46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 6 : Le sixième doigt du Pendjab
 

Carmen McCallum, tome 6 : Le sixième doigt du Pendjab

 
 

Résumé

Carmen McCallum, tome 6 : Le sixième doigt du PendjabAfin d'acceder au résumé de Carmen McCallum, tome 6 : Le sixième doigt du Pendjab, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Carmen McCallum, tome 6 : Le sixième doigt du PendjabDès la première page de ce nouveau triptyque, Fred Duval nous plonge à nouveau dans l’action. Mais ce sixième tome apporte plus qu’uniquement de l’action car il va continuer à développer l’univers futuriste de Carmen Mc Callum à l’aide d’un fond d’histoire reposant sur la manipulation génétique et grâce à des gadgets toujours aussi efficaces (nanomachines, drônes nettoyeurs, etc.).

L’intrigue repose sur deux histoires parallèles (la disparition de Russel et l’assassinat d’un ami du Capitaine Scott Brennan) qui vont finalement se rejoindre. Duval nous met directement dans le bain et ne limite donc pas ce tome à un tome d’introduction. Cet album va d’ailleurs également livrer une certaine critique envers l’inéluctabilité du dopage dans le sport de haut niveau.

Les nouveaux personnages sont à nouveau bien choisis et cet album permet également de retrouver de nombreux personnages clés de cette série, comme Russell, le Capitaine Scott Brennan, Naoko Sonoda et Seaside. Des personnages qui contribuent à développer le côté humain et attachant de notre célèbre mercenaire.
Bref, un début de triptyque explosif et accrocheur pour cette série phare de la collection "série B" de Delcourt.


Chronique rédigée par yvan le 06/06/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 6,26
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Juin 2003

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Carmen McCallum, tome 6 : Le sixième doigt du Pendjab, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 6 2012
   

Troisième aventure de la McCallum. après le triptyque d'ouverture et l'affaire Earp (tomes 4 et 5), c'est une nouvelle intrigue qui commence. Ce cycle fait référence aux précédents puisque le personnage de Russel y a beaucoup d'importance, mais un lecteur qui commencerait la découverte de la série avec cette sixième livraison ne serait franchement pas trop dépaysé.

Dès les premières pages, le savoir-faire de Fred Duval est mis en oeuvre. Le scénariste chouchou de la collection série B (on lui doit aussi "Travis") a parfaitement intégré les codes du cinéma d'action et les transpose avec inspiration dans le neuvième art. On a vraiment l'impression d'une aventure en grand écran quand on lit du Fred Duval, qui signe des blockbusters imprimés ! Entendons-nous toutefois : cette comparaison ne sous-entend pas que les scénarios sont mauvais et que le seul but est de faire du spectaculaire qui rapporte. Fred Duval a retenu les leçons des blockbusters réussis, en conservant leur efficacité mais en ne faisant pas de concessions sur la qualité de son intrigue.

Reconnaissons tout de même que "Le sixième doigt du Pendjab", malgré ses qualités, est sans doute le tome le moins réussi de la série à ce stade. Les scènes d'action sont certes efficaces mais il règne une certaine opacité si on compare ce sixième épisode à celui qui ouvrait le dyptique Samuel Earp. On n'en apprend un peu plus qu'en toute fin d'album, et sans que l'on soit pleinement convaincu. On suit donc les différentes scènes sans bien comprendre ce qui se passe, et inévitablement l'intérêt s'en ressent.

En fin de lecture, l'essentiel est sauf : on a envie de connaître la suite. Mais on espère tout de même que Fred Duval saura renouer avec ses livraisons plus éclatantes pour que "Carmen McCallum" ne devienne pas une série lambda - elle a su se hisser jusqu'alors au-dessus de ses concurrents.

14 6 2010
   

Avec ce tome commence une nouvelle histoire de notre mercenaire de charme et de choc. C'est avec un réel bonheur que j'ai retrouvé les personnages attachants qui n'apparaissaient pas dans l'intrigue précédente, et notamment Seaside et Brennan. N'oublions pas Russel, même si j'ai eu du mal à le reconnaître en début d'album, tout comme Carmen, d'ailleurs (le dessinateur a toujours du mal avec le physique des héros).

Le début est pas mal, avec cet enlèvement de Russel et les efforts de Carmen pour le retrouver aux quatre coins du globe. Le mystère autour du personnage s'épaissit avec la découverte de son pied à terre parisien. Dans cette partie, j'ai trouvé que le traitement graphique des flash back était particulièrement réussi. Mais après avoir recherché en vain son ami, Carmen rejoins Brennan, qui lui demande un service : enquêter sur le décès d'un de ses amis et pour se faire, exfiltrer un savant.

Et c'est là que tout devient extrêmement confus, car le fameux professeur est également la cible de Brennan et d'un de ses associés, Desmond. Là ca manque cruellement d'explications pour être crédible : qui est Desmond, que fait Russel, quelle est l'occupation véritable du professeur? On nous parle bien d'EGM (êtres génétiquement modifiés), mais c'est assez maigre. Après un bon début d'album, j'ai trouvé que l'histoire s'enlisait sérieusement et que faute d'explications, on parcourait cet album sans véritable motivation. Encore une fois, c'est l'action, bien présente, qui m'a retenu le temps de la lecture mais dans l'ensemble, j'ai trouvé cet album décevant, faute de réel moteur dans l'histoire, faute d'explications qui auraient permis d'éviter l'heureux hasard qui fait que Russel et Carmen se retrouvent au détour de deux missions indépendantes qui semblent pourtant être liées.