45 930 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
 

Captain America (Marvel Icons) : Intégrale 3

 
 

Résumé

Captain America (Marvel Icons) : Intégrale 3Afin d'acceder au résumé de Captain America (Marvel Icons) : Intégrale 3, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Captain America (Marvel Icons) : Intégrale 3Cette troisième intégrale relève un défi de taille : donner une nouvelle vie à Captain America alors que ce dernier est mort dans le tome précédent. Et Brubaker propose ici un récit parfaitement réussi, à la narration irréprochable, et aux personnages à la fois nombreux et complexe. On appréciera notamment tout le travail autour de la personnalité de Bucky Barnes, appelé à reprendre le flambeau : un Bucky encore fortement marqué par son expérience en tant que Soldat de l’Hiver, à la solde de Crâne Rouge : un passé qu’il a encore du mal à accepter, l’empêchant de prendre pleinement la mesure du nouveau costume qu’il est appelé à endosser. On pouvait craindre que le nouveau Captain soit une redite à l’identique du personnage incarné par Steve Rogers : grâce au sens de la nuance, grâce aux failles évidentes, Brubaker nous crée ici un personnage à la personnalité complexe, qui en devient de fait attachant. On apprécie Bucky Barnes, pas seulement parce qu’il reprend le rôle du gentil, mais bien parce qu’il est Bucky Barnes, et qu’en conséquence, le nouveau Captain America sera différent du premier. Ce travail sur la personnalité, on la retrouve chez beaucoup d’autres protagonistes dans ce récit : chez Le Faucon, qui tente de retrouver Sharon Carter pour réaliser la dernière volonté de Steve Rogers, chez Sharon Carter, qui tente de lutter contre l’influence qu’exerce sur elle le Dr. Faustus, sur Nathalia, qui va tenter d’aider Bucky Barnes à trouver le chemin de Captain America. On appréciera d’autant plus les personnalités des méchants, au premier rang desquels Crâne Rouge, qui doit se battre avec la personnalité de Lukin, le Dr Faustus, son allié mais également poursuivant ses propres ambitions, et le Dr Zola, un personnage haut en couleur. Ce n’est pas une simple confrontation entre les bons et méchants, formant deux blocs très homogènes, mais on se retrouve avec une multitude de personnalités différentes et travaillées que l’on a plaisir à découvrir.

A noter que le scénario imaginé est également assez complexe et terriblement actuel. Crâne Rouge dans le corps de Lukin a pris la tête d’un empire financier puissant, Kronas, qui va pouvoir s’appuyer sur ses ressources pour provoquer la crise des subprimes, puis entretenir la révolte des américain, tout en entretenant son propre candidat à l’élection américaine… Le scénario est également assez fouillé, bien construit, et la situation entretenue par Crâne Rouge semble moderne : fini, la deuxième guerre mondiale ; fini, la guerre froide ; place à des agissements d’un genre nouveau. Le nouveau Captain America naît dans un univers nouveau, marquant une vraie rupture avec le passé, et facilitant l’acceptation d’un nouveau héros.

Le récit est ainsi très riche, entre manipulation financière, politique et psychologique ; et émergence dans la douleur d’un nouvel Captain America qui doit trouver sa voie sans renier le passé. On enchaine les phase d’actions, les phases d’enquête, et les réflexions plus introspectives. Il y a deux ou trois éléments qui m’ont moins convaincu, comme ce Captain America des années 50 que l’on ferait revivre, mais peut-être ne suis-je pas suffisamment familier avec l’ensemble de l’univers pour l’apprécier à sa juste valeur.

Suite au récit autour de Crâne Rouge, on découvre dans cette intégrale un deuxième histoire, où il est question d’un Bucky Barnes qui reprend, à dessein, le costume du Soldat de l’Hiver pour traquer le Professeur Chin, qui a volé le corps de La Torche, l’un de ses équipiers des débuts. Cette histoire m’a semblé moins convaincante, car fait référence aux aventures passées de Bucky, que je connaît moins. De même, j’ai eu du mal à appréhender les personnages de l’Homme sans visage ainsi que Batroc. Pour autant, il y a un vrai dynamisme dans ces pages également, et on sent que notre héros avait besoin de faire le deuil de ce passé révolu pour pleinement endosser son nouveau rôle.

Le dessin est également assez réjouissant dans l’ensemble. Il y a cette volonté constante de donner une teinte parfaitement réaliste aux événements, un dessin à la fois précis et fouillé, même lorsqu’il est question de jouer avec les concepts de réalité ou d’identité. On sent bien que les effets visuels sont mesurés pour que justement, l’ensemble des actions ne paraisse pas exagéré et qu’elles soient d’autant plus crédibles.

Cet album est une bien belle réussite.


Chronique rédigée par gdev le 11/09/2018
 
 
Statistiques posteur :
  • 3092 (74,34 %)
  • 332 (7,98 %)
  • 735 (17,67 %)
  • Total : 4159 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 35,10 35,10 35,10
Acheter d'occasion : 27,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.50
Dépôt légal : Mai 2017