39 845 Avis BD |16 912 Albums BD | 6 789 séries BD
Accueil
C'etait la guerre des tranchées
 

C'etait la guerre des tranchées

 
 

Résumé

C'etait la guerre des tranchéesAfin d'acceder au résumé de C'etait la guerre des tranchées, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de C'etait la guerre des tranchéesL'absurde au sens philosophique du terme: le cri de l'homme face au silence déraisonable du monde. Composé d'anecdotes, dont le but n'est pas de respecter la vérité historique mais la vérité des hommes, entrecoupée de témoignages, Tardi dresse un portrait sans pareil de la guerre des Tranchées et de ses conditions.

Un dessin au noir et blanc, dans la lignée des Nestor Burma (toujours de Tardi), mais plus sombre, contribue à établir le climat de cette Bande Dessinée.

Un ouvrage très fort qui vous prend aux tripes et vous laisse dans la bouche un goût amer. Celui du gachis de milliers de vie.


Chronique rédigée par vladkergan le 05/06/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 351 (69,78 %)
  • 64 (12,72 %)
  • 88 (17,50 %)
  • Total : 503 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter d'occasion : 14,21 9,30
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.15
Dépôt légal : Octobre 1993

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD C'etait la guerre des tranchées, lui attribuant une note moyenne de 4,15/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Cheguevarech :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de CheguevarechReflet de l'avatar de Cheguevarech
20 2 2011
   

J'en attendais beaucoup, et c'est un bon moyen pour être déçu. L'absurdité de cette guerre ressort, mais si peu en comparaison de récits comme Le feu d'Henri Barbusse ou La Peur de Gabriel Chevalier (dont Tardi s'inspire ouvertement). Le dessin trop rond de Tardi manque aussi de dureté, les cadavres ont presque des trognes sympathiques. A lire malgré tout si vous préférez la bulle à la prose.

8 4 2010
   

Une BD déconcertante...
Au fil des pages, au fil de ma lecture, plus j'avançais dans le livre, dans l'Histoire même, plus la noirceur, l'horreur et l'absurdité dont pouvaient faire preuves les hommes, s’installaient en moi un horrible malaise. Un malaise dont jamais aucune œuvre à ce jour avait réussi à me faire ressentir. C'est assez dur à vivre comme sentiment, cependant on relativise en pensant à ceux qui sont morts pour des absurdités, pour la "patrie", en gros pour des conneries et dont leurs vies (fichus) sont racontées dans cet ouvrage... C'est un peu banal ce que je dis là.

En tout cas, si vous cherchez une œuvre poignante qui parle d'un fait historique grave, et qui en plus, est bien raconté (je ne parle pas de "plaisir de lecture"), "C'etait la guerre des tranchées" est fait pour vous.
Tardi (d'ailleurs c'est le premier livre que je lis dont il est le scénariste) nous raconte les histoires de pauvres gars (la toute première n'est pas prenante mais après on est happé par la suite) qui vont au front ou qui restent terrées et cachées dans les tranchées, des gars qui meurent, des gars qui voient leurs copains mourir, des pauvre gars qui n'en peuvent plus, qui hurle leurs désespoirs, leurs haines. Pas leurs haines envers les Boches, leurs haines envers la patrie, envers leurs supérieurs qui prennent des décisions pour eux et qui ne se demandent pas si c'est raisonnable, leurs haines envers la France. Je n'ai pas vécu cette époque, mais tout comme l'auteur, elle me touche, beaucoup.
Et pour Tardi (et pour moi), le pari est réussi. Oui, il a réussi à retranscrire toute l'horreur de La Guerre (en général) dans cette BD, pour cela il s’est documenté (cela se voit, se ressent) mais le récit est servi par son dessin : noir, froid. "J'aime". Le seul reproche que je peux lui faire c'est que sur certaines cases, il est trop figé, il ne bouge pas.

Une œuvre, forte et poignante (j'espère que je l'ai assez bien retranscrite dans mon avis) comme on en fait plus. Je la vous conseille, si vous vous intéressé à cette période : vous pouvez ouvrir "C'etait la guerre des tranchées" les yeux fermés.

3 4 2006
   

Cette bande dessinée est un monument. Un monument que dénonce ici indirectement au début, puis franchement à la fin de l'album, la bêtise d'une guerre inutile, violente, et qui donna lieu à de nombreuses souffrances qui auraient pu être évitées.

Tardi signe ici un album sensationnel, qui à la manière d'un reportage, nous fait suivre la (fin) de vie de différents poilus. Le dessin de tardi est sombre, noir comme cette période mais le tout est rendu avec une telle réalité, que cela pourrait presque nous sembler réél; On plonge dans cet album, et l'on en ressort bouleversé et cela nous fait bien réfléchir sur la bêtise de la guerre.

La période abordée ici est rarement utilisée aussi directement en bande dessinée, il est rare de suivre différents poilus avec tant de réalisme. Il y a tout de même un petit bémol, c'est qu'il n'y ait pas à proprement dit une trame, une histoire, ... on passe d'un personnage à un autre comme dans un reportage. Mais c'est ceci en même temps qui fait la force de cette bande dessinée.
Une bande dessinée boulversante qu'il est impératif de lire

24 11 2005
   

J'hésite entre le "Pas mal" et le "Franchement bien" pour cette BD.

Elle est franchement bien car c'est un vrai recueil de témoignages. On plonge véritablement dans l'horreur de la guerre des tranchées dans toute son authenticité, sa médiocrité, son humanité. C'est instructif, non seulement sur ce qu'il s'est passé dans l'Histoire, mais aussi pour l'histoire avec un petit h, l'histoire des hommes, chacun pris séparément avec ses pensées, ses peurs, ses idées. Tardi nous plaque dans la boue et nous montre la réalité de ce que ces anciens poilus racontent ou racontaient et que les jeunes écoutaient sans trop y croire. On est vraiment dedans, on sent que ça s'est sans doute passé de cette manière là, aussi horrible, inhumaine (ou trop humaine) et glauque. Chaque petite anecdote est intéressante et ces histoires courtes sont toutes prenantes.

Ensuite, le côté "pas mal" seulement, c'est que ce n'est pas vraiment le type de BD que je relirais pour le plaisir. Il y a un petit côté documentaire qui fait qu'on ne se sent pas totalement impliqué, captivé. Le fait qu'il n'y aie pas d'histoire globale, que ce ne soit que des tranches de vie et de mort, ça fait que le lecteur peut s'arrêter n'importe où dans sa lecture sans ressentir une envie intense de poursuivre l'album. C'est comme regarder un tel évènement par le petit bout de la lorgnette. C'est comme regarder un décor de théâtre sans y voir la pièce s'y jouer. En comparaison, par exemple, les histoires de Brindavoine, du même auteur, m'avaient encore plus plongé dans l'univers de 14-18 car le décor y était, c'était le même, mais en plus on y suivait un personnage du début à la fin de son histoire, attirant à la fois l'intérêt et l'esprit du lecteur.
C'est donc pour ce côté "documentaire" que je trouve que cette BD perd un peu de la puissance qu'elle aurait pu avoir autrement.

23 11 2005
   

Bravo ! ça, c'est de la BD ! du grand art ... on est pas dans le "pathos" mais dans la description froide et austère, assez neutre ...
Ca rappelle le néo-réalisme italien ou bien encore "Se questo è un uomo" (je connais pas le titre en français désolé) de Primo Levi : pas de sentimentalisme, pas d'esprit de vengeance, pas de haine ... mais juste l'absurdité de cette guerre (et de toutes formes de conflits en général) ...
Le dessin colle justement parfaitement à cette ambiance : noir et blanc, trait maladroit ...
En effet, on ne s'attache pas aux personnages ... mais je pense que le but n'est pas là : Tardi veut nous montrer l'Absurde et y réussit parfaitement !
Une BD à intégrer aux manuels scolaires : bravo Tardi !

26 3 2005
   

Si vous n'ètes pas très informé sur le sujet (ce qui m'étonnerais), cette BD est faite pour vous. Tardi à réussi à nous montrer ce qu'était les tranchées pendant la 1ere guerre mondiale, sans faire de fautes (ou presque, je ne suis un historien).
Il a opté pour des dessins noirs est blancs, qui concordent totalement avec l'humeur des personnages, et leurs chances de vivre.

Il a aussi opté pour que la guerre des tranchées soit vu par différentes personnes, français ou allemands. dans cette bd, Tardi ne veut pas être gai. Il ne peut pas. Il offre une vision très noire de cette guerre, en ne privant pas ces personnages d'une mort atroce, et aussi le desespoir qu'ils ont dans leurs coeurs. Finalement, on aime cette bd pour sa sincerité et sa facilité à nous montrer le pire.

26 10 2004
   

Voilà un album précédé par une grosse réputation. « C’était la guerre des tranchées » est régulièrement bien placé dans les différentes tentatives de sélection des meilleures BD qui fleurissent sur le net et ailleurs. Comme souvent, cette réputation est loin d’être usurpée.

Si vous connaissez Tardi, vous savez que cet auteur est particulièrement traumatisé (et fasciné, bien sûr) par la Première Guerre mondiale. Pour des raisons familiales, déjà. Et surtout par humanité. Rappelons que la Grande guerre, avec ses dix millions de victimes, a été une rupture majeure dans l’Histoire du XXe siècle. Jamais l’homme n’avait déployé ses talents meurtriers à une telle échelle. La Seconde Guerre mondiale a fait nettement pire depuis. N’empêche : la vie des Poilus dans les tranchées reste l’une des pires expériences qu’une telle masse d’humains ait eu à vivre.

Pour rendre compte de l’horreur quotidienne vécue par les soldats, Tardi choisit de se concentrer sur des expériences individuelles. Pas de récit détaillé des offensives du conflit. Pas même de chronologie d’une scène à une autre. La guerre de position, que ce soit en 1915 ou en 1917, c’est de toute façon la vie parmi les cadavres, les rats, les poux, la boue, le désespoir lié à cette guerre dont on pensait qu’elle serait courte.

Au fil des 120 planches, on suit différents personnages. Tous ont en commun de participer à la grande boucherie sans l’avoir souhaité. La plupart connaissent une fin terrible. Gazés, mutilés, déchiquetés, abattus par l’ennemi ou fusillés par leur propre camp, les soldats vivent l’horreur aux multiples facettes.

Tardi opte pour la seule technique graphique satisfaisante pour rendre compte de l’ambiance du conflit : le noir et blanc. Si vous avez mis les pieds à Verdun et dans ce paysage profondément meurtri par un conflit vieux de près d’un siècle, vous savez que le ciel y est forcément gris et l’ambiance pesante. La perpétuelle grisaille des planches met en valeur la psychologie des personnages qui ne voient pas la fin du conflit, embourbés dans leurs tranchées et leurs manteaux couverts de terre.

Tardi s’est beaucoup documenté pour réaliser son album. Il ne voulait pas rater ce moyen de présenter sa vision de la guerre. Il a réussi. « C’était la guerre des tranchées » est une vision noire, donc réaliste, des années 1914-1918. C’est ce qui a été fait de mieux sur ce sujet.
Vous allez prendre de l’humain plein la figure. Un conseil : lisez aussi « Paroles de poilus » en Librio, qui présente des lettres de l’époque. Histoire de ne pas oublier ce qui aurait dû être « la der des der ».

19 10 2004
   

Aujourd'hui c'est un Monument de la Bande Dessinée française, "C'etait la guerre des tranchées" est une série d'histoires courtes qui abordent l’horreur et l’absurdité de la Première Guerre mondiale. L’oeuvre rappelle "Les Sentiers de la gloire" de Kubrick que Tardi prolonge. Cet album explique comment une génération entière fut sacrifiée pour grappiller des bouts de terrains, en une démonstration magistrale et profonde.
En voulant nous faire partager la folie de la Grande Guerre, Tardi a choisi de la traiter de manière documentaire en partageant le destin de personnages normaux dont le seul tort est d'avoir été reconnus "bon pour le service". Donc pas de héros mais des pauvres types paumés qui ne pensent qu'a rentrer chez eux, et qu'importe le prix a payer !
Ici le dessin est en noir et blanc, il y a beaucoup de vignettes sans texte mais des commentaires judicieusement placés, chargés de sens, qui expriment particulièrement bien les sentiments des hommes et la réalité de la guerre.
Il est rare qu'un album me laisse une telle impression : un réel malaise régne devant cette horreur tellement banale... (d'où la banalisation de la mort dans cet album : en moyenne 3 pages pour la vie d'un soldat... c'est peu mais réaliste ! )
Un peu à la manière de Spiegelman avec "Maus", Tardi démontre que la BD peut générer des oeuvres exceptionnelles, véritables témoins de la mémoire et de la bêtise humaine.
La narration est d'une telle intensité, qu'on ne perçoit pas ces soldats comme anonymes, mais comme membre de la famille, un arrière-grand père qui aurait laissé sa peau dans cette boucherie.
Cet album n'en est pas un, mais une lettre qu'on vient de retrouver dans le grenier avec des reliefs de vies entieres enterrées et hachées...

Bref un véritable chef d'œuvre à découvrir, lire et relire

1 7 2002
   

Mouais mouais mouais. Pas mal comme BD, mais bon pas de quoi fouette un chat non plus. Ce qui me dérange le plus ? Ben la façon dont c’est raconté, que les autres admirent en dessous. Le fait qu’on ne suit pas un perso ou un groupe de persos en particulier. On ne s’attache pas. C’est qu’une bête succession d’images, certes violentes et choquantes, mais pas vraiment marquantes. On suit un gars sur 2 pages, pof il meurt, suivant ! Ca banalise trop la mort, et a part le gars dont on voit la femme, aucun d’entre eux ne semble réel. Dans le même genre, Maus m’a plus ému, parce que justement, on suit la même famille pendant toute l’histoire, on s’attache, et on souffre avec eux.

Bon certains passages m’ont quand même ému ! Mais j’ai plus l’impression de m’émouvoir pour la guerre elle-même, pour l’Histoire, parce que je connais les faits. C’est une bien triste guerre, pas de doute, mais je pense qu’il y avait moyen d’en faire une meilleur BD.

En plus le dessin est bof bof. Assez simple, et surtout l’impression est moche ! C’est tout tramé ! C’est quoi ce bordel, j’ai jamais vu ça dans une BD avant. Vraiment pas mon genre de dessin, même si j’avoue que c’est pas le plus important dans ce genre d’histoire. Mais quand meme, 5/5 pour le dessin, c'est abusé Mr vladkergan!

Bref, ça se laisse lire, c’est pas mal, mais je suis quand même déçu. Cette BD m’a ému un peu, mais surtout ennuyé beaucoup. C’est ma première de Tardi. Peut être que cet auteur n’est pas pour moi. Le courage de s’être attaqué à une période aussi sombre de l’histoire mérite certes un 5/5 ! Mais le résultat, pour moi, ne vaut pas plus que 3/5. Je me demande si certains d’entre vous ne s’emportent pas sur leur note, simplement parce que ça parle de la 1ere guerre mondiale…

Conclusion : Feuilletez avant d’acheter !