46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 2 : La mort d'Hermann Rosenthal
 

Ce qui est à nous - Première époque, tome 2 : La mort d'Hermann Rosenthal

 
 

Résumé

Ce qui est à nous - Première époque, tome 2 : La mort d'Hermann RosenthalAfin d'acceder au résumé de Ce qui est à nous - Première époque, tome 2 : La mort d'Hermann Rosenthal, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ce qui est à nous - Première époque, tome 2 : La mort d'Hermann RosenthalAprès avoir abordé les bases de la mafia italienne de New York dans le premier tome, ce deuxième tome aborde le gangstérisme juif et il faut bien avouer que celui-ci n’a pas laissé autant de traces dans la mémoire collective. Des noms comme Arnold Rothstein et Meyer Lansky n’en disent d’ailleurs pas autant que Al Capone et Lucky Luciano.

Si Monk Eastman était le premier grand truand juif, c’est l’histoire de deux jeunes loups qui ont soif de pouvoir : Rosenthal et Rothstein, qui est retracée dans ce deuxième tome. On y découvre les mécanismes de la corruption policière de New York et la leçon que Rosenthal aurait du retenir : dans la mafia juive, quand il faut choisir un côté, le bon côté est toujours celui de l’argent !


Chronique rédigée par yvan le 02/11/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 20,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Ce qui est à nous - Première époque, tome 2 : La mort d'Hermann Rosenthal, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

16 10 2012
   

J'ai du mal à apprivoiser cette série : je n'en comprends pas bien le propos. Apparemment, avec cette série, le scénariste veut nous faire découvrir l'évolution de la mafia depuis le début du XXème siècle. Mais il s'agit en fait de la mise en image d'ouvrages de référence en la matière à commencer par les biographies des uns et des autres. Je reconnais dans cet album une vraie volonté de coller à la réalité historique, les éléments fictionnels n'étant destinés qu'à lier les éléments véridiques, et j'ai particulièrement apprécié le mode de narration, qui nous met véritablement dans la peau de ce journaliste qui tente de retracer les événements ayant conduit à la mort d'un certain Rosenthal. Malgré ces éléments d'une qualité indéniable, je ne suis pas conquis : il manque, pour l'instant, de la continuité entre les tomes et on a l'impression que tout cela n'est pas suivi. Les événements sont décrits les uns après les autres sans assurer une réelle linéraité, comme si on avait pris quelques éléments des biographies pour les mettre en image, mais sans aller au-delà, sans insuifler un semblant de dynamisme. D'autant qu'il apparaît assez tardivement dans cet ouvrage, que la mort de Rosenthal n'a d'autre but que d'expliquer le pouvoir acquis par Rothstein, personnage qui semble avoir marqué une époque mais dont je n'ai pas vraiment entendu parler. J'aurais aimé que le scénariste s'inspire des faits réelq pour nous conter une oeuvre de fiction, dans laquelle il aurait pu développer les caractères de chacun pour les rendre marquants et/ou attachants. Ici, on se contente de mettre en image la réalité, avec presque la froideur d'un livre d'histoire.

Je ne me suis donc pas impliqué dans cette histoire, d'autant que les dessins sont assez peu crédibles : les grands truands sont affublés de têtes de gamins, et Rothstein et Rosenthal, en particulier, semble avoir, on ne sait trop pour quelle raison, hérité d'un style "ligne claire", qui rend le tout étrangement en décalage par rapport au réalisme que l'on pouvait attendre d'une série qui se veut avant tout historique.