46 600 Avis BD |20 216 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Guerre civile
 

Civil War (Marvel Deluxe), tome 1 : Guerre civile

 
 

Résumé

Civil War (Marvel Deluxe), tome 1 : Guerre civileAfin d'acceder au résumé de Civil War (Marvel Deluxe), tome 1 : Guerre civile, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Civil War (Marvel Deluxe), tome 1 : Guerre civileAvec "Civil War", c’est une des sagas les plus marquantes de l’univers des comics qui vient enrichir la collection Marvel Deluxe. Les trois tomes Marvel Deluxe qui sont prévus afin de regrouper ce méga cross-over qui s’étend sur plusieurs séries Marvel, sont également disponibles dans un coffret édité à 999 exemplaires. Ce dernier contient les 3 Deluxes mais avec une couverture différente, plus le Daily Buggle de la formidable épopée.

Ce premier album sur les 3 consacrés à l'épopée Civil War rassemble les sept chapitres de la maxi-série Civil War signée Mark Millar et Steve McNiven (Civil War #1-7), ainsi que les épisodes New Avengers #21 à #25 écrits par Brian Michael Bendis et illustrés par différents dessinateurs.

Le postulat de départ de "Civil War" est la proposition d’une loi de recensement obligatoire pour les super-héros de la part du congrès des Etats-Unis. Si c’est une terrible tragédie qui est à l’origine de cette idée de structuration de la communauté surhumaine, ses conséquences vont plonger les super-héros dans une guerre fratricide. Il y a d’un côté les partisans de cette loi qui oblige les surhumains à agir dans la transparence et de l’autre, les super-héros qui refusent de dévoiler leur identité secrète afin de devenir des agents fédéraux. Chacun doit choisir son camp et ceux qui refusent de se faire recenser sont immédiatement considérer comme des hors-la-loi et se voient contraints de plonger dans la clandestinité. La bataille qui s’engage, avec d’un côté Iron Man et de l’autre Captain America, constitue l’événement Marvel de la décennie.

Au scénario, l’écossais Mark Millar, parvient à tenir en haleine avec des rebondissements qui ont parfois des conséquences importantes sur l’entièreté de l’univers Marvel, comme la révélation de l’identité de Spider-Man ou la mort de ….. . Certains super-héros doutent également de leur choix et les personnages qui changent de camp sont légion. J’ai particulièrement apprécié l’intervention du Punisher qui, malgré le fait qu’il n’a rien de surhumain, vient quand même se mêler à cette guerre Marvel.

A la fin des sept épisodes de Mark Millar, l’album enchaîne avec les conséquences de cette guerre sur la série «New Avengers». Le fait de retrouver ces deux histoires qui se déroulent à la même période l’une derrière l’autre surprend quelque peu. Mais bon, le choix de publier le tout par série, et non dans l'ordre chronologique de parution est assez compréhensible. Au niveau du contenu, ce deuxième récit, scénarisé par Brian Michael Bendis, est un brin moins bon que le premier. Le travail au niveau du développement psychologique des personnages est meilleur (il faut dire qu’ils sont aussi moins nombreux que dans la saga de Millar), mais je n’ai pas trop apprécié le passage consacré à Sentry.

Au niveau du graphisme, le travail de Steve McNiven est remarquable. Certains passages sont impressionnants et certaines images restent gravées longtemps dans l’esprit. La seconde partie, qui voit défiler plusieurs dessinateurs (Howard Chaykin, Leinil Francis Yu, Olivier Coipel, Paschalis Ferry, Paul M. Smith et Jim Cheung), est graphiquement moins uniforme, mais reste malgré très bon malgré quelques irrégularités.

L'univers Marvel ne sera plus jamais le même : à vous de choisir votre camp !


Chronique rédigée par yvan le 15/10/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 27,08 27,08 27,08
Acheter d'occasion : 29,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Septembre 2008

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Civil War (Marvel Deluxe), tome 1 : Guerre civile, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 6 2015
   

Jusqu'aux deux tiers de l'album, je pensais pouvoir maintenir une note de 4 pour cet ouvrage. Je trouve que l'idée est assez intéressante : suite à un affrontement entre super-héros, le gouvernement passe une loi : la loi du recensement. Les super héros doivent dévoiler leur identité et devenir des fonctionnaires pour continuer à exercer leur pouvoir de justicier. Cette loi va entrainer une scission entre les super-héros : entre ceux qui trouvent cette demande légitime, emmenés par Iron Man et ceux qui pensent à leur liberté, emmenés par Captain America. Mais ce qui commence comme un simple désaccord entre super-héros, tous potes les uns avec les autres à force de travailler ensemble, se transforme bien vite en guerre ouverte, avec d'un côté, et pour faire simple, les collabos, et de l'autre, les résistants. La constitution des deux groupes, ainsi que les mouvements de l'un vers l'autre par les indécis, permet de passer en revue tout un tas de super-pouvoirs. Ces gars-là, je n'en connais pas un dixième, et cette chronique aurait pu me sembler absconse compte tenu, justement, de cette méconnaissance. Mais le scénariste a cette intelligence d'appuyer son récit sur des héros accessibles à tous, que je connais sans connaître : Captain America, Iron Man, Spiderman, et les 4 fantastiques, pour ne citer qu'eux, ne me sont pas totalement familiers. Mais ils ne me sont pas totalement inconnus non plus, ce qui permet de suivre ce qui se passe.

Grosso Modo, les deux camps s'opposent gentiment jusqu'à ce qu'il y ait un mort, ce qui met le feu aux poudres pour engager une guerre totale. L'idée, qui rejoue un vieux débat sur la légitimité de faire le bien, quitte à se considérer au-dessus des lois, se permet d'être ici originale. Car ce sont avant tout des gentils qui s'opposent et la position de chacun est légitime. Par cette narration, qui oscille d'un camp à l'autre, qui enchaine les transfuges et les trahisons, le lecteur prend bien conscience que, dans cette guerre, il n'y a pas de bons et pas de méchants. Il n'y a que des bons qui cherchent comment faire pour continuer à faire le bien. Les histoires de super-héros, c'est d'habitude le lieu d'une lutte du bien contre le mal : l'avantage de cette trame, c'est qu'elle ne tombe pas dans un truc trop manichéen (même si je l'avoer, le camp de Captain America me semble plus sympathique que celui d'Iron Man). Il faut dire que pendant que les super-gentils se foutent sur la gueule, les super-méchants, eux, sont libérés de toute contrainte....

Toute cette partie est traitée avec un dynamisme certain, appuyé par un dessin qui en plus rend parfaitement les super pouvoirs des uns et des autres. Les vues de Goliath, en particulier, m'ont semblé particulièrement bient traitées. Même si je ne suis pas forcément porté sur ce type de culture comics, j'ai aimé le traitement graphique de l'ensemble, comme j'aime, par exemple, les effets spéciaux dans les films qui mettent en scène ces super-héros.

Toute une première partie qui m'a semblé appétissante donc. Mais une deuxième partie plus difficile à avaler : clairement, le dessin est moins bon. Par ailleurs, je n'ai absolument jamais entendu parler de ces mutants qui vivent sur la face cachée de la lune ou des autres personnages. Du coup, je suis paumé, d'autant plus que l'enchaînement de petites histoires semblent se passer en différentes époques (soit avant, soit après la promulgation de la loi de recensement)...

J'ai vraiment accroché à la bonne moitié (voire les deux tiers) de cet album : malgré ma méconnaissance des ces univers, j'ai trouvé une histoire suivie, dynamique, et rendue rapidement accessible grâce à l'utilisation de figures plus parlantes que les autres. En revanche, la dernière partie de l'ouvrage m'a semblé moins évidente, tant graphiquement qu'au niveau du scénario, ce qui vient modérer mon enthousiasme.

5 12 2012
   

Régulièrement j'essaie de me mettre aux comics, mais il faut avouer que j'ai du mal.
Civil war ne sera pas la série qui me les fera aimer, pourtant j'avais bon espoir: un livre de 300 pages ça laisse le temps de développer les super héros, de créer une histoire intéressante.
En fait ce n'est pas du tout le cas, on a le droit à une longue suite de super héros, et je n'en connais pas la moitié. Au début ils se battent contre les supers méchants, ça m'a fait penser aux pitoyables power rangers que mon fils regarde. Après ils se battent entre eux, ils choisissent un camp, puis en change, puis reviennent, on a affaire a des agents double/triple. Et d'un seul coup on change de dessinateur et d'histoire, l'histoire ne se suit pas forcément, bref j'ai pas tout compris, il faut bien l'admettre.
Je crois qu'il faut etre déjà bien familiarisé avec l'univers Marvel pour trouver cet album captivant, si vous êtes un novice comme moi vous risquez de trouver le temps bien long.

22 11 2010
   

Tient ! Mon tome a une couverture différente, (moitié basse blanche). Mais le contenu doit être le même.
J'ai lu mes 1ers "Strange" tout jeunot mais depuis, plus grand chose. Pas mal de souvenirs des différents personnages mais j'imagine avoir loupé plein de choses avec toutes ces séries, reprises et re-reprises, tous ces cross-over...
Mais le thème de ce Civil war était très alléchant : (TOUS les super-héros réunis en 2 groupes antagonistes), et le dessin sublime de McNiven achève de me décider. Et je ne regrette pas cet achat.
D'abord pour le dessin qui est… sublime…je l’ai déjà dis ? Oui, mais c’est le mot juste. L’inconvénient c’est qu’il est tellement net et précis, on a tellement envie de prendre le temps de le contempler, que les scènes d’action ressemblent à des arrêts sur image. Ou parfois à des tableaux de peintre, ce qui nuit un peu à la fluidité du mouvement.
Le scénario est intelligent mais assez confus. Le très grand nombre de protagonistes y est pour quelque chose. Mais aussi, plein de petites références et réparties, se rapportant surement à d’autres séries Marvel, d’autres épisodes, d’autres cross-over…Un expert de l’univers très enchevêtré de Marvel s’y retrouvera probablement. Ce n’est pas mon cas, (d’être expert). Mais ça n’empêche pas de suivre cette bonne histoire, plus adulte que mes souvenirs de jeunesse.

A noter que les 100 dernières pages de cet album ne sont pas de la série « Civil war » mais des « New Avengers ». Mais attention : c’est complètement lié à « Civil war ». 5 épisodes qui narrent pour l’essentiel, des recrutements de super-héros pour un camp ou un autre, et qui apportent surtout plusieurs précisions « à retardement » fort utiles à un « amateur » comme moi.
En fait ces épisodes auraient presque pu être insérés parmi ceux de la série titre pour plus de clarté. Mais chacun d’entre eux étant dessiné par un artiste différent, le graphisme aurait été trop changeant. Car sur ce plan là, chaque dessinateur a son propre style. Bien loin du…sublime de McNiven mais du coup, plus BD, moins statique (cf : plus haut).

Si vous ne devez lire que quelques comics super-héroïques, il faut lire celui-là. Avec un minimum de connaissances sur ces personnages ça ne peut être que mieux. Mais de toute façon il ne doit pas y avoir grand monde qui les connait tous. D’ailleurs, je me suis demandé si quelques uns d’entre eux existaient déjà vraiment ou s’ils ont été inventés pour l’occasion. Possible puisque j’ai eu la surprise de voir un des personnages parler de « créer de nouveaux super-héros », un peu comme les auteurs de comics eux même peuvent en avoir l’idée.

6 12 2008
   

Du bon et du moins bon dans ce premier tome qui reprend les grandes lignes du crossover qui va bouleverser le monde Marvel.

Je vais commencer par la forme que je trouve pour ma part extrêmement positive. Un très bel ouvrage tiré de la collection "Deluxe", épais et élégant. En même temps, heureusement, car le prix aussi est "épais". Mais qu'importe ! esthétiquement, on est content de son achat et on trouve que ça fait bien belle impression sur nos étagères.

Sur le fond, c'est plus mitigé. Je me méfie toujours des grandes sagas de super-héros regroupant toutes les équipes et tous les protagonistes opérant habituellement en solo, car ce ne sont souvent que des histoires prétexte à faire affronter tel groupe contre tel groupe ou tel héros contre tel héros afin de satisfaire la question bien humainement adolescente : "qui c'est le plus fort entre Batman et Super Man ? et si Spider Man se bat contre Iron Man, qui c'est qui gagne ?". Et je l'avoue bien volontiers, ces questions, on se les posait avec les copains (et on se les pose encore car nous sommes restés de grands enfants) ce qui donne toujours lieu à de grandes disputes pleines de mauvaise foi et de rigolage autour d'un bon thé et d'une partie de Wii (mais je m'égare).

Donc oui, à ce niveau là, rien de bien original. On a déjà lu ça (dans les "Les guerres secrètes" par exemple qui datent des années 80, c'est vous dire : intéressant d'ailleurs de voir que les X-Men, déjà à l'époque, se détachaient des héros classiques pour rester plus ou moins neutres au conflit... bref, les choses ne changent pas).
En revanche, c'est le contexte qui est bien plus original, et qui nous propose un vrai travail de fond sur notre société actuelle. Des références à la télé-réalité (qui finalement est la réelle source du conflit entre les super-héros) et un débat politique sur la justice et la morale : de quel droit une personne aux pouvoirs surhumains (ou pas... exemple du Punisher) peut-elle se substituer à la justice légale ? où se situe la limite entre la non assistance à personne en danger et l'intervention musclée inutile et dangereuse ? un super-héros a-t-il le droit d'être ce qu'il est ?
Bref, selon vos arguments et votre vision des choses, vous serez dans un camp ou dans l'autre.

Donc, des choses intéressantes. Mais le souci vient du fait que les événements ne sont pas vraiment présentés par ordre chronologique de sortie en kiosque, mais par séries. Du coup, les deux tiers de l'album relatent le début du conflit, l'organisation de la résistance et la capitulation (assez brutale du coup) du chef d'un des deux camps. Quand on lit d'un trait, c'est très rapide et on est un peu frustré par rapport à ceux qui ont dû attendre des mois avant d'arriver à ce final douloureux.

Côté dessins, c'est un collectif. Donc ça va du correct au correct. Je n'ai pas remarqué un trait ou un dessinateur qui m'ait plu plus que ça. C'est un dessin très clair et lisible, mais assez lisse au final. Rien de bien extravagant. Peut-être que cette saga aurait mérité un dessin plus abouti, plus sombre.

Au final, un bon premier tome qui vous permettra de vous familiariser avec cet événement majeur du monde Marvel et qui a le mérite d'être un très bel objet.

26 10 2008
   

Ca faisait un moment que j'entendais parler de cet évènement médiatique dans l'univers Marvel qu'était la saga Civil War, déclinée dans toutes les séries de l'éditeur. Cet album Marvel Deluxe me permet enfin de découvrir la trame principale de ce récit, de son début à sa fin.

Le contexte : une explosion causée par l'action de super-héros mineurs a entrainé des centaines de morts innocentes. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase de l'opinion publique et celle-ci ainsi que le gouvernement US exigent de tous les super-héros qu'ils dévoilent leurs identités secrètes et travaillent désormais dans un strict cadre gouvernemental. Certains comme Tony Stark/Iron Man et Red Richards des Fantastic Four sont en accord avec cette idée et collaborent activement à sa mise en place. D'autres, avec à leur tête Captain America, choisiront de défendre à tout prix la liberté d'agir des super-héros et leur droit à l'incognito pour leur propre sécurité.
C'est le début d'une guerre civile qui mettra aux prises les amis de naguère et modifiera radicalement le statut de super-héros dans l'univers Marvel.

J'ai été satisfait par ce récit car il m'a permis de découvrir dans les grandes largeurs mais sans omission l'ensemble de l'évènement Civil War. Certains points sont un peu survolés, racontés rapidement ou pas toujours bien expliqués (qu'est-ce qui a bien pu motiver spiderman à dévoiler son identité ?), mais on en voit le début, le déroulement et la fin. Ma curiosité est donc satisfaite.
Le scénario n'est pas très compliqué ni très original. Les quelques rebondissements savamment orchestrés ne sont pas très marquants ni innovants. Mais l'ensemble est bien foutu, assez prenant et plutôt crédible, chose rare à mes yeux dans les grandes sagas Marvel. Je suis plutôt bien rentré dans le récit et la fin, assez ouverte, m'a donné envie de savoir la suite.
Le dessin de Steve McNiven est en outre de très bon niveau. Un peu formaté certes mais très plaisant et travaillé.

A noter que le récit principal, scénarisé par Mark Millar, ne remplit que les deux tiers de l'album. Le reste est constitué d'histoires courtes d'auteurs différents. J'aurais aimé qu'ils racontent la suite mais ils reviennent plutôt plus en détail sur des passages des évènements Civil War et ce qu'ils ont impliqué pour certains personnages dont un certain nombre que je connaissais à peine ou pas du tout. Intéressant mais pas indispensable à mes yeux.

Je ne suis donc pas mécontent de mon achat, c'est une bonne lecture de divertissement et qui m'en a appris un peu plus sur l'univers Marvel et ses récents évènements.

A noter que les tomes suivants prévus dans cette série Marvel Deluxe devraient revenir à nouveau sur des évènements évoqués dans le présent album par le biais de récits parallèles et d'autres personnages. Ce ne sera donc pas véritablement la suite.

26 10 2008
   

Sublime, grandiose, époustouflante bd. Voila une bd qui en jette plein la gueule. McNiven est sommet de son art tout comme le grand (avec bien d'autre évidemment) et l'unique j'appelle Millar. Un scénario en béton, super original, bourré d'action, de rebondissement, comme la mort de Goliath, Cap et bien d'autre (Spidey, Cage, Spider-Woman, les Jeunes Vengeurs et j'en passe) devenu hors-la-loi. Le plus époustouflant c'est comme le crossover c'est enraciné durablement dans l'univers Marvel (l'Initiative, les Nouveaux et Puissants Vengeurs, Speedball transformé en Penance, Omega fligt, Iron Man devenu directeur du S.H.I.E.L.D., etc.....).
Seule chose que je peux reprocher à cette série d'album de luxe, c'est de n'avoir pas republier la mini-série Front Line : Civil War, scénarisé par l'excellent Paul Jenkins.

Panini Comics nous dit que Civil War est du petit lait contrairement à Secret Invasion (après avoir découvert que Flêche Noire et Elektra sont des Skrulls (!!), qu'es que sa doit être bon nondidju) !!