46 510 Avis BD |20 170 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
La voie du samouraï
 

5 ronin : La voie du samouraï

 
 

Résumé

5 ronin : La voie du samouraïAfin d'acceder au résumé de 5 ronin : La voie du samouraï, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de 5 ronin : La voie du samouraïOhhhh encore un "what if" chez Marvel ?!! Comme c'est original... Non, je chambre, je chambre mais j'ai toujours aimé ça moi; voir mes héros dans un autre contexte, c'est souvent étrange et parfois grandiose.
Vous savez a quel point j'aime le Japon médiéval (bon, bah maintenant vous savez...); et bien là nous avons une relecture (ou plutôt cinq) des héros Marvel. Pas tous hein, juste les plus bad-ass !

On commence avec Wolverine, le plus japonais des héros canadiens... Tout commence avec la défaite de son seigneur lors de la bataille de Sekigahara; un évènement majeur au Japon qui a vu la prise du Shogunat par Eyasu Tokugawa; devenu rônin c'est à dire un samouraï sans maître (à un moment, 'faudrait quand même vous mater "les Sept Samouraïs" de Kurosawa !), il va trouver sur son passage un mystérieux guerrier... Le traitement que fait Peter Milligan de Wolverine est franchement très bien vu... comment retranscrire le fait que Logan soit un guerrier immortel sans mettre une once de super-pouvoir ? Je ne dirai rien, ce 1er run est peut-être le plus intéressant.
Hulk est un moine guerrier ayant renoncé à la folie de la bataille, vivant en ermite sur sa montagne jusqu'au jour où des villageois menacés par des pillards vont lui demander son aide. Quel sera le déclic qui le fera revenir sa rage ?
Le Punisher reste le Punisher... il est parti faire la guerre en Corée, mais a son retour sa famille a été massacrée. La vengeance va désormais diriger sa vie. Arquebuse en main (ouai Franck Castel sans calibre, c'est pas propre), il va partir dégommer les soldats qui ont commis l'infamie, quitte à se perdre en chemin.
La version de Psylocke est peut-être la moins intéressante. Le dessin est moins noir que dans les autres récits, l'histoire est bien vue mais se rapproche un peu moins du personnage de ninja-Marvel qu'elle aurait pu incarner. L'histoire en revanche a le mérite de raccrocher les wagons, permettant de garder une cohérence entre les 5 récits.
Enfin, le nouveau chouchou des lecteurs: "Deadpool", le fou, le barge qui est capable de tout, vient ici clôturer le récit. Le traitement du personnage est assez bien amené, en revanche la fin se termine un peu brusquement, on aurait aimé en avoir un peu plus pour comprendre les tenants et les aboutissants. Mais bon, nous n'avons qu'une tranche de vie, 5 récits, certains très réussis, d'autres un peu moins, mais au final on garde un bon souvenir de ce spin-off.


Chronique rédigée par sigmar le 23/04/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de sigmarReflet de l'avatar de sigmar
Statistiques posteur :
  • 141 (30,19 %)
  • 134 (28,69 %)
  • 192 (41,11 %)
  • Total : 467 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 17,10 17,10 17,10
Acheter d'occasion : 26,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Avril 2012

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics 5 ronin : La voie du samouraï, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

11 5 2013
   

Le thème et le relatif succès critique de cet album m'ont décidé à finir par le lire. J'avais pourtant quelques préjugés : coller une fois encore des personnages iconiques en les séparant de leur univers, pour les transposer dans un «ailleurs» totalement différent m'apparaissait un peu artificiel. Et puis le théâtre du Japon médiéval, pourquoi pas mais sans plus pour moi...

C'est surtout la présence de Tomm Coker et de «son» Wolverine qui ont emporté mon choix. Autre atout à mes yeux : le chapitre signé par Goran Parlov, auteur d'un "Fury" mémorable... Mais les deux premiers chapitres, s'ils étaient bien effectivement bien servis par les dessins, me laissaient un peu sur ma faim quant à leur histoire. Oui, bon, un ronin, c'est un samouraï sans maître, un guerrier laissé pour compte, OK... Et c'est sûr, ce rôle semble taillé sur mesure au Serval. Sympa, mais trop peu surprenant. Quant à l'histoire suivante, supposée correspondre à Banner/Hulk, je trouvais son texte verbeux et la finalité de l'histoire, là aussi, m'échappait.
Puis, à ma grande surprise, j'ai fini par me laisser emporter par cette histoire de vengeance, où certains personnages se croisent. J'ai adoré la version alternative du Punisher et le reste a filé comme de l'eau de source. Mention d'excellence pour Psylocke et la folie de Deadpool accouche d'un très bon chapitre.

Pour conclure, j'ai passé un bon moment, plus agréable que je ne pouvais le penser. Bref, de quoi satisfaire un grand nombre de fans de Marvel, à condition de se détacher des a priori.

1 8 2012
   

À l’instar du très bon "1602", cet album s’amuse à transposer quelques super-héros de chez Marvel dans un contexte différente. Ce nouveau scénario « What if » s’amuse ainsi à placer respectivement Wolverine, Hulk, le Punisher, Psylocke et Deadpool dans un Japon médieval, juste après la mythique bataille de Sekigahara.

Si les cinq récits proposés au sein de ce one-shots sont indépendants l’un de l’autres, tous se déroulent cependant dans le même contexte et invitent même certains protagonistes à se croiser. Si Peter Milligan parvient à intégrer l’invulnérabilité de Wolverine de manière assez intelligente, sans lui octroyer de super-pouvoirs, pour le reste, il propose des histoires assez traditionnels de samouraïs. La rage du Hulk et la quête vengeresse du Punisher sont déjà beaucoup plus aisées à transposer dans cette époque dénuée de pouvoirs. Graphiquement, c’est assez plaisant, même si l’histoire de Psylocke tranche visuellement un peu trop avec les autres.

Bref, un exercice parfaitement maîtrisé, mais des histoires qui ne marqueront pas vraiment les esprits.