46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Livre premier
 

Cent mille journées de prières, tome 1 : Livre premier

 
 

Résumé

Cent mille journées de prières, tome 1 : Livre premierAfin d'acceder au résumé de Cent mille journées de prières, tome 1 : Livre premier, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Cent mille journées de prières, tome 1 : Livre premierLouis est un jeune garçon solitaire dont les origines eurasiennes sont souvent sujet de moqueries de la part de ses camarades de classe. Vivant seul avec sa mère, il ne sait quasiment rien de son père et aimerait bien percer le secret de cette absence paternelle. Le sujet étant classé tabou, il laisse libre cours à son imagination pour s’inventer des racines… jusqu’au jour où des amis cambodgiens viennent trouver refuge chez eux. C’est pour lui l’occasion de vérifier quelques indices récoltés au fil des années et d’en apprendre plus sur ses origines.

Indirectement touchée par la guerre civile déclenchée par les Khmers rouges fin des années soixante, Loo Hui Phang s’inspire donc de l’histoire de sa propre famille pour livrer un diptyque qui aborde cette page sombre de l’Histoire du Cambodge. Cette mise en place invite à suivre le malaise d’un enfant dépourvu de repères essentiels et quotidiennement victime d’une différence que sa mère refuse d’expliquer. Se heurtant constamment au silence qui entoure ce lourd secret familial, il est obligé de trouver lui-même réponse à ses nombreuses interrogations. Se servant d’un canari comme principal interlocuteur, Louis partage difficilement ses angoisses et ses peines, tout en développant un monde onirique censé combler le vide laissé par le mystère qui entoure son père. Si le voile concernant ses origines ne se lève que très lentement, c’est avec beaucoup de justesse que l’auteur décrit la souffrance de l’enfant. Passant régulièrement du rêve à la réalité, la narration puise sa force dans les non-dits qui accompagnent le mal-être de Louis.

La mise en images très sobre de Michaël Sterckeman conforte le ton intimiste du récit. Un dessin noir et blanc assez minimaliste qui s’inscrit totalement au service du scénario. L’ancrage historique cambodgien n’étant qu’effleuré lors de cette mise en bouche, la conclusion de cette saga est donc attendue avec grand intérêt.


Chronique rédigée par yvan le 13/08/2011
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 19,29 19,29 19,29
Acheter d'occasion : 1,37
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Mai 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Cent mille journées de prières, tome 1 : Livre premier, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

19 4 2012
   

C'est le genre d'album qui s'apprivoise. On l'ouvre sans trop savoir ce qu'on va trouver derrière cette couverture austère qui se révèlera finalement bien choisie. On feuillette sans être ébloui par le graphisme, on se dit qu'on le lira un peu plus tard. Et puis arrive le jour où l'on se lance. On est d'abord neutre, puis on accroche, et en fin on est touché par cette belle histoire d'enfance.

Louis est un jeune garçon dont le père est absent. Pire, il ne sait quasiment rien de lui. Fils unique, marqué par sa différence physique (avoir un père asiatique dans une école de Normandie vous place immédiatement au rayon des curiosités), solitaire, Louis se prend d'affection pour son oiseau. Et quand le petit animal meurt, le garçon continue à se confier à lui, et même à l'interroger, persuadé que l'oiseau en sait beaucoup sur ce père dont Louis ne sait à peu près rien.

"Cent mille journées de prières" va certainement donner de l'importance aux monstruosités commises par les Khmers rouges au Cambodge. Mais dans ce premier volume, ce qui est au centre du récit est bien la solitude d'un enfant qu'on prive de son père jusque dans la représentation mentale qu'il peut en avoir. La mère n'a rien de monstrueux en soi, mais par égoïsme, elle ne veut pas repenser au passé et élude toute question de son fils concernant son père, le plongeant inévitablement dans une grande souffrance psychologique. Et cela, les auteurs le dépeignent remarquablement bien.

On s'attache très vite à Louis dont on suit les angoisses avec beaucoup d'intérêt. Le scénario est bien équilibré, avec des personnages très crédibles et une belle narration. Les scènes de vie quotidienne ont une intensité apportée par le mal-être de Louis et par les questions que le lecteur se pose lui-même sur ce qui est arrivé à ce père absent.

On imagine un deuxième album au ton un peu différent. En tout cas, celui-là donne franchement envie de connaître la suite car il distille avec talent une émotion contenue mais profonde.