46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 8 : Dans le vide de Kirkwood
 

Carmen McCallum, tome 8 : Dans le vide de Kirkwood

 
 

Résumé

Carmen McCallum, tome 8 : Dans le vide de KirkwoodAfin d'acceder au résumé de Carmen McCallum, tome 8 : Dans le vide de Kirkwood, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Carmen McCallum, tome 8 : Dans le vide de KirkwoodSuite et fin de ce triptyque dont l’histoire tourne autour d’une organisation qui désire créer une nation indépendante pour les Êtres Génétiquement Modifiés (E.G.M.). Après avoir délivré le professeur Raj Kapoor, généticien de renommé, lors du tome 6 et éliminé Léonid Maïakovski au cœur de la Sibérie lors du tome précédent, ce tome-ci relate l’étape finale de la cause des EGM.

Le problème des EGM étant au centre de ce récit, celui-ci va légèrement délaisser son côté "aventure" pour se focaliser sur le contexte géopolitique de l’histoire. Du coup, notre célèbre mercenaire se retrouve un peu en arrière-plan de cette histoire, même si ça vie sentimentale vas y être solidement secouée.

Le fait d’aborder plus en profondeur le problème des EGM permet cependant aux auteurs de mettre le doigt sur les futurs dangers de la manipulation génétique, mais également de tirer le parallèle avec des problèmes plus contemporains liés à la discrimination, l’exclusion et à l’exploitation d’individus par des multinationales peu scrupuleuses.

L’action de ce tome se déroule principalement dans l’espace et permet à Gess de montrer tout son savoir-faire dans cet environnement spatial, pour ce qui devrait être son ultime travail sur la série. Si ce décor futuriste est très crédible, je préfère personnellement les scènes d’action se déroulant sur la terre ferme, comme le combat de Carmen McCallum dans les rues de Norilsk lors du tome précédent.


Chronique rédigée par yvan le 06/06/2008
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 10,36
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.83
Dépôt légal : Novembre 2007

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Carmen McCallum, tome 8 : Dans le vide de Kirkwood, lui attribuant une note moyenne de 2,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 6 2012
   

En apportant une conclusion à leur triptyque, Gess et Duval tournent également une page car dès le tome suivant, c'est un autre dessinateur qui assure la partie graphique. On comprend ainsi les remerciements que Gess adresse en introduction à son scénariste et à Isabelle Rabarot : pour lui, c'est la fin de l'aventure.

Le scénario porte évidemment sur les EGM, les Etres génétiquement modifiés, que Fred Duval a mis en scène depuis le tome 6 autour de leur difficile intégration à un monde qui ne les accepte pas. Cette thématique est des plus intéressantes (on évoque aussi le clonage) et inscrit la série dans cette Science Fiction qui amène à la réflexion en nous interrogeant sur les dérives possibles de notre propre société technologique. "Carmen McCallum" n'est pas qu'une série d'action, et cette trilogie vient le prouver s'il était besoin (mais le diptyque Samuel Earp l'avait déjà montré).

"Dans le vide de Kirkwood" est peut-être plus mou que la plupart des autres titres de la série, et par contraste il lui manque certainement une ou deux scènes d'action haletantes dont Fred Duval a le secret. Mais sa dimension plus politique, plus dramatique aussi, est une évolution intéressante. Et que les fans d'action se rassurent : le tome 9 revient déjà à une histoire très dynamique !

Tome à lire impérativement si vous suivez la série, car un ou deux événements sont très importants et vont marquer la mercenaire. N'en disons pas plus...

18 6 2010
   

Voilà donc la fin de cette troisième histoire de Carmen.... Encore une fois, j'ai trouvé un album très difficile à lire, une histoire extrêmement et inutilement compliquée. Le sort des EGM (êtres génétiquement modifiés) est au centre du récit : ces hommes, issus de manipulations génétiques pour effectuer les travaux difficiles sont en recherche d'émancipation et de reconnaissance. Les auteurs surfent ainsi sur les grands poncifs du genre, pointant du doigt l'intolérance des hommes envers d'autres hommes différents. Propos louables en soi, mais présentés d'une façon peut intéressante, pollués par des trahisons et contre-trahisons dans un environnement géopolitique complexe. Encore une fois, on a du mal à relier cet album aux deux précédents, à comprendre exactement comment s'enchaîne l'histoire dans ces trois tomes. Même si certaines idées sont dignes d'intérêt, je me suis ennuyé ferme à la lecture de cet album, tellement la mise en musique de l'ensemble est hasardeuse, hachée; On ne comprend pas bien les relations entre les personnages, Carmen semble perdue au milieu de tout cela et les drames qui la touchent m'ont laissé de marbre, tellement je ne me sentais pas impliqué par cette histoire.

Le message global sur l'égalité de tous les hommes entre eux (avec un clin d'œil sympa à la conférence de Valladolid), sur l'absence de déterminisme génétique, sur le libre arbitre et la liberté de conscience est certes important. Mais la façon de traiter cette histoire, et surtout cette fin de triptyque, rend ce message presqu'inaudible, sans force, tellement l’album est lourd à lire et à digérer. Ca part trop dans tous les sens, sans réel enchaînement et finalement ce qui devrait avoir beaucoup de profondeur devient superficiel.