46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
 

Ce qui est à nous - Première époque, tome 4 : Le pari

 
 

Résumé

Ce qui est à nous - Première époque, tome 4 : Le pariAfin d'acceder au résumé de Ce qui est à nous - Première époque, tome 4 : Le pari, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ce qui est à nous - Première époque, tome 4 : Le pariChauvel continue de sauter successivement du milieu mafieux italien au milieu mafieux juif, au gré des personnages centraux. Après avoir abordé le gangstérisme juif dans le deuxième tome, ce quatrième tome va se concentrer sur deux des cerveaux de cette mafia juive : Meyer Lansky et Arnold Rothstein.

En 1917, un parasite de salon, nommé Leland Turner aura la malchance de croiser ces deux futurs "grands" de la mafia américaine et commettra surtout l’erreur de remporter un pari face à Arnold Rothstein.

De leur côté, Meyer Lansky et Benny Siegel, dit Bugsy, le futur créateur de Las Vegas, forment la bande de Grand Street, et font leur premier coup.

Le dessin de Le Saec sans être exceptionnel, reste sobre, clair et efficace et colle parfaitement bien à cette série.

Chauvel continue de nous conter avec brio l’histoire de la pègre new-yorkaise en suivant les débuts de grands noms du crime organisé. Tout en suivant l’évolution chronologique de la maffia new-yorkaise, Chauvel parvient à se concentrer sur une anecdote particulière pour chaque tome : ici il s’agit du pari entre Leland Turner et Arnold Rothstein.


Chronique rédigée par yvan le 10/11/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,56
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Janvier 2004

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ce qui est à nous - Première époque, tome 4 : Le pari, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

17 10 2012
   

Après un premier album qui permettait de présenter la prime jeunesse de tout un tas de noms de la mafia new yorkaise, après un second qui se concentrait, par la bande, sur Rothstein, puis le troisième qui nous proposait d'en savoir plus sur Lucania, voilà que cet album nous propose de partir à la rencontre de Lansky et de sa bande. Encore une fois, le scénariste a trouvé le moyen d'organiser ses éléments pour rendre le tout assez intrigant, en revenant sur cette histoire de pari entre Rohstein et le pauvre Leland Turner. Ce qui est intéressant dans cet album, ce sont les trajectoires des uns et des autres qui se croisent, qui se heurtent, ou qui se rejoingnent, pour le plus grand bonheur des uns et le plus grand malheur des autres (ou de l'autre, en l'occurrence).

Le rythme du récit me semble parfois un peu heurté, notamment à cause de tous ces éléments historiques que le scénariste veut introduire et qui s'enchainent mal dans le récit, et le dessin me laisse toujours aussi dubitatif (des personnages différents se ressemblent souvent d'un tome à l'autre, et tous ont toujours ce physique de poupon qui cadre mal avec la fonction), mais dans l'ensemble, c'est avec un certain plaisir que j'ai découvert ce Lansky et sa bande. Ce qui est également assez intéressant, c'est que Rothstein semble gagner beaucoup d'influence, et que tous les grands noms du banditisme (ou les noms du grand banditisme) se rejoignent, au fil des tomes, dans son bureau.

L'ensemble est sympathique mais je pense que j'aurais davantage apprécié ma lecture si j'avais été très familier de toute cette période de l'histoire. Ce n'est malheureusement pas le cas (c'était la première fois que j'entendais parler de Rohstein et à part Al Capone, les personnages présentés me sont inconnus), ce qui explique certainement un certain retrait de ma part.