46 287 Avis BD |20 067 Albums BD | 7 866 séries BD
Accueil
Tome 1 : Catherine de Médicis
 

Catherine de Médicis, tome 1

 
 

Résumé

Catherine de Médicis, tome 1Afin d'acceder au résumé de Catherine de Médicis, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Catherine de Médicis, tome 1Dans une série historique, on apprend toujours des choses, et cet album dédié à Catherine de Médicis ne dérogera pas à la règle. On le sent largement documenté, cet ouvrage, et le dédier à celle que l’on présente souvent comme manipulatrice et à l’origine du massacre de la Saint-Barthélemy est une assez bonne idée : le personnage n’est pas totalement inconnu et porte avec lui une part de mystère que le quidam que je suis est intéressé de lever. Ce qui est tout d’abord intéressant, dans cet album, c’est la trajectoire de Catherine, qui vit recluse et honnie en Italie avant que le Pape décide de la marier à l’un des fils du Roi de France. Celle qui n’était destinée à rien, et n’a donc été formée à rien, deviendra toutefois, après les différents décès, celle qui assurera la régence, puis continuera à conseiller ses trois fils qui deviendront rois successivement. Quel destin que de se retrouver aux responsabilités alors que rien ne le prédestinait.

Ensuite, je trouve que l’ouvrage tente de mesurer l’image que Catherine de Médicis a laissé dans l’histoire : on la dit manipulatrice, on la dit portée sur l’occultisme et il est vrai qu’elle fait appel aux services de Nostradamus, et on la dit avide de sang des Huguenots, à tel point d’avoir commandité le massacre de la Saint-Barthélémy. Cet ouvrage permet de rétablir une certaine vérité en replantant un contexte : Catherine arrive effectivement au pouvoir en pleine guerre de religions. Si le protestantisme remet en cause les principes de Rome, il pourrait surtout remettre en cause le pouvoir royal qui est de droit divin, et qui permet de « tenir » le peuple. Et pourtant, cet album montre que pendant 30 ans, Catherine n’aura eu de cesse de chercher à instaurer la paix dans le royaume, mais que cette dernière était difficile à trouver car les forces qui s’opposaient étaient très fortes. Chaque nouvel édit semblait trop sévère pour les uns, et trop indulgent pour les autres, comme il est rappelé dans l’ouvrage, avec en plus une influence venant des pays limitrophes, et surtout de l’Espagne. Et même si elle prend la responsabilité du massacre de la Saint-Barthélémy, le rappel des faits permet de relativiser les intentions premières de la dame en noir.

L’intérêt premier de cet ouvrage est donc bien de présenter Catherine de Médicis « autrement », en rappelant ses origines et en introduisant davantage de distance historique. J’ai plutôt apprécié l’intention.

En revanche, c’est un album qui m’a semblé peu accessible, et très complexe à lire. J’ai trouvé que le pari de la pédagogie n’était pas vraiment réussi. Si je me suis dirigé vers cet album, c’est que je souhaitais apprendre des choses, et j’ai eu l’impression que l’ouvrage s’adressait à ceux qui connaissaient déjà tout, ou du moins, qui avaient déjà de solides connaissances historiques sur cette période. J’aurais bien aimé que l’on nous présente davantage certains personnages, comme De Guise, De Condé, etc… afin que l’on comprenne mieux comment se sont organisées les forces, ainsi que les subtilités de l’histoire. De même, je trouve que certains faits historiques sont traités sous forme d’ellipses, à tel point que celui qui n’en a jamais entendu parler sera totalement exclu. Enfin, je ne me souviens pas d’avoir lu une seule fois, dans les nombreux phylactères, le nom de Charles IX… ce qui est quand même très étrange. De même, l’ensemble est très verbeux, et parfois un peu difficile à lire et très lourd.

Servi par un dessin réaliste et aussi académique que la tonalité, cet ouvrage permet de mieux comprendre la personnalité et le rôle de Catherine de Médicis, mais la narration indigeste pourrait laisser à penser qu’il est réservé aux érudits uniquement.


Chronique rédigée par gdev le 08/04/2019
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3194 (73,97 %)
  • 355 (8,22 %)
  • 769 (17,81 %)
  • Total : 4318 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 11,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Octobre 2015

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Catherine de Médicis, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

15 4 2019
   

Dans l'esprit des gens, le nom de Catherine de Médicis est synonyme de reine-mère morne, cruelle, machiavélique et calculatrice, elle aurait pu faire une bonne candidate dans la collection des Reines de sang chez Delcourt ; certes il y a du vrai, mais ici, Glénat et Fayard tentent de démontrer que même si son nom est associé aux guerres de Religion et surtout au sanglant massacre de la Saint-Barthélémy, elle était partisane d'une politique de conciliation.

Dans une période aussi riche et aussi chargée, il n'était guère aisé de raconter les nombreux événements qui ont jalonné le royaume entre les années 1550 et 1580, le scénariste a dû faire un tri pour concocter une intrigue suffisamment intéressante sans ennuyer le lecteur non initié à cette période ; il en résulte un scénario dense, pas toujours facile à suivre et qui brasse parfois des actions rapidement, mais qui évite le didactisme qui peut plomber certaines Bd historiques. On assiste donc à de nombreux événements célèbres : la prise de Calais, la mort tragique d'Henri II, la conjuration d'Amboise (avec les fameux pendus au balcon du château), le tour de France de Catherine et du jeune Charles IX, le massacre de Wassy (qui déclenche toute la rivalité entre protestants et catholiques), le colloque de Poissy, la bataille de Jarnac (avec la mort de Condé), l'attentat raté de Coligny (et sa mort horrible lors de la Saint-Barthélémy), l'assassinat du duc de Guise à Blois... même la stérilité provisoire de Catherine est évoquée lors d'une petite scène avec François Ier (alors qu'elle n'est pas encore reine). Comme on le voit, tout ceci fait beaucoup, mais l'accumulation de faits ennuyeuse est évitée par une méthode habile de narration.

De nombreux personnages défilent : le pauvre petit François II (roi-enfant à la santé fragile dont la mort est montrée), Charles IX (qui comme tous les enfants de Catherine est déséquilibré, et non moins fragile puisqu'il meurt à 24 ans de tuberculose et de remord), le chancelier Michel de L'Hospital, l'amiral de Coligny, les ducs François de Guise et Henri de Guise, le baron des Adrets, Condé, Margot et Henri de Navarre, Henri III (le moins faible des 3 fils rois de Catherine, le plus intelligent et le plus cultivé, mais tout aussi déséquilibré et extravagant et maniéré). Même l'Escadron volant est évoqué... Tous ont une place parfois réduite ou plus conséquente. Le point d'orgue de tout ceci est le massacre de la Saint-Barthélémy qui occupe 5 pages dans le dernier quart de l'album, l'action s'arrêtant avant l'assassinat d'Henri III.

Cet album tente avant tout de réhabiliter le personnage controversé de Catherine de Médicis et à relativiser sa "légende noire" ; son image est donc plus contrastée, montrant son intelligence et son grand sens politique dans une époque très troublée constituée d'alliances pas toujours opportunes, d'intrigues, de trahisons et d'exactions. Elle a cherché à conserver l'unité du royaume et à restaurer une autorité royale au prestige indéfectible à travers il est vrai, l'exercice du pouvoir de ses fils, ceux-ci n'étant que des pantins (surtout François II et Charles IX), cet aspect est montré. Elle souhaitait vraiment imposer la paix en faisant cohabiter les 2 religions, mais le jeu des pouvoirs, les manigances des 2 partis dos à dos empêcheront cet idéal ; cet aspect est montré aussi, tout comme le poids de sa responsabilité dans la préparation du massacre de la Saint-Barthélémy. Elle endosse en effet une lourde responsabilité dans ce qui devait être au départ une sorte d'épuration, mais ça a vite dégénéré en boucherie et ça s'est étendu non seulement dans Paris (où la Seine charriait des flots de sang et de cadavres) mais aussi à toute la France..

Un tel récit devait être soutenu par une partie graphique de belle tenue, c'est le cas, le dessin est très beau, le dessinateur italien montre en un trait puissant et élégant tous les événements décrits et les grands personnages, soigne ses décors célèbres, le raffinement des costumes, mais n'arrive pas à stabiliser le visage de Catherine, c'est un peu dommage ; mais on passera sur ce détail tant l'ensemble est bien traité. Peut-être que l'album s'adresse à un public féru comme moi d'Histoire de France (et particulièrement sur cette période que je connais bien) et qu'il faut déjà connaitre un peu les acteurs de cette page d'Histoire, ça peut aider en effet, mais je ne crois pas pour autant qu'il est hermétique ou réservé à une élite, la période est complexe et chargée d'événements, la marge de manoeuvre était donc assez étroite, mais ça peut donner envie de s'informer encore plus en lisant une bio de la Médicis.
Jusqu'à présent, avec Vercingétorix et Charlemagne, c'est un des meilleurs albums de la collection Ils ont fait l'Histoire.