Spider-Man et Wolverine. Ce deuxième tome regroupe ainsi les épisodes d’Amazing Spider-man et Wolverine qui sont consacrés à l’épopée Civil War. A noter que les trois tomes Marvel Deluxe sont également disponibles dans un coffret édité à 999 exemplaires.

Le postulat de départ de "Civil War" est la proposition d’une loi de recensement obligatoire pour les super-héros de la part du congrès des Etats-Unis. Si c’est une terrible tragédie qui est à l’origine de cette idée de structuration de la communauté surhumaine, ses conséquences vont plonger les super-héros dans une guerre fratricide. Il y a d’un côté les partisans de cette loi qui oblige les surhumains à agir dans la transparence et de l’autre, les super-héros qui refusent de dévoiler leur identité secrète afin de devenir des agents fédéraux. Chacun doit choisir son camp et ceux qui refusent de se faire recenser sont immédiatement considérer comme des hors-la-loi et se voient contraints de plonger dans la clandestinité. La bataille qui s’engage, avec d’un côté Iron Man et de l’autre Captain America, constitue l’événement Marvel de la décennie.

La première moitié de l’album montre l’influence de ce recensement sur le quotidien de Spider-Man et reprend les épisodes #532 à #538 d’Amazing Spider-man (juillet 2006 – janvier 2007) écrits par J. Michael Straczynski ("Rising Stars", "Midnight Nation") et dessinés par Ron Garney. Le lecteur y découvre le raisonnement qui a conduit Spider-Man à révéler son identité secrète et à rejoindre le camp d’Iron Man. Ce récit qui n’est pas vraiment axé sur l’action, mais plus sur les relations de Spider-Man avec MJ, tante May, Iron Man et Captain America. Le lecteur va également découvrir les discussions et les réflexions qui ont poussées Spider-Man à regretter son choix initial. Mais cette histoire va également permettre de mieux comprendre pourquoi le plus patriotique des super-héros a choisi de s’opposer au gouvernement américain. Il est également intéressant de découvrir que cette guerre permet à certains personnages de s’enrichir et place les choix de ses personnages sous une nouvelle perspective. Le graphisme très classique (peu percutant) de Ron Garney sied finalement assez bien à ce récit axé sur des dialogues. Malheureusement ce récit très intéressant se termine sur un cliffhanger de format assez frustrant.

La deuxième moitié de l’album montre l’influence de ce recensement sur le quotidien de Wolverine et reprend les épisodes #42 à #48 de Wolverine (juillet 2006 – janvier 2007) écrits par Mark Guggenheim et dessinés par Humberto Ramos (l’excellent "Révélations" chez Soleil). Ce deuxième récit s’éloigne du centre du conflit et montre un Wolverine qui prend en chasse celui qui est à l’origine du conflit : Nitro. Le scénario de cette chasse à l’homme est assez basic et beaucoup moins intéressant. Le lecteur y apprend certes l’identité de ceux qui ont volontairement déclenché cette crise, mais c’est tout de même un peu maigrichon. Par contre, tout comme dans "Révélations", le graphisme de Humberto Ramos vaut le détour. Le trait dynamique du jeune dessinateur mexicain colle parfaitement à la bestialité de Wolverine et livre quelques superbes planches.

Malgré un deuxième récit un peu faiblard au niveau du scénario, ces deux nouvelles sagas apportent tout de même un éclairage intéressant sur les événements de cette Civil War et permettent de mieux comprendre les enjeux et les fondements de cette guerre fratricide qui sévit au sein de la communauté surhumaine.


Chronique rédigée par yvan le 20/10/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 26,98 26,98 26,98
Acheter d'occasion : 19,64
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Octobre 2008

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Civil War (Marvel Deluxe), tome 2 : Vendetta, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 8 2015
   

Plutôt que de continuer à relater la "Civil War", dont les fondements ont été posés dans le premier album, cet album commence par nous intéresser au sort de Spiderman dans cette époque troublée. Dans le premier tome, on avait vu que Spidey était le premier super-héros à dévoiler son identité secrète, apportant ainsi son appui à Iron Man et au projet de recensement des Super-Héros ; puis avait rejoint le camp de Captain America, fer de lance de la résistance. Si cette première partie ne fait en aucun cas avancer la trame générale, elle permet toutefois de mieux en comprendre les contours. Le traitement "psychologique" de ce personnage permet également de mieux comprendre à la fois ceux qui sont pour le recensement, et ceux qui s'y opposent. Par ailleurs, après le déferlement de super-héros dans le premier album, dont beaucoup m'étaient inconnus, se concentrer sur une figure emblématique comme celle de Spiderman permet de se sentir moins perdu. Enfin, au-delà des arguments pour ou contre le recensement, les développements autour de Spiderman permettent d'apporter un élément nouveau : les industries Stark, de Tony Stark, alias Iron Man, tireraient particulièrement profit de cette guerre qui fait rage entre gentils super-héros. Voilà un élément nouveau sur lequel le scénariste pourra s'appuyer pour faire rebondir son histoire.

La deuxième partie de l'ouvrage est consacrée à Wolverine. C'est un personnage que je connais moins, et que j'ai plus de mal à cerner. Toutefois, l'auteur est suffisamment didactique pour refaire le point sur les capacités de ce mutant : un squelette indestructible, des griffes rétractables et surtout, une capacité de se régénérer. C'est tant mieux car j'avais peur d'être un peu perdu. C'est d'ailleurs un peu le cas lorsque les Atlantes font leur apparition... Mais au-delà, là encore, on amène un ou deux éléments nouveaux. Le premier c'est que Nitro, à l'origine de la catastrophe de Stamford qui a vu périr des enfants, laquelle catastrophe a conduit à l'obligation pour les super-héros de se faire recenser, aurait agi sous les ordres d'un illustre inconnu. La "Civil War" trouverait donc son origine dans quelque chose qui dépasse le simple accident. De plus, il y a tout un tas d'explications sur une entreprise de nettoyage qui tirerait également profit de cette guerre fratricide.

Ainsi, même si les éléments nouveaux se font rares pour un album de cette taille, ils existent bel et bien. Et si on s'éloigne un petit peu de l'affrontement entre les troupes d'Iron Man et celles de Captain America, on en apprend tout de même un peu plus sur cette "Civil War". Par ailleurs, en se concentrant sur deux super-héros emblématiques, et donc pas totalement inconnus, on a l'impression de mieux maîtriser les tenants et aboutissants. A noter toutefois que le premier épisode me semble graphiquement plus abouti que le second, qui me semble plus brouillon et moins clair.

26 11 2010
   

Je suis moins enthousiaste pour ce tome que pour le 1er. Je m’attendais à une suite de l’aventure « Civil war » alors que cet album est composé de 2 aventures : une de Spiderman, l’autre de Wolverine (Il s’appelait Serval quand j’étais gamin), tirées de leurs revues respectives et relatant les évènements déjà vus dans le 1er tome mais sous leur point de vue. C’est le principe du cross-over.
Alors bien sur c’est l’occasion d’en apprendre plus sur ce qu’on a suivit dans le tome 1 et même de mieux le comprendre, mais ce n’est plus la continuité de « Civil war » telle que je m’y attendais. Ce ne sont que 2 aventures d’autres super héros pendant les évènements du tome 1, et en lien direct avec eux donc. Pas ce que j’espérais en tout cas.
De plus les auteurs changent aussi. Notamment les dessinateurs (un pour chaque héros). De style beaucoup plus banal que la magnificence de McNiven qui m’avait tant ravi dans le T.1.
Pire : Un certain Ramos se charge du dessin de l’aventure Wolverine et je n’aime pas du tout son style ! Ca ressemble trop à du manga, et pour moi, quand on dessine du comics, il faut un style comics…point. De mon point de vue, c’est trop manga, et pas du meilleur. Wolverine, qui a toujours été un de mes préférés, est difforme ! Aussi haut que large, ses membres et son cou sont de vrais poteaux. Et Ramos ne connait rien à l’anatomie, mettant des muscles imaginaires n’importe où et n’importe comment. De sorte qu’on ne comprend plus au premier coup d’œil dans quelle position se trouve le personnage. Est-ce une jambe ou un bras ??
En fait il a transformé Wolverine en un genre d’animal plus proche du « fauve » et à la morphologie d’un Hulk nain.
De plus il est rendu quasi invulnérable (je ne sais pas depuis quand) et renait, même réduit à l'état de squelette. Pour moi ça enlève tout intérêt au personnage si on ne peut plus rien craindre pour lui.

Cela dit tout n’est pas négatif. Ces cross over permettent d’approfondir une même histoire sous plusieurs angles et de la faire progresser aussi, ex : qu’est devenu Nitro, le responsable de la catastrophe qui déclencha tout ?
Et le fait de retrouver dans une série des moments déjà vécu dans une autre, vus sous un nouveau point de vue est intéressant et souvent réussi. Souvent mais pas toujours, ex : l’excursion de Spidey dans les égouts nous le laisse presque mort dans le T.1 et frais et dispo chez M.J. dans le 2 !
La partie spiderman est celle que j’ai préférée. Le dessin n’a rien d’exceptionnelle mais la lente prise de décision de Spidey est racontée avec talent et nous éclaire sur beaucoup de points obscurs du T.1. J’ai juste regretté que Spidey puisse lancer de la toile sans appareil au poignet (J’ai raté un épisode ou il n’y a que dans le film qu’il peut faire ça ?).
Il y a aussi des parallèle intéressant à faire avec la politique US. Comme la légalité de la prison pour super héros et Gantanamo. Les auteurs ont un message aussi...

Pour résumer : Déception due à la baisse de qualité du dessin, et au fait qu’il s’agit d’épisodes d’Amazing Spider-man et de Wolverine et non plus de Civil war à proprement dit. C'est la partie Wolverine qui m'a le plus déçu et me fait enlever encore 1/2 point à ma note.
Mais je reconnais qu’il est intéressant de suivre cette aventure sous différents angles et de croiser une même aventure « centrale » avec plusieurs séries différentes.
Les habitués de comics le savaient surement déjà et ont du suivre toutes ces séries avec plaisir, mais ça doit être bien difficile de ne pas rater un épisode et de tout suivre dans le bon ordre.
Cette édition de Civil war a au moins le mérite de tout ( ?) regrouper, ou du moins l’essentiel.

16 1 2009
   

Deuxième tome de la série et on a encore droit à un bel ouvrage épais, conséquent et élégant.
Mais attention, ce n'est pas la suite du premier tome : non, non non ! La guerre fratricide entre super-héros s'est développée et conclue dans le premier opus. Mais alors ? de quoi donc que ça cause me direz-vous ? et bien tout simplement des mêmes événements mais vus par deux personnages majeurs du monde Marvel : Spider Man d'un côté, et Wolverine de l'autre, qui avaient tous deux leur propre série durant le cross over "Civil War".

La première partie est donc consacrée à ce bon vieux Peter Parker. Les fans d'action pure seront peut-être un peu déroutés par cette histoire très orientée sur la psychologie du personnage. Comme souvent, Spider Man doute de ses choix, se pose des questions et est mal à l'aise. Au début, il travaille avec Iron Man et se trouve dans le camp des pro-recensement (je me permets de l'indiquer car si vous lisez ce tome 2, ce ne sera plus un spoil depuis belle lurette). Mais au fil des actions de son patron et de son camp, il va changer d'orientation et aller du côté de Captain America et de la résistance.
Cette introspection du personnage, si elle reste assez simpliste, est tout de même intéressante et agréable à la lecture d'autant qu'elle est savamment entrecoupée de scènes d'action bienvenues. Bien sûr, ce choix aura des conséquences sur la vie de notre bon vieux tisseur de toiles, ainsi que sur sa famille. L'histoire se termine d'ailleurs brutalement sur un cliffhanger assez frustrant et on aurait bien aimé en voir un peu plus.

Le dessin de cette première partie est plutôt agréable, mais relativement classique. Rien de vraiment marquant et vous ne tomberez pas à la renverse en contemplant ces pages. Ce ne sera pas forcément le cas pour le graphisme de la deuxième partie du tome, consacrée à Wolverine. Le trait de Ramos, très angulaire, risque de partager les lecteurs. On aime ou on déteste, pas de demi-mesure à mon avis. Pour ma part, je trouve que son trait colle parfaitement à la sauvagerie du personnage. Et si certaines cases m'ont gêné, j'ai été plus que satisfait de ce style original qui restera gravé à jamais dans votre mémoire (mais j'ai dû m'y habituer car le premier coup d'oeil a été négatif).

Quoi qu'il en soit, cette partie narre la chasse à l'homme entreprise par Wolverine afin de retrouver celui qui -en apparence seulement - est à l'origine du conflit, à savoir Nitro. Le scénario n'a rien d'exceptionnel mais on lit ça sans aucun problème. J'ai trouvé les utilisations de Namor et des Atlantes assez artificielles, mais ce n'est pas gênant au final. La poursuite se termine sur la découverte des véritables responsables et cette révélation n'a franchement rien d'extraordinaire. Dommage !

Bref, dans l'ensemble, on a droit à un ouvrage non dénué de qualités mais qui est loin d'être le chef d'oeuvre auquel on aurait pu s'attendre. Ceci dit, comme le reste du crossover, on peut dire que c'est sympa. Ce qui n'est déjà pas si mal quand on connait la qualité habituelle de ce genre d'histoires.
A lire, mais pas forcément à acheter.